29/06/2018

Sans musique, pas d'Allemagne


 

Sur le vif - Vendredi 29.06.18 - 18.17h

 

Il y a eu un moment, au milieu des années 1770, dans le monde germanophone (les Allemagnes, mais aussi à Vienne), où, tout doucement, contre la mode ambiante, écrasante de convenance, on s'est mis à représenter des opéras dont le livret n'était plus en italien, mais en allemand.

 

Dit comme cela, ça n'a l'air de rien. Mais c'est un tournant considérable. Avec le Sturm und Drang, ce grand mouvement d'art et de pensée qui prend congé de l'Aufklärung (les Lumières) pour redécouvrir les trésors de la langue et de la culture allemandes, c'est quelque chose d'infiniment nouveau qui surgit dans l'Histoire germanique. Quelque de chose de puissant, de comparable à la traduction de la Bible en allemand par Luther, 250 ans plus tôt, en 1522.

 

Vous savez que je travaille beaucoup sur le sujet, qui m'occupe à vrai dire depuis 40 ans. J'en ai déjà dit quelques mots dans certains des 24 épisodes déjà publiés de ma Série Allemagne, en 2015, notamment mon chapitre sur les Frères Grimm : c'est postérieur, mais c'est directement dans le sillage.

 

C'est dans cet esprit, littéraire et musical, historique aussi, que je vous invite à aller voir le Roméo et Juliette de Georg Anton Benda (1722-1795), un Singspiel présenté pour la première fois à Gotha, en Thuringe, le 25 septembre 1776. Ce sera, avec l'Opéra de Chambre de Genève, les 10, 11, 13 et 14 juillet, 20.30h, à l'Alhambra.

 

L'Histoire de la musique allemande est intimement liée à l'Histoire allemande, tout court, de Bach à Hindemith, en passant bien sûr par Beethoven, Brahms, Wagner et Richard Strauss. Et tous les autres. Passionné, depuis bientôt un demi-siècle, d'Histoire allemande, je le suis autant par l'Histoire musicologique, fascinante, du monde germanique. Sans musique, comme une seconde nature, intime et aimante, présente et maternelle, pas d'Allemagne.

 

Pascal Décaillet

 


 

18:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Nos fragiles équilibres

 

Commentaire publié dans GHI - 27.06.18

 

Nos deux conseillers fédéraux PLR ont-ils encore le sens de l’Etat ? Ont-ils bien intégré que le champ de leur action s’inscrivait, non dans une démarche privée, style « gestion de l’entreprise Suisse », mais dans une entreprise d’Etat, au nom d’une mémoire, d’une collectivité et d’un avenir nationaux, dont ils auront à rendre compte, face à l’Histoire ?

 

MM Cassis et Schneider-Ammann sont assurément des ministres compétents, intelligents, et désireux de bien faire. Mais entre les propos du premier sur les mesures d’accompagnement à la libre circulation des personnes (cf GHI de la semaine dernière), et les positions ultra-libérales du second sur l’agriculture, on peut se demander où est passé ce très grand courant de pensée, qui a fait la Suisse moderne, et qui s’appelait le radicalisme.

 

La pensée radicale, celle d’un Delamuraz par exemple, place la dimension d’Etat au centre de tout. Non pour se substituer à l’économie, mais pour donner à cette dernière les conditions-cadres, et aussi les règles du jeu. Surtout, ne jamais oublier que les dirigeants sont au service du peuple suisse, ils sont garants de sa cohésion sociale, sensibles à la solidarité qui a construit notre pays.

 

Or, autant dans les propos de M. Cassis sur les mesures d’accompagnement que dans la volonté de M. Schneider-Ammann d’ouvrir l’agriculture suisse aux vents féroces de la concurrence mondiale, il y a des moments où l’on donne l’impression de jouer avec les équilibres, profonds et fragiles, de notre pays. C’est peut-être le rôle d’un financier mondialisé. Je doute que ce soit celui d’un conseiller fédéral.

 

Pascal Décaillet

 

14:07 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Bruxelles : l'extase du temps perdu

 

Sur le vif - Vendredi 29.06.18 - 08.04h

 

Le château de cartes chancelant nommé "Union européenne" ne dispose absolument pas des moyens politiques de mettre en œuvre concrètement les puissantes décisions abstraites prises en catastrophe à Bruxelles, sur la gestion des flux migratoires.

 

Nulle politique ne peut venir d'en haut, de l'intellect bricolé d'une cléricature. Elle doit surgir d'en bas. Elle doit remporter l'adhésion des cœurs et des âmes. C'est pour cela qu'il faut écouter la voix des peuples.

 

Le but de Bruxelles n'était pas de trouver une solution à la crise migratoire, mais de sauver la peau de Mme Merkel, qui incarne les plus graves erreurs commises, il y a trois ans, dans ce domaine. Elle a, pour longtemps, hypothéqué le destin de l'Allemagne, en jouant avec la cohésion sociale du pays.

 

Alors, les vassaux, à Bruxelles, ont goupillé une solution de fortune, purement intellectuelle et abstraite, pour donner un répit à leur suzeraine de Saint-Empire.

