03/08/2018

Le sédentaire admirable

 

Sur le vif - Vendredi 03.08.18 - 04.34h

 

En plus de se trouver dans une situation extraordinairement difficile à cause de la férocité de l'ouverture des marchés à la concurrence internationale, de nombreux paysans suisses sont maintenant aux abois, avec la sécheresse. Certains d'entre eux doivent abattre leur bétail.

 

Que fait M. Schneider-Ammann ? Ce conseiller fédéral, obsédé par l'exportation industrielle, quelle sensibilité du monde agricole a-t-il ? Se rend-il seulement compte que la paysannerie est le sel et la vie de notre pays, sa matrice ?

 

Et nos partis politiques, ils roupillent ? La Suisse entière doit se mobiliser par solidarité avec nos agriculteurs. C'est bien, Mesdames et Messieurs de la gauche urbaine, de sanctifier le nomade, mais le sédentaire admirable, celui qui depuis des générations gratte une terre, à laquelle il s'agrippe désespérément, pour nous nourrir et façonner nos paysages, ça existe aussi !

 

Pascal Décaillet

 

05:05 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Cher Monsieur,
Vous voilà dans une phase antilibérale depuis quelques jours. Pourquoi pas ? Chacun ses obsessions après tout.
Sur votre dernier billet, juste une remarque. Que vous demandiez le respect pour nos agriculteurs, je vous comprends et je vous appuie totalement. Moins de lois idiotes les aideraient bien, mais j'ai peur que cette incise soit déjà trop libérale pour vous. Donc, tout notre respect aux agriculteurs ! Cela dit, les agriculteurs constituent 0.75 % du PIB suisse et 3.4 % de la population active. M. Schneider-Ammann, comme les partis, de gauche et de droite, s'occupent donc des agriculteurs dans la juste proportion de ce qu'ils représentent.
Bien à vous,
Yann G.

Écrit par : Yann G. | 03/08/2018

Si vous connaissiez mieux le parcours de vie de ce conseiller fédéral radical bernois, vous tempéreriez quelque peu vos propos.
S’il est devenu beau-fils du grand Ulrich Amman (petit de taille et baraqué comme un paysan emmentalois), conseiller national radical bernois et en son temps le plus gros contribuable de ce canton ( !) industriel à Langenthal (importateur notamment de Caterpillar, chaudronnier et champion du revêtement des routes), c’est parce qu’il voulait tout d’abord devenir vétérinaire comme son père et aussi sa future épouse, Katharina Amman. Mais comme ils ont fréquenté dès le collège, le futur beau-père lui a dit qu’une seule vétérinaire suffisait dans la famille et qu’il devrait devenir ingénieur en étudiant au Poly de Zurich (diplôme « summa cum laude » en électricité en 1977) qu’il devrait aussi grader à l’armée (a fini comme colonel EMG !).
Son beau-père possédait plusieurs fermes en Emmental, dont une connue pour sa conversion au bio, qui sont toujours propriété de la famille et donc le conseiller fédéral connaît très bien la gestion et les problèmes des fermes suisses et de leurs agriculteurs, ici s’occupant surtout de bétail !
S’il fait peu de bruit dans la presse, il est beaucoup plus imposant au Conseil fédéral que ce que l’on croit, et surtout plus compétent que la « sourieuse » argovienne qui ne serait plus du tout élue dans son canton aux 3 centrales nucléaires sur cinq, rapportant énormément à ce canton d’Argovie (ainsi que Gösgen qui elle est située sur Soleure.

Écrit par : Marc Luisier | 06/08/2018

Les commentaires sont fermés.