13/07/2018

M. Trump a-t-il entendu parler de l'Ostpolitik ?

 

Sur le vif - Vendredi 13.07.18 - 10.31h

 

L'attaque de Donald Trump contre l'Allemagne, au sommet de l'OTAN, est extraordinairement révélatrice de la volonté américaine, bien avant Trump, d'étendre son influence à l'Est de l'Europe, sous le paravent apparemment multilatéral de la bannière OTAN, entendez les États-Unis et leurs dominions stratégiques, depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale.

 

Vaincue en 1945, l'Allemagne est divisée en deux. A l'Ouest, capitalisme américain, plan Marshall, injection massive de fonds, intégration à l'OTAN. A l'Est, l'équivalent symétrique, sous influence soviétique : enrôlement de force dans le Pacte de Varsovie, régime communiste, inféodé à Moscou.

 

Le 9 novembre 1989, le Mur de Berlin s'effondre, le régime de la DDR suivra peu après, et l'ogre Kohl, sous prétexte de "réunification", en profitera pour engloutir la partie orientale : injection monstrueuse de capitaux, rachat d'un pays tout entier, oui rachat, pour le mettre sur orbite capitaliste. Il n'y a pas eu de "réunification" : il y a eu phagocytage, pur et simple, de l'Allemagne de l'Est par celle de l'Ouest. En cela, il y a eu rupture de l'équilibre de Yalta (1945) où la ligne de partage entre les deux grands vainqueurs du Reich passait par la ligne de démarcation entre les deux Allemagnes.

 

A partir de ce moment-là, l'Occident a commencé à se croire tout permis, et cela tombait d'autant mieux pour lui que la Russie des années 1990, retrouvant son nom historique après l'éclatement de l'URSS (1991), a été, sous l'emprise de Eltsine, d'une incroyable faiblesse en termes de crédit international. Ce pays, qui avait vaincu le Reich, fait trembler la planète pendant des décennies, ne faisait soudain plus peur à personne.

 

Les Américains en ont profité. Extension de "l'OTAN" (entendez l'influence stratégique des États-Unis) à l'Est, avec des pays comme la Pologne (trop contents de régler avec leurs voisins orientaux des comptes millénaires), irruption sur le théâtre d'opérations ukrainien, soutien aux occidentaux de Kiev contre la très importante minorité russophone.

 

Dans ce domino, la nouvelle Allemagne, celle d'Angela Merkel, sous prétexte "d'OTAN" (décidément, ce sigle n'est qu'un paravent, pour camoufler des ambitions nationales), jouait tranquillement sa carte. Celle d'une Ostpolitik qui n'était hélas plus la grande jonction des âmes voulue par Willy Brandt (1969-1974), l'homme de la génuflexion de Varsovie (décembre 1970), mais celle des ambitions retrouvées sur les Marches de l'Est. Économiques. Commerciales. En attendant de redevenir stratégiques et politiques. Comme Helmut Kohl dans les Balkans, Angela Merkel entend signifier que la politique étrangère allemande, en Europe centrale et orientale, ne se décide à nul autre endroit que Berlin.

 

Que l'Allemagne ait des intérêts économiques et commerciaux en Pologne, dans les Pays Baltes et en Ukraine, qu'elle ait signé un contrat gazier avec la Russie, il n'y a là rien d'autre que les premiers éléments de réalisation concrète, près d'un demi-siècle après le geste sublime de Willy Btrandt devant le Monument du Ghetto de Varsovie, d'une Ostpolitik voulue dès Frédéric II (1740-1786), avec les moyens qui sont d'aujourd'hui. L'étude de l'Histoire allemande indique très clairement ce tropisme vers l'Est comme un élément majeur du destin germanique.

 

Ces enjeux internes aux équilibres de l'Europe centrale et orientale, Donald Trump en a-t-il connaissance ? Dispose-t-il, tout au moins, de conseillers capables de les lui rappeler, de même que Richard Nixon pouvait compter sur l'Allemand (de naissance) Henry Kissinger, pour lui expliquer la complexité du monde ?

 

Ce qui est sûr, c'est que l'OTAN ne parle plus d'une même voix. Il y a la voix américaine, qui voudrait pour l'éternité demeurer le patron. Et il y a la voix de l'Allemagne. En répondant à M. Trump que les décisions sur les choix politiques à l'Est se prenaient à Berlin, et non à Washington, Angela Merkel a poliment rappelé aux États-Unis d'Amérique que leur passage sur le continent européen, entamé en 1943 (Italie) et 1944 (Normandie) n'était pas éternel. Pas plus, au fond, que le domino appelé "OTAN".

 

Un jour, il se pourrait que les États-Unis quittent l'Europe. Ce jour-là, il faudra faire le compte des forces stratégiques bien réelles, et bien nationales, demeurant opérationnelles sur le vieux continent. Ce sera vite fait : il y aura un peu l'armée française. Et il y aura beaucoup l'armée allemande. Qui ne cesse de se reconstituer depuis 1989 (à vrai dire bien avant). Cela, dans l'indifférence générale des commentateurs.

 

Pascal Décaillet

 

11:26 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Les Européens ont toujours joué les enfants gâtés, incapables de prendre la responsabilité de leur destin.

Écrit par : Mère-Grand | 13/07/2018

En ce qui concerne le réarmement allemand, auquel vous avez déjà fait allusion plusieurs fois, il faut nous en dire plus. SVP faites-nous un article special là dessus avec les chiffres et les références. Car pour ma part, même si je pense bien que tout au fond, comme en Suisse, le vieil esprit militaire allemand n'est pas tout à fait mort, pour le moment il me semble qu'il est bien entamé après 70 ans d´Umerziehung et de haine de soi. M'est avis que le roi sergent, le grand Fritz, Schnarhorst, Gneisenau, Clausewitz, Moltke, Roon, Falkenhayn, Mackenzen, von Tirpitz, Hindenburg, Ludendorff, von Manstein, von Rundstedt, Jodl, Keitel, Rommel et les autres doivent se retourner dans leurs tombes en entendant les discours de la ravissante Ursula von der Leyen et ils doivent se dire que cette Bundeswehr politiquement correcte, féministe, multikulti ne vaut rien. Au premier coup de fusil, "die werden alle davon rennen wie Hasen..."

Écrit par : capitaine | 14/07/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.