 

C'est du temps perdu. Laisser Mme Merkel au pouvoir, c'est du temps perdu. Avoir élu M. Macron en 2017, c'est du temps perdu, juste cinq ans de répit pour l'Ancien Monde. On bricole des expédients de fortune pour se sauver soi-même, sauver un château de cartes promis à l'effondrement.

 

Il eût été plus simple de tenir cette conférence à Munich.

 

Pascal Décaillet

 

11:03 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

28/06/2018

Malheur aux Gueux sédentaires !

 

Sur le vif - Jeudi 28.06.18 - 07.53h

 

Les propos d'Ignazio Cassis sur les mesures d'accompagnement auront pour conséquence d'entraîner une partie de la gauche suisse dans le camp des opposants à la libre circulation.

 

Pour ma part, je n'ai JAMAIS compris comment la gauche pouvait être favorable à ce grand bazar échangiste, destructeur de cohésion sociale à l'intérieur des nations constituées par l'Histoire, ayant construit patiemment leurs réseaux de solidarité interne, leurs services publics, leurs appareils législatifs de protection des plus faibles. Et tout à coup, en laissant déferler des masses externes, on saccage ces équilibres, déjà si fragiles !

 

Prenez un magasin de philatélie, par un jour de bise noire. Ouvrez les fenêtres, juste pour voir. L'effet sera le même.

 

Pour une partie de la gauche, la grande illusion d'une fraternité mondialisée existe encore. On y sublime l'altérité. Plus vous venez d'ailleurs, plus vous aurez grâce à leurs yeux. Malheur aux Gueux sédentaires, dont les ancêtres, pendant des siècles, ont fait vivre nos cantons et notre pays. Les vertus suprêmes de "mixité" et de "métissage" n'auront ni l'heur, ni la grâce, d'illuminer leur blason.

 

Un grand merci à M. Cassis, s'il peut, à son corps défendant, ouvrir les yeux de cette gauche, et l'exorciser de son extase mondialiste. La ramener sur le seul terrain qui vaille : celui du combat pour la solidarité, non dans une béatitude planétaire, mais nation par nation.

 

Pascal Décaillet

 

12:36 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

27/06/2018

Genève internationale : oui, mais laquelle ?

tombouctou-512-256_4.jpg?itok=L8K24mas 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 27.06.18

 

Genève est une ville internationale. Elle ne l’est pas par nature, ne l’a pas toujours été, mais elle en est une, c’est le fruit de l’Histoire, notamment depuis le dix-neuvième siècle. En soi, c’est une chance extraordinaire. Je suis né et j’habite encore dans le quartier des Nations, j’adore m’y promener, toujours la même boucle, féérique, depuis des décennies. Il est magique de se dire qu’on arpente la deuxième ville de Suisse, et qu’on voit défiler sous nos yeux des représentants du monde entier, dans toute sa diversité. Souvenirs du Président Wilson, de Clemenceau, Lloyd George, le Négus, Mendès France, Churchill, la résistance algérienne du FLN, on pourrait multiplier à l’infini. J’ai moi-même couvert l’Assemblée générale décentralisée à Genève de l’ONU, qui accueillait en 1988 Yasser Arafat. Oui, la dimension internationale de Genève est magique.

 

Mais il y a tant à faire pour en changer l’image. Genève accueille des organisations internationales, des Missions permanentes, fort bien. Mais il faut dire une chose : tout ce petit monde, aussi respectable soit-il, est perçu par les Genevois comme une galaxie à part. On les voit, on les croise, on les salue à peine (eux non plus, d’ailleurs), chacun vit dans un univers séparé. Les regards, le plus souvent, s’évitent, sauf heureusement entre voisins d’immeuble, où on prend le temps de se connaître. Eh bien j’affirme ici qu’il est temps de changer l’image de la Genève internationale. Pour cela, il faut, de part et d’autre (les Genevois, les internationaux), cheminer sur les voies de la connaissance. Ne perdons pas notre temps à nous appesantir sur l’aspect technocratique de la mission de beaucoup de ces gens. Valorisons au contraire la richesse de leurs origines, mettons-la en miroir de la nôtre, échangeons, dialoguons.

 

Cela passe par la culture. Quand on commencera à parler des pays d’Afrique, par exemple, rappelons leur Histoire, la variété de leurs langues et de leurs coutumes, qui vont de l’Empire de Tombouctou aux ultimes confins du Fleuve Niger, ou du Zambèze, ou des Grands Lacs, alors là, oui, pourront surgir des étincelles de reconnaissance mutuelle. Je rends ici hommage à mon confrère Gorgui Ndoye, journaliste sénégalais, mais surtout porteur d’une conscience panafricaine qui mérite d’être relevée, interrogée, discutée. Alors oui, allons-y pour la Genève internationale, et cette présence planétaire dans ce petit coin de terre, entre Lac, Jura et Salève. Mais entamons avec les gens de tous pays un dialogue de la connaissance. Pour beaucoup de pays d’Afrique (je reviens à ce continent), nous avons une langue commune, le français. Ils nous ont légué des auteurs, comme Senghor, qui figurent au Panthéon de nos poètes.

 

C’est de là, de ce trésor commun, celui des mots, des arts, de la musique, que doit partir la grande entreprise de reconnaissance mutuelle. Parce que, désolé, se contenter de rapporter au jour le jour les décisions technocratiques et souvent ennuyeuses de leurs Organisations internationales, ça n’est pas suffisant pour le chemin de connaissance qui sied, entre frères humains, égaux, sur la planète.

