18/07/2018

Trump est vulgaire. Et alors ?

 

Sur le vif - Mercredi 18.07.18 - 09.43h

 

Trump ne fait pas de la politique comme les autres.

 

Il ne fait pas de la politique comme Obama. Il est moins élégant, moins à l'aise dans un salon. Il se comporte comme un rustre avec la Reine d'Angleterre, là où son prédécesseur avait su se montrer parfaitement bien élevé.

 

Oui, Trump est un peu vulgaire.

 

Et alors ?

 

On va passer toute la législature (déjà trois semestres accomplis, sur huit) à s'en étrangler, comme on l'avait fait pendant la campagne électorale ?

 

Moi aussi, je préfère les personnes bien élevées. Je reconnaissais à Obama, au milieu d'un bilan de politique étrangère quasiment inexistant (à part Cuba et l'Iran), une incontestable classe lorsqu'il apparaissait en public.

 

Mais cette classe d'Obama, c'était juste de l'apparence. Du visuel, pour peaufiner la fabrication d'une icône. C'est sur son bilan qu'il faut le juger.

 

De même, la vulgarité de Trump.

 

Aux trois huitièmes du mandat, l'essentiel n'est certainement pas l'éducation lacunaire du Monsieur au registre des bonnes manières.

 

Non, l'essentiel, c'est que Donald Trump est en train de bouleverser les paradigmes qui ont régi, disons depuis 1945, les rapports entre les nations.

 

Depuis 1945, cela signifie depuis la fin de la guerre. Depuis l'ONU, qui succédait à la calamiteuse Société des Nations, celle d'Adrien Deume, qui taille ses crayons, en s'ennuyant dans son bureau, pendant qu'Ariane...

 

Depuis 1945, cela signifie depuis l'avènement du "multilatéral", entendez la toile tissée mondialement pour faire oublier à la planète qu'il n'y avait désormais que deux patrons, les USA et l'URSS. Cela, pour une bonne quarantaine d'années.

 

Le multilatéral, comme paravent, comme pansement de l'âme, comme baume sur les consciences pour tenter de se convaincre qu'à l'ONU, celle de New York ou celle de Genève, le représentant de la plus oubliée des nations, la plus pauvre, bénéficiait de la même voix que les deux super-puissances, ce que bien entendu personne n'a jamais cru.

 

Ce projet, pourtant, j'aurais pu y croire. Je suis fasciné par le Discours tenu à Brazzaville, en janvier 1944, donc en pleine guerre, par Charles de Gaulle, où sont posés, avec une éloquence hors du commun, les principes du droit des peuples à disposer d'eux-mêmes. Anticipation de la décolonisation, mais aussi de de qu'on appellera plus tard le mouvement "des non-alignés". Que ce Discours ait été tenu au cœur de l'Afrique, continent qui m'est cher, est à mes yeux essentiel. Et cela, seize ans avant la première grande vague (1960) de décolonisations.

 

Mais le "multilatéral", hélas, ce ne fut pas du tout cela. Jamais la toile n'a réussi, une seule seconde, à mettre en minorité, encore moins à désavouer, les vrais maîtres du monde : USA + URSS, puis USA tout seuls. A la moindre mise en danger, droit de veto. Ou pire : retrait du financement. Regardez, à Genève, où se trouve l'ONU, et où se trouve la Mission permanente américaine : un jet de pierre. Cette proximité veut tout dire.

 

La réalité des trois premiers huitièmes du (premier ?) mandat de Trump, c'est bel et bien une prise de congé de cette toile d'araignée multilatérale. Pour réhabiliter la seule réalité véritablement mesurable : celle des rapports de forces, des alliances bilatérales modulables et révocables (comme sous Louis XV, à l'époque de la Guerre de Sept Ans, 1756-1763, si complexe et si passionnante), celle des intérêts supérieurs des nations.

 

Ce dessein, jamais Trump ne pourrait l'accomplir s'il n'était profondément voulu par un nombre de plus en plus important de peuples et de personnes. Ce petit monde du multilatéral, des "ONG", où tout se passe en anglais (la langue du Maître), et où rien de concret n'advient jamais, si ce n'est la pointe parfaitement taillée des crayons d'Adrien Deume, n'intéresse en priorité que lui-même.

 

Ainsi, la "Genève internationale" passe beaucoup trop de temps à se contempler dans le miroir du monde, reléguant l'occasion d'aller à la rencontre des Genevois. On semble y vivre en boucle, comme dans un Palais des Glaces. Tiens, celui de Versailles, par exemple, où fut signé le calamiteux Traité de 1919, l'une des causes de la Seconde Guerre mondiale.

 

Trump prend congé du multilatéral, il a contre lui les fonctionnaires du multilatéral, donc l'Appareil, et une myriade de journalistes et d'observateurs formés (notamment à Genève) dans le culte du multilatéral. Intellectuellement, ce petit monde ne peut imaginer une planète sans ces immenses organisations, ces machines à siéger, palabrer, décréter, prendre l'avion, parler anglais, griller des millions de tonnes de kérosène. Avec, comme résultat, du vent.

