22/07/2018

Feue la Cathédrale européenne

 
Sur le vif - Dimanche 22.07.18 - 14.13h
 

Il n'y a pas d'aventure européenne, pas plus qu'il n'existe de "construction européenne". Derrière ces mots, gargarisés à l'envi, nul concept réel, nul principe de réalité. Juste une incantation, sur une base abstraite, pour se faire plaisir.

 

Il n'existe pas de "construction européenne". Mais il existe l'inusable vitalité des nations. Par exemple, la nation française, depuis la Révolution. Ou encore, la nation allemande, plus complexe, principalement née de l'esprit de résistance à l'occupation française de la Prusse, entre 1806 (Iéna) et 1813 (Leipzig). Née aussi du Sturm und Drang, en réaction à l'Aufklärung (les Lumières, version allemande). Née aussi du Romantisme, littéraire et musical. Née, encore, de l'extraordinaire travail des Frères Grimm sur l'origine des mots germaniques.

 

Face à ces réalités-là, qui charrient tant de strates profondes, en philosophie politique, en littérature, en lexicologie, en travail sur le langage, en réflexion sur la vraie nature de ce qui nous porte, inutile de dire que les braves technocrates de Bruxelles, avec leurs directives, ne pèsent pas lourd. Ils sont au service de gens qui, depuis un demi-siècle (1968), et surtout depuis une trentaine d'années (chute du Mur, 1989), ont tout entrepris pour gommer cette réflexion-là, l'éradiquer.

 

Il ne fallait surtout plus parler d'Histoire nationale, surtout pas étudier - ou faire lire à ses élèves - les Discours à la Nation allemande de Fichte (1807), dont je parle si souvent ici, encore moins l'Histoire de la Révolution française de Jules Michelet. Il fallait liquider les chronologies, tout réduire à des "thèmes", dépourvus du moindre ancrage dans l'échelle temporelle, privilégier les "sujets de société" (le véritable enjeu de Mai 68) sur l'Histoire politique, celle des batailles, des guerres, des Traités, des rapports de forces. Celle qui, à l'instar de Thucydide (Guerre du Péloponnèse, 5ème siècle avant JC), constate, cherche les causes, les relie aux conséquences, décrypte le discours, rétablit les enjeux profonds.

 

L'éclosion de "l'idée européenne" chemine en étonnante contemporanéité avec les idées de Mai 68. On ne parle plus des nations, on ne constate plus les faits dans un enchaînement de causes et de conséquences. En lieu et place, on décrète des "droits", on moralise, on saute à pieds joints dans le piège émotionnel, dans celui de "l'indignation", on guette le moindre "dérapage" sur un réseau social pour hurler au retour des années noires, dénoncer, clouer au pilori. Et puis, quand on a encore un peu de force entre deux étranglements "d'indignation", on vénère l'Europe, parce que tout de même, l'Europe c'est le Bien, les Nations c'est le Mal. Pas belle, la vie ? Simple, éblouissante, comme une jouissance enfin délivrée de l'archaïsme des entraves.

 

Le problème, c'est que l'Europe n'existe pas. Je ne parle pas de notre continent, magnifique et aimé, du Cap Nord à Palerme, "de l'Atlantique à l'Oural". Non, je parle de CETTE EUROPE-LÀ. Cette horlogerie intellectuelle, conçue - au mieux - par des esprits croyant à la primauté de la philosophie sur le constat historique. Car là se trouve la vraie ligne de fracture intellectuelle : entre les raisonneurs, qui veulent toujours tout démontrer, et ceux qui observent patiemment, nation par nation, le réel. Les premiers, dans la Lumière de leur cosmopolitisme, croient aux lois universelles. Les seconds, plus instinctifs, tentent de défricher la vie intime de chaque terroir.

 

L'Europe n'existe pas. Mais le destin allemand, par exemple, relancé dès le milieu du 18ème siècle par le grand Frédéric II de Prusse, cela existe. Bien tangible. Avec des revers, comme mai 1945. Mais surtout avec une perpétuelle renaissance. Comme par hasard, c'est au moment de la chute du Mur, 1989, là où tout redevient possible pour le destin allemand, et notamment toutes les fulgurantes préfigurations de Fichte (1807), que "l'idée européenne", jusque là fort acceptable pour faciliter les échanges économiques, ne devient plus qu'un paravent pour cacher la renaissance allemande.