 

Pascal Décaillet

 

*** Image : les Manuscrits de Tombouctou.

 

 

15:52 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Cela s'appelle la politique

 

Sur le vif - Mercredi 27.06.18 - 08.08h

 

La préférence indigène entre en vigueur en Suisse dans quatre jours. Il y a encore quelques années, elle était une option inimaginable dans notre pays. Nous n'étions que quelques-uns, au niveau cantonal et national, à en défendre l'idée.

 

Le dogme libéral et libre-échangiste régnait en maître absolu. Il régentait les consciences, formatait les éditorialistes. Il fallait à tout prix que le marché du travail fût ouvert, sans entraves, à tous, pour légitimer le principe sacré de libre circulation des personnes, réputé sanctifiant pour la vitalité de notre économie. Le libre-échangisme était devenu l'opium des élites mondialisées.

 

Le résultat, on l'a vu : les bénéfices de ce grand casino des personnes et des biens n'ont profité qu'à une minorité, notamment dans le sacro-saint commerce extérieur, sur l'autel duquel on a strangulé notre monnaie. Cette prospérité n'a pas été répartie sur l'ensemble du tissu social de notre pays. Des patrons ont pratiqué la sous-enchère, avec une main d'œuvre étrangère peu regardante sur les salaires. On a trop souvent oublié les demandeurs d'emploi qui résidaient déjà dans notre pays. On a laissé mourir notre agriculture.

 

Ce libéralisme du profit immédiat est une impasse. On commence enfin à s'en rendre compte ! Il est temps de revenir à l'économie au service de l'humain. Ca passe par des communautés nationales définies, délimitées par des frontières protectrices pour les plus faibles. Avec des lois, démocratiquement votées. Des peuples qu'on écoute. Des souffrances sociales dont on tient compte. Cela porte un très beau nom, lorsqu'il échappe à la combinazione des partis et aux basses manœuvres des ambitions individuelles : cela s'appelle la politique.

 

Pascal Décaillet

 

11:39 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

25/06/2018

Le grand bazar cosmopolite

 

Sur le vif - Dimanche 25.06.18 - 08.24

 

Le libre-échangisme commercial, tel qu'il prévaut depuis vingt-cinq ans en Europe, n'est en aucun cas une fatalité. Ni, comme on nous l'assène à coups de massue, la voie naturelle vers une prospérité étendue et partagée.

 

Tout cela, c'est l'appareil lexical de la propagande ultra-libérale, sa liturgie. En vérité, la philosophie du libre-échange est un choix politique très précis. Le génie de ses partisans est de nous l'avoir administré comme un dogme.

 

Les dogmes ne sont pas morts. Au 19ème siècle, on en proclamait sur l'infaillibilité du Pape, ou sur l'Immaculée Conception. Aujourd'hui, on édicte et propage le dogme de l'infaillibilité du libre-échange. On prend une position économique, et on nous l'impose comme la seule voie possible. Cela, depuis le 9 novembre 1989, la chute du Mur de Berlin.

 

Le libre-échangisme est un choix, bien précis. Il a un dieu : la Marché. Il a un Veau d'or : la libre concurrence internationale. Il sublime le commerce extérieur, affame l'agriculteur, abolit les réglementations douanières qui, jusque là, protégeaient justement les plus faibles, les plus déshérités.

 

Le libre-échangisme sanctifie la transaction financière, l'exonère de tout contrôle d'Etat, accentue les inégalités, dissout la mission régulatrice des nations. Il construit un grand bazar cosmopolite, où l'usure est souveraine, la spéculation impunie. Les marchands ont repris le contrôle du Temple.

 

Le libre-échangisme se rit des peuples, des Etats, des nations. Les repères politiques, ceux de la mémoire et des émotions partagées, ne l'intéressent pas. On spécule sur une marchandise, on en dilue les traces, on la fait circuler au plus offrant, sans entraves.

 

Et avec la marchandise, on fait circuler les hommes et les femmes. On abat les frontières, on laisse déferler les masses sur des communautés humaines organisées depuis des siècles, avec des règles, des protections sociales conquises de haute lutte, au service des plus faibles. La fragilité de leurs équilibres, on la saccage. On la piétine.

 

Ces édifices de solidarité sociale, de mutualité, qui faisaient la fierté de nos pays, on les ratiboise. Il faut laisser la place au grand marché cosmopolite, la nouvelle religion. Universelle, apostolique.

 

Le libre-échangisme ne relève ni du hasard, ni de l'inéluctable. Mais d'un choix politique, parfaitement précis, traçable, identifiable. Il pourra donc être détruit, le jour venu, par la masse supérieure d'un choix contraire. Celui qui, sans abolir l'échange ni l'ouverture, rétablit comme unité de base la notion de communauté nationale. Avec, à l'intérieur de cette dernière, la cohésion sociale, l'attention aux plus faibles, la solidarité. Toutes ces valeurs que le Marché sanctifié tente, avec une inouïe vulgarité, de nous faucher.

