11/08/2018

Pas de mégalomanie pour la Suisse !

 

Sur le vif - Samedi 11.08.18 - 05.55h

 

La Suisse n'a rien à faire au Conseil de sécurité de l'ONU. Une telle présence, rêvée par quelques mégalomanes, serait de nature à dévoyer le charme secret de notre petit pays : demeurer l'ami de tous, le lieu de résolution des conflits, influent par sa réserve et sa retenue, et surtout pas un gros gueulard dans la cacophonie multilatérale du monde.

 

Pascal Décaillet

 

10:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Charme secret de notre petit pays hum pour les uns parfois plus que pour les autres…
Demeurer l'ami de tous la Suisse l'a prouvé
Le lieu de résolution des conflits dans l'intention, certes

influent par sa réserve et sa retenue indiscutable

N'est-il pas venu le temps de s'impliquer en innovant et en recréant une Europe heureuse, généreuse, libre, une… capable de ne pas rougir des valeurs qui font la civilisation incluse dans l'humanité!?

Au turf, Pascal!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 11/08/2018

La Suisse au conseil de sécurité ? Juste bon pour l'ego de quelques grosses têtes dans la ligne de Calmy-Rey et son clone Burkhalter...

Écrit par : Géo | 11/08/2018

Géo, vous avez oublié ce CF fribourgeois qui nous avait vendu l'adhésion à l'ONU. Il a du être tellement insignifiant que j'en ai oublié son nom.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 11/08/2018

Entrer au CS de l'ONU, c'est accepter de ne plus être neutre. Il est vrai qu'il y a bien longtemps que nos irresponsables politiques ont assassiné la neutralité suisse.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 11/08/2018

Adhérer à un autre grand foutoir? ,non merci
Bon dimanche Monsieur Décaillet

Écrit par : lovejoie | 12/08/2018

Effectivement, la Suisse n'est plus recherchée pour sa bienveillance dans la résolution de conflits. Cela, depuis la funeste décision de faire partie de l'ONU à part entière. Comme la Cité du Vatican, notre pays aurait dû rester observateur!

Écrit par : Marc Luisier | 12/08/2018

"Adhérer à un autre grand foutoir", non.

Mais prendre l'initiative de jeter les bases d'un nouveau départ avec d'autres intentions que visées d'affaires d'acier et de charbon?

Se contenter d'observer "confortablement" les conséquences du grand foutoir: le désarroi d'autrui!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 13/08/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.