 

Qu'Helmut Kohl ait joué ce jeu-là, il a ma foi utilisé la carte nationale, sous prétexte européen. Qu'un François Mitterrand ait accepté ce principe, jusqu'à le surjouer, est une toute autre affaire. En matière balkanique, en matière monétaire, on pouvait attendre de la France une autre voie, une autre voix aussi, que celles de l'alignement sur Berlin.

 

A partir de ce moment-là, celui de la Monnaie unique et du démembrement de l'ex-Yougoslavie sur la seule acceptation des exigences historiques de l'Allemagne, on ne pouvait plus parler sérieusement de "construction européenne". Mais de victoire des intérêts supérieurs de la nation allemande, au détriment non seulement de la France, mais de toute prétention à l'équilibre à l'intérieur de Feue la Cathédrale européenne.

 

Pascal Décaillet

 

 

14:13 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

En réalité cette anti-Europe devrait être appelée Eurotan. Ce n'était jamais qu'un protectorat US. On le voit bien aujourd'hui: il suffit qu'il y ait un président US qui en a assez de voir son pays ruiné par son rôle d'hegemon universel, et qui se montre critique envers l'OTAN et l'Union Européenne, pour que tout le chateau de cartes s'écroule. Cette anti-Europe n'a pas d'énergie propore. Elle est à la remorque des USA qui désormais veulent la liquider. Cette anti-Europe est finie.

Écrit par : Mallet du Pan | 22/07/2018

L'union européenne est un empire. Le premier à avoir théorisé une Europe politique et la fin des Nations est Nietzsche, un réactionnaire, admirateur de Napoléon et de sa mainmise sur le continent et qui affirmait par exemple que l'esclave connaissait un meilleur sort que l'ouvrier, fermement opposé à toute idée de démocratie et à une éducation nationale pour tous.

Écrit par : Daniel | 22/07/2018

Cher Daniel, vous avez raison: c'est un empire. Un empire illégitime et dysfonctionnel, mais c'est un empire.
J'ai lu un jour un propos d'Otton de Habsbourg, qui expliquait en long et en large que l'Union Europeenne était un empire et pour quelle raison, selon lui, il importait qu'il en soit ainsi. Ce qu'il ne disait pas, mais on le devinait, c'est qu'il rêvait qu'un jour sa famille puisse se retrouver à la tête de cet empire.

Comme chaque fois qu'on trouve quelque part une citation intéressante, si on ne la note pas immédiatement avec la référence, on peut etre sûr que si le lendemain on veut remettre la main dessus ce sera impossible. C'est donc ce qui s'est passé. Je n'ai plus jamais réussi à retrouver cette citation. J'ai cherché partout, notamment sur internet. Mais rien à faire.

Peut-être pourriez-vous m'aider. Connaissez vous ce texte? Je vous serais très reconnaissant si vous pouviez m'aider à le retrouver.

Écrit par : Mallet du Pan | 23/07/2018

@ Mallet du Pan
C'est peut-être ce texte:
marmitevingtieme.canalblog.com/archives/2015/11/04/32882192.html
amb

Écrit par : amb | 23/07/2018

"Peut-être pourriez-vous m'aider. Connaissez vous ce texte? Je vous serais très reconnaissant si vous pouviez m'aider à le retrouver." (Mallet du Pan)

Voila, voila ...

https://politik.brunner-architekt.ch/wp-content/uploads/coudenhove_paneuropa.pdf

Écrit par : Chuck Jones | 23/07/2018

@amb

Je vous remercie. C'est une piste en effet, mais le texte auquel je pense était de la main même de l'archiduc Otton et signé par lui. C'est un document un assez long, article de revue, ou conférence, peut-être une préface. Je vais creuser dans la direction que vous m'indiquez et je finirai peut-être par trouver.

Écrit par : Mallet du Pan | 23/07/2018

Les commentaires sont fermés.