 

Pascal Décaillet

 

11:36 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

23/06/2018

La vieille ficelle de l'homme nouveau

arton1797-980x0.jpg 

Sur le vif - Samedi 23.06.18 - 10.46h

 

L'immense escroquerie de Macron, lors de la présidentielle 2017, a été de nous sortir la vieille ficelle de "l'homme nouveau". Comme Giscard, en 1974, avec sa "société libérale avancée".

 

Pour qui sait lire la politique, pour qui s'est frotté à l'Histoire, il ne saurait exister d'hommes nouveaux. Tout politicien, même jeune, même flamboyant, recèle en lui les archétypes de la captation du pouvoir. C'est dans Plutarque, dont je vous recommande absolument la lecture (Pléiade). C'est dans Shakespeare, notamment "Jules César". C'est Kennedy, en 60. C'est Giscard en 74. Et c'est Macron, en 2017.

 

Le discours sur "l'homme nouveau" est tellement vieux en politique qu'il résume en lui l'éternité de l'archaïsme. Rien de plus éculé que la modernité.

 

La vérité, c'est que Macron entre, comme tous les autres, dans des typologies parfaitement identifiables, pour qui a consacré une partie de sa vie à les étudier.

 

Économiquement, c'est un libéral, tradition Tardieu et un peu Giscard. C'est un libre-échangiste, proche d'une école anglo-saxonne peu répandue en France. Il y en eut quelques-uns, sous le Second Empire, puis vers le milieu de l’Entre-deux-guerres.

 

Dans les rapports avec l'Europe, c'est un MRP, entendez un démocrate-chrétien français de la Quatrième République, on pense à des hommes comme Schuman ou Pleven. À certains égards, Jacques Delors.

 

Dans le rapport aux choses de l'Argent et à la majesté de sa posture, c'est un orléaniste. La branche cousine des Bourbons, celle qui fit des affaires, ou encouragea qu'on en fît.

 

Tout cela, toute cette configuration qui finit bien par affleurer, relève d'options que Macron a totalement le droit d'embrasser. Simplement, il n'est pas un homme nouveau. Il incarne les feux de l'Ancien Monde. Ses choix, dans la géographie et la géométrie politiques, sont repérables, traçables, identifiables.

 

Il n'existe jamais d'hommes nouveaux. Juste des hommes plus jeunes, qui prennent leur place sur l'échiquier. Pour nous rejouer l'ancestrale noirceur du pouvoir. Dans cette partition, toujours recommencée comme une suite de Bach, rien ne change, jamais.

 

Pascal Décaillet

 

14:10 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

22/06/2018

Macron, conservateur de l'Ordre libéral

 

Sur le vif - Vendredi 22.06.18 - 14.53h

 

Très vite, dans la campagne présidentielle de 2017, il m'est apparu que le concept de nouveauté, dont se targuait tant le candidat Macron, n'était qu'une apparence. Cet homme n'est ni un révolutionnaire, ni même un novateur. Au contraire, il a été le candidat de la conservation de l'Ordre libéral. Le candidat de l'Ancien Monde.

 

Dans la campagne, il a joué sur quoi ? Son aisance, sa jeunesse, sa belle allure, toutes choses que nul ne lui conteste. Il est tombé au meilleur moment, celui où tous les appareils qui avaient régi la Cinquième République se suicidaient allègrement sous ses yeux : les gaullistes et les socialistes, au premier chef. Mieux : sa rivale du second tour s'est, elle aussi, suicidée face à lui, lors du débat, où elle été simplement calamiteuse.

 

Un homme, beau et souriant, moderne, au milieu des décombres et des suicides. Oui, il a pulvérisé tout le monde, c'est assurément très bien joué. Mais qu'il ne vienne pas se présenter comme le Président du changement.

 

Face à une Union européenne en ruines, totalement incapable de donner une réponse à la pression des flux migratoires, Macron continue de s'en tenir aux paradigmes des années 1990, à l'époque de Jacques Delors et de l'européanisme triomphant. Il ne voit pas - ou feint d'ignorer - le retour des nations. Il a, dit-on, une solide formation philosophique : il aurait mieux fait de lire des livres d'Histoire, nation par nation, c'est plus concret pour le préparer à un job comme le sien.

 

Face à une Italie qui réaffirme l'échelon national et marque sa volonté de contrôler drastiquement les flux migratoires, il a commencé par insulter le nouveau gouvernement, en lui brandissant des poncifs moraux : catastrophique posture du Président-philosophe face à un pays qui fait ce qu'il peut dans la gestion du réel.

 

Face à l'Allemagne, il continue de croire en Mme Merkel, personnage du passé, figure dépassée par une crise migratoire à laquelle elle n'a pas su donner les bonnes réponses.

 

Le Président Macron est un homme du passé. Un défenseur de la vision multilatérale des rapports entre les nations. Un tenant de l'Ordre libéral, et surtout libre-échangiste, qui étouffe l'Europe et une partie du monde depuis trois décennies. Un orléaniste, charmant et souriant, présentant bien, faisant bonne figure. Sur le fond, un démanteleur de services publics, un conservateur des acquis pour les nantis. Un libéral. La France méritait une autre vision. Cinq ans de répit pour l'Ancien Monde. Cinq ans de perdus.