 

Il a contre lui ce petit monde. Mais il n'est pas exclu qu'il ait AVEC lui, jusqu'au coeur du Vieux Continent européen, le ralliement croissant des âmes. Parce que les peuples sont de plus en plus las de l'impuissance impersonnelle du "multilatéral". Et de plus en plus demandeurs de communautés nationales, avec des contours précis, des valeurs définies, des lieux de mémoire (lire Pierre Nora, Gallimard, Bibliothèque illustrée des Histoires, 3 volumes, 1984-1992), des immigrations contrôlées, et surtout des citoyennes et citoyens qu'on écoute.

 

A cet égard, la "vulgarité" de Trump pourrait bien passer, devant l'Histoire, comme un infini détail, face à la révolution des rapports qu'il aura, peut-être, instaurée entre les nations.

 

Pascal Décaillet

 

 

10:42 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (6) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Très juste!
Vous devenez un leader d'opinion de plus en plus intéressant. Avec ces positions claires vous aurez beaucoup de succès. Mais le fossé entre vous et l'establishment va se creuser de plus en plus. La République universaliste éclairée de Maudétie risque de ne pas vous le pardonner. Ou alors on essaiera de vous marginaliser. On vous mettra des bâtons dans les roues. Et on dira perfidement: Ah oui, Décaillet, il est sympathique. C'est un original. Ne le prenez pas trop au sérieux.
C'est égal, continuez comme ça. La foule de vos supporters ne fera que croître.

Écrit par : Populiste? Non, populaire | 18/07/2018

C'est vraiment un excellent billet, qui exprime en mille fois mieux ce que je pense. Cependant, je n'ai pas trop aimé cette remarque :
"au cœur de l'Afrique, continent qui m'est cher, est à mes yeux essentiel."
Que savez-vous vraiment de l'Afrique pour écrire cela ? l'africanophilie a d'ores et déjà produit un véritable désastre. Si lors des Grandes Pestes, des martiens avaient débarqué pour nous sauver, les Européens n'auraient fait aucun progrès. Le progrès ? C'est le truc des martiens...
"L'Afrique refuse-t-elle le développement" Axelle Kabou
"Négrologie" Stephen Smith

La revue "Un seul monde", l'organe de la DDC (Direction pour le développement et la coopération suisse)de mars 2008 dans l'éditorial "Périscope" indiquait:
"Entre 1990 et 2005, les guerres ont coûté à l'Afrique l'équivalent de quelque 353 milliards de francs. Ce montant comprend les coûts directs des conflits (...)
Il correspond à peu près au volume de l'aide internationale attribuée au continent noir durant cette même période."

C'est la DDC qui le dit et l'imprime. Pas la fachosphère comme le disent les médiocres qui essaient de défendre les inepties tiers-mondistes... (et deux tiers mondaines).

Écrit par : Géo | 18/07/2018

"Entre 1990 et 2005, les guerres ont coûté à l'Afrique l'équivalent de quelque 353 milliards de francs. Ce montant comprend les coûts directs des conflits (...)
Il correspond à peu près au volume de l'aide internationale attribuée au continent noir durant cette même période."
Si j'ai bien compris le Nord subventionne ses industries d'armements.

Écrit par : Daniel | 18/07/2018

Ouais, ben heureusement que nous avons Monsieur Decaillet pour contrebalancer le discours dominant anti-Trump, anti-Russe, anti-Poutine dont voici un exemple qui reprend tous les poncifs et mensonges de l'Etat profond yankee:
http://andrenaef.blog.tdg.ch/archive/2018/07/18/poutine-officier-traitant-de-trump-293289.html
Il y a bien eu un coup d'Etat, mais c'était un inside job, suite à un premier coup qui avait écarté Bernie Sanders. Il fallait à tout prix éviter l'élection d'une folle. Ce ne fut en aucun cas une magouille de la Russie qui était bien incapable de faire basculer les résultats dans 4 Etats clés (sondages sorties donnant Killary vainqueur, mais résultat final en faveur de Trump).
https://heavyeditorial.files.wordpress.com/2016/11/2016-exit-polls-did-hillary-clinton-win-presidential-election-voter-fraud-lose-rigged-donald-trump-results.jpg?quality=65&strip=all&strip=all
Il y a aussi l'assassinat de Seth Rich dont personne ne parle...

Écrit par : Daniel | 18/07/2018

On fait semblant de s'indigner que la Russie ait peut-être tenté d'influencer l'élection américaine de 2016, pour favoriser un candidat qui lui soit moins hostile. Ah bon? Le belle affaire, parce que les USA par exemple ne s'ingèrent jamais dans les processus électoraux des autres pays? Et dans le processus électoral américain, aucun autre pays que la Russie ne s'ingère? Vraiment? Aucun autre? Même pas Israel?

Écrit par : Stop kidding! | 18/07/2018

"Même pas Israel?" Ah, ah... Il suffit de lire les commentaires de Corto...
Il se prend pour le Maître des ficelles américaines. Alors, ce n'est peut-être pas (complétement) vrai mais en tout cas, eux, lui, ils y croient. A fond.

Écrit par : Géo | 18/07/2018

Les commentaires sont fermés.