 

Pascal Décaillet

 

15:18 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Le bailli en dentelles

 

Sur le vif - Vendredi 22.06.18 - 07.35h

 

Interviewé par Romain Clivaz, l'ancien Président du Parlement européen, l'Irlandais Pat Cox, au demeurant remarquable francophone, s'accroche encore à l'idée d'une politique globale européenne dans la gestion des flux migratoires.

 

Le problème, c'est que l'Europe politique n'existe pas. Elle est juste une fiction, un château de cartes, pour faire illusion. Or, pour qu'il y ait une quelconque "politique", migratoire ou autre, il faut qu'existent, puissamment, le crédit et la confiance de l'instance qui prétend l'appliquer, cette politique.

 

L'improbable conglomérat nommé "Union européenne" ne dispose ni de ce crédit, ni de cette confiance. Comment voulez-vous, dans ces conditions, lui délivrer un chèque en blanc pour une gestion continentale coordonnée des flux migratoires ? Il est assez rare que l'on confie ses intérêts à un fantôme errant.

 

Tout au contraire, les nations reviennent. Pour ma part, ayant étudié de très près, depuis ma jeunesse, les Histoires de France et d'Allemagne dans les trois derniers siècles, notamment la naissance de l'idée nationale allemande dans la Prusse occupée par Napoléon (1806-1813), je crois depuis toujours à la primauté de la nation sur l'empire.

 

La nation, c'est la réalité vécue de nos mémoires et de nos âmes. C'est l'unité, le périmètre sensible dans lequel vibrent les souvenirs et se forgent les décisions des peuples. Cet espace-là, aujourd'hui encore, jouit du crédit et de la confiance indispensables à l'application des politiques. Le château de cartes européen, pour sa part, n'en jouit pas. Il est perçu comme lointain, irréel, diaphane, inefficace, prétentieux, arrogant. Un bailli en dentelles.

 

Dès lors, pour les années qui viennent, les politiques migratoires seront décidées et appliquées nation par nation. Chacune d'entre elles considérera son intérêt propre avant celui du voisin. Entre les Etats, les frontières renaîtront. Et le château de cartes continental, tout naturellement, s'effondrera.

 

Pascal Décaillet

 

11:09 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

21/06/2018

L'armée des ombres


 

Commentaire publié dans GHI - 20.06.18

 

Qui sont-ils, que font-ils toute la journée ? Qui sont ces secrétaires généraux adjoints qui foisonnent dans les Départements ? Travaillent-ils, comme leur patron, le Conseiller d’Etat qui en a fait serment, dans l’intérêt supérieur de la collectivité ? Ou plutôt, en catimini, dans l’intérêt suprême… de leur magistrat ?

 

Leur rôle est-il clairement défini, dans un cahier des charges ? Le Parlement, qui détient la haute main sur l’exécutif et l’administration, a-t-il son mot à dire sur la nature de leurs fonctions ? S’en soucie-il ? Détourne-t-il la tête, ayant déjà assez à faire pour contrôler les ministres ?

 

Ces secrétaires généraux adjoints, à qui rendent-ils des comptes ? A l’Etat, aux députés, au peuple souverain ? Ou seulement, dans la tiédeur des conciliabules, à leur patron, le Conseiller d’Etat ? Se gardent-ils tous d’abuser, dans leurs contacts avec les autres fonctionnaires, de la position de proximité dont ils jouissent avec le Prince ? Se prennent-ils pour de puissants conseillers, sentent-ils la pourpre cardinalice romaine monter, comme un flux de désir, au fond de leurs artères ?

 

Se défendent-ils, dans les différentes missions qui leur sont confiées, d’influencer, de faire peur ? De menacer ? Se prennent-ils parfois pour le Prince ? Délivrent-ils leur âme du poison du pouvoir ? Hument-ils, en leur for, quelque parfum d’éternité ? Se rêvent-ils en marbre, au détour d’une crypte ? Pensent-ils parfois au Jugement dernier ? Croient-ils au mal, aux archanges ? Ont-ils encore peur de la mort ? Ou le goût du pouvoir les a-t-il, à jamais, ensorcelés ?

 

Pascal Décaillet

 

15:48 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

20/06/2018

La pieuvre des apparences en moins

8539648-13441551.jpg?v=1447875146

Sur le vif - Mercredi 20.06.18 - 15.55h

 

Ce à quoi Donald Trump met doucement fin, c'est l'illusion de l'existence d'un ordre multilatéral, qui serait en mesure de gouverner la planète. Cet ordre, né de l'immédiate après-guerre, n'a jamais existé que dans le domaine des apparences.

 

Il n'a jamais constitué d'autre réalité que celle d'un paravent, délicatement déposé sur les vraies puissances : États-Unis et Union soviétique, puis États-Unis tout seuls. D'ailleurs, chaque fois que l'intérêt supérieur - ou impérialiste - de l'un de ces pays, principalement le deuxième, était en cause, l'ordre multilatéral s'effaçait servilement, en s'excusant d'exister.

 

A Genève, à cause de la présence chez nous de nombreuses institutions internationales, nous surestimons totalement l'impact réel de ces dernières sur le cours de la paix et de la guerre. Je ne parle pas ici des organisation humanitaires, ni médicales, mais de celles qui prétendent influer sur l'ordre politique de la planète.

 

Oui, Trump multiplie les retraits du château de cartes multilatéral, et c'est exactement ce qu'il avait annoncé, lors de sa campagne, pendant toute l'année 2016. Il ne fait rien d'autre que ce qu'il avait promis ! Les gens, aux États-Unis, qui ont voté pour lui le 9 novembre 2016, l'ont fait en parfaite connaissance de cause.

 

A Genève encore, où trop d'observateurs de la vie politique ont été formatés par la matrice HEI, où l'ordre multilatéral est déifié, c'est toute une conception du monde qui s'effondre. Celle de la SDN, dont l'Histoire a eu soin d'apprécier la totale inefficacité face à la montée des totalitarismes. Celle, aussi, de l'immense usine à gaz née de l'après-Seconde Guerre mondiale, entendez principalement l'ONU et ses innombrables succursales ou dépendances. Par exemple, cet ineffable "Conseil des droits de l'homme", qui a perdu depuis longtemps tout crédit, pour peu qu'il en eût jamais.

 

C'est à cela, à cette galaxie d'apparences et de trompe-l’œil, que Donald Trump tourne le dos. Pour des centaines, des milliers de tétanisés du multilatéral, à Genève, c'est comme un univers qui se désintègre et se liquéfie.

 

Et si nous entrions, tout simplement, dans un nouvel ordre régissant les relations internationales ? Retour des nations. Diplomatie. Alliances. Parfois la guerre, parfois la paix. Bref, le tragique de l'Histoire, dans toute sa permanence et toute son immanence. Mais la pieuvre des apparences en moins. Faut-il vraiment s'en plaindre ?

 

Pascal Décaillet

 

16:31 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Ignazio Cassis : premiers faux pas

319742127.jpg 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.06.18

 

Un homme affable, mesuré, intelligent. Un polyglotte, cultivé, connaissant à fond les rouages de la Suisse. Mais un ministre des Affaires étrangères dont deux signaux récemment donnés ont de quoi inquiéter. Tel apparaît Ignazio Cassis, pour peu qu’on puisse juger d’un nouveau conseiller fédéral après quelques mois seulement. Faut-il rappeler que Jean-Pascal Delamuraz avait commencé sa carrière à la Défense, où il n’avait pas fait grand-chose, sinon rien, avant d’entrer dans l’Histoire lorsqu’il fut porté, même finalement perdant, par le dossier européen ? Oui, bien sûr, c’est trop tôt pour trancher. Mais pas pour dire notre retenue sur deux déclarations récentes, où il y eut selon nous erreur.

 

La première bévue, c’est le Proche-Orient. Sur le fond, le ministre suisse des Affaires étrangères a évidemment le droit de remettre en cause une Agence de l’ONU, chargée des réfugiés palestiniens. En politique, il ne saurait exister de tabous, et le chef du DFAE a raison de combattre la langue de bois, comme le fit naguère une Micheline Calmy-Rey. Mais en même temps, il doit réfléchir aux messages qu’il donne. Délivrer une appréciation hostile à l’aide aux Palestiniens, alors que ces derniers sont en train de traverser l’une de leurs pires périodes depuis 1948, n’était pas la posture politique la plus opportune. Donald Trump est en train, sans doute pour assurer sa réélection en 2020, de donner à Israël des gages sans précédent de soutien, et cela est à lire dans la perspective de la préparation d’une guerre contre l’Iran. Second effet dévastateur de la déclaration Cassis : elle intervenait au moment même des événements sanglants de Gaza. Lâcher le faible quand il gît au sol n’est pas ce qu’on attend du chef de la diplomatie suisse. Ni du message que notre pays doit porter au monde.

 

Deuxième dossier où M. Cassis s’est fourvoyé, les relations Suisse-Europe. On n’attend certes pas d’un ministre PLR qu’il appelle à la Révolution prolétarienne, ni à la prise du Palais d’hiver, mais tout de même, il doit avoir le souci, comme ses six collègues, de la préservation du corps social en Suisse. Il y a, dans notre pays, des gens qui ont de la peine à joindre les deux bouts. Certains d’entre eux ont perdu leur travail, n’en ont jamais retrouvé, et je doute qu’ils aient pour les flux migratoires, créés par la libre circulation des personnes, les yeux de Chimène. En déclarant, à l’emporte-pièce, que les mesures d’accompagnement ne sont pas un tabou, M. Cassis s’attaque à l’édifice, déjà bien fragile, mis sur pied pour atténuer les souffrances des plus faibles sur le marché suisse du travail, face à la férocité de la concurrence européenne. Soit il ne s’en rend pas compte, soit il est vraiment de cette philosophie ultra-libérale, qu’on espérait oubliée après sa domination absolue, au cap du millénaire. Dans les deux cas, il y a lieu de s’inquiéter. Défriser les habitudes, c’est bien. Mais si possible, en préservant les intérêts supérieurs du pays. Et sans commettre de faux pas.

 

Pascal Décaillet

 

14:00 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

19/06/2018

Flux migratoires : savoir dire NON

59afadfb488c7b28258b4567.jpg 
Sur le vif - Mardi 19.06.18 - 16.36h
 
 
Réguler les flux migratoires, ça n'est pas être xénophobe. Ca n'est pas rejeter l'Autre, en tant que tel, ni affirmer une quelconque supériorité sur lui. Je crois, pour ma part, à l'égalité de chaque humain, sur cette terre. Nulle communauté, nulle race, nulle religion n'est supérieure à une autre.
 
 
Mais chaque nation a le droit - et même le devoir - de déterminer, après un débat interne et en fonction de ses lois (décision parlementaire ou démocratie directe), quel flux elle estime pouvoir supporter, donc accepter légalement, pour ne pas mettre en danger sa propre cohésion sociale. J'estime, pour ma part, et depuis toujours, que chaque nation a le droit d'établir la primauté aux siens, entendez ceux qui sont déjà sur son sol, par rapport aux gens de l'extérieur. Principalement dans l'accès au travail.
 
 
Cette primauté, que j'ai toujours prônée, ne signifie en rien supériorité. Non, c'est une mesure visant à préserver les équilibres sociaux internes, notamment en faveur des plus démunis : ce sont eux, et non les grands bourgeois, qui craignent les invasions migratoires, par peur que l'aide sociale ne leur soit diminuée, aux profit des nouveaux arrivants.
 
 
De ma vie, je n'ai jamais considéré la question migratoire comme relevant de la morale. D'ailleurs, peu de choses, à mes yeux, en politique, doivent en relever. Non, le rapport à la migration est une gestion d'équilibres démographiques, qui doit s'opérer sans la moindre haine, dans le respect des uns et des autres. Simplement,, l'intérêt supérieur de chaque nation exige parfois que cette dernière dise NON aux migrants.
 
 
C'est cela, à l'automne 2015, que Mme Merkel, sous pression d'un grand patronat avide de main d’œuvre peu regardante sur les conditions sociales et salariales, n'a pas voulu comprendre. Aujourd'hui, vient pour elle l'addition. Parce que le nouveau ministre fédéral allemand de l'Intérieur, le Ministre-Président de Bavière et chef de la CSU, Horst Seehofer, lui brandit le miroir de ses contradictions. Politiquement, la Chancelière n'est plus viable. Je doute qu'elle termine son mandat.
 
 
Dans un nouvel axe Nord-Sud qui coupe l'Europe en deux, et réunit l'Italie, l'Autriche et bientôt l'Allemagne, il n'est plus question de rêver face à l'incroyable pression migratoire qui pèse sur notre continent. Il faut remplacer les postures morales par le retour de la politique. Cela signifie : savoir dire NON.
 
Pascal Décaillet
 

16:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

18/06/2018

Diaphanes, mais incrustés

62_coquillage.jpg 

Sur le vif - Lundi 18.06.18 - 13.43h

 

A Genève, quel contrôle politique le Parlement a-t-il la capacité d'exercer sur l'armada des secrétaires généraux adjoints, dans les Départements ?

 

Quand on voit certains transferts récents, et ce qu'ils représentent comme permanence dans l'ordre de l'influence et du pouvoir, on se dit que la représentation populaire, qui n'est pas là pour faire de la figuration mais pour contrôler l'exécutif et l'administration, devrait exercer cette mission de haute main sur ces singuliers états-majors.

 

Il n'est écrit nulle part que les mêmes hommes de l'ombre doivent, sans le moindre contrôle des élus, continuer ad æternam d'exercer le poids de leur influence tentaculaire, nourrie de leurs réseaux, dans la machinerie de l'Etat.

 

La République, c'est le contrôle des ministres par les élus du peuple. Et non l'incrustation de certains commis, aussi diaphanes aux yeux du public qu'ils sont ancrés dans l'appareil du pouvoir.

 

Pascal Décaillet

 

14:10 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

17/06/2018

Il défrise. Et alors ?

9653185.image?w=800&h=449 
Sur le vif - Dimanche 17.06.18 - 16.08h
 
 
Que le ministre suisse des Affaires étrangères décoiffe et défrise les vieilles habitudes, je veux bien. Encore faut-il que ce travail s'opère dans le bon sens. J'entends pas là, un sens qui serve les intérêts supérieurs de notre pays face à l'Europe, son rôle de médiateur pour la paix ; et au Proche-Orient, l'équilibre du respect prodigué aux antagonistes.
 
 
Respect pour Israël, dont il n'est pas question de remettre en cause l'existence. Et respect EXACTEMENT aussi fort pour les Palestiniens, prise de position sans appel et sans équivoque pour que ces derniers puissent disposer d'un État indépendant et souverain.
 
 
Parce que juste défriser, ou décoiffer, pour la seule émotion capillaire de l'image produite, c'est un peu court.
 
 
Pascal Décaillet
 

16:08 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Berlin, 17 juin 1953

publishable.jpg 

Sur le vif - Dimanche 17.06.18 - 06.25h

 

Il y a 65 ans aujourd'hui, l'insurrection à Berlin-Est. Un moment majeur d'une Histoire de la DDR qui reste à écrire, tant elle est méconnue, passionnante, essentielle.

 

Sur cette insurrection du 17 juin 1953, trois mois et douze jours après la mort de Staline, à lire absolument, une pièce de Günter Grass, éblouissante. Elle représente Brecht, faisant jouer le Coriolan de Shakespeare, au Berliner Ensemble. Lorsque, tout à coup, les ouvriers insurgés envahissent son théâtre !

 

Cette pièce s'appelle "Die Plebejer proben den Aufstand", "Les plébéiens répètent l'insurrection". Elle y transforme le plus grand dramaturge du vingtième siècle en victime d'acte révolutionnaire !

 

Ce texte, que tout prof d'allemand devrait lire avec ses élèves (après les avoir invités à lire l'œuvre, géniale, de Brecht lui-même, bien sûr), est publiée, en français, aux Editions du Seuil.

 

Et, si la grandeur tragique du mythe de Coriolan vous intéresse, et que la fréquentation du sublime ne vous effraye pas, il y a évidemment l'Ouverture en do mineur, Opus 62, composée en 1807 par un certain Ludwig van Beethoven.

 

Pascal Décaillet

 

14:42 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

16/06/2018

De Delphes à Tübingen

 

Sur le vif - Samedi 16.06.18 - 07.38h

 

L'Europe n'est pas libérale par essence. Mais seulement parce que certains dirigeants, à un certain moment, lui ont imposé la tyrannie des marchés libéraux. C'est le péché originel, porteur de tous les maux de l'Union européenne, aujourd'hui.

 

Notre vieux continent n'est pas un dominion hors-taxes de la jungle anglo-saxonne. Il est, tout au contraire, le produit d'une immense Histoire où les communautés humaines, au fil des générations, ont tissé des liens de reconnaissance, de solidarité, de mutualité.

 

Cela, pendant des siècles, s'est construit autour des grands Ordres chrétiens. Mais aussi, dans le registre temporel, autour de la notion d'Etat, autour de la loi et de la chose écrite. L'Europe est un lien, une mise en partage des cultures. La réduire à un marché relève d'une conception vulgaire, inachevée, de la mission de notre continent dans le monde.

 

Le jour où les pays d'Europe mettront en commun l'intime richesse de ce qui les unit, de Weimar à Cluny, de Delphes à Tübingen, de Dresde à Sénanque, de Sienne à Nuremberg, là oui, s'élèvera quelque chose dans nos âmes. Pour l'heure et pour de nombreuses générations, je n'entrevois que la permanence des nations.

 

Pascal Décaillet

 

15:48 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

15/06/2018

De la Baltique à la Sicile

 

Sur le vif - Vendredi 15.06.18 - 08.21h

 

Il y a un homme, dont je parle ici depuis des années, c'est Horst Seehofer, le nouveau ministre fédéral de l'Intérieur, en Allemagne. J'en parlais lorsque, Ministre-Président de Bavière et chef de la CSU, comme l'avait été le rugissant Franz Josef Strauss, il s'opposait avec virulence à la politique migratoire inconsidérée de Mme Merkel, dont les conséquences sont dévastatrices pour la cohésion sociale allemande.

 

Aujourd'hui, Seehofer est aux affaires sur le plan fédéral. Et il n'a aucune intention de faire de la figuration. Sur le plan migratoire, il a ses idées, qui ne sont pas celles de la Chancelière. Et il a des alliés : Sebastian Kurz, le nouveau Chancelier autrichien, 31 ans, et le nouveau gouvernement italien !

 

Voilà donc, de la Baltique à la Sicile, un axe Nord-Sud pour pratiquer un contrôle beaucoup plus important des flux migratoires. Et ne pas s'en laisser conter par les directives de Bruxelles. Encore moins, par les leçons de morale totalement déplacées de M. Macron, cet internationaliste arrogant et autocratique, à la pensée abstraite, déracinée.

 

De la Baltique à la Sicile, de Flensburg à Palerme, voilà donc un front du refus qui va déterminer la politique migratoire européenne ces prochaines années. M. Orban, en Hongrie, n'est plus seul. Le visage de l'Europe va changer. Les nations reviennent, avec leurs alliances ; le diaphane concept de supranationalité continentale s'évapore. Il était né de la géométrie des esprits, au mépris des réalités.

 

Ah, un détail, j'allais oublier : au milieu de l'axe Nord-Sud de ce Saint-Empire, entre l'Allemagne et l'Italie, il y a un petit pays, démocratique, pluriel, attachant : pourriez-vous me rappeler son nom ?

 

Pascal Décaillet

 

13:30 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

14/06/2018

Les conseillers fédéraux PLR : un problème pour la Suisse ?

 

Sur le vif - Jeudi 14.06.18 - 11.36h

 

Suintant un ultra-libéralisme du début des années 2000 qu'on espérait oublié, les propos d'Ignazio Cassis sur les mesures d'accompagnement sont tout simplement irresponsables. Ils oublient totalement la cohésion sociale intérieure à notre pays, condition de sa survie.

 

Comme il s'agit des deuxièmes propos irresponsables en quelques jours, après ceux sur le Proche-Orient, les citoyennes et citoyens de notre pays sont en droit de commencer à se poser des questions sur ce conseiller fédéral.

 

Quand on ajoute à cela les positions irresponsables de son collègue Johann Schneider-Ammann sur l'agriculture, qu'il veut ouvrir à tous les vents de la concurrence mondiale, on commence à se demander si le parti radical, le Grand Vieux Parti qui a fait la Suisse en la construisant sur l'Etat et le souci du bien public, n'a pas quelque ménage à faire en ses rangs, jusque dans ses élites, depuis qu'il porte le nom hybride de PLR.

 

Pascal Décaillet

 

16:18 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |