17/08/2018

La souveraineté n'est pas une option !

 

Sur le vif - Vendredi 17.08.18 - 17.49h

 

L'indépendance, la souveraineté, ne sont pas des OPTIONS dans la stratégie de survie d'un pays, comme il existe des options à l'achat d'un nouveau véhicule.

 

Vouloir sauvegarder l'indépendance, affirmer la souveraineté d'une communauté humaine définie par un périmètre géographique, mais surtout par le partage ému de la mémoire et des valeurs, n'a rien d'une option ! Rien, non plus, d'un dada pour souverainistes ou conservateurs, que les partisans des conglomérats supranationaux veulent absolument, par les artifices les plus retors du langage, faire passer pour des archaïques.

 

La souveraineté, l'indépendance, loin d'être des options nostalgiques, ne sont rien d'autres que des CONDITIONS SINE QUA NON à l'existence des nations. Si on accepte un suzerain, on s'intègre à un système de dépendance. C'est un choix, celui de l'appartenance à un Empire. Mais ce choix, qui reconnaît des autorités supérieures, ou des figures de tutelle, est très précisément antinomique du choix national. Ce choix de l'intégration à un vaste ensemble n'est pas le mien.

 

Pour ma part, je crois que l'échelon de la nation, apparu avec la Révolution française, n'est pas mort. Il n'est certes pas éternel, rien ne l'est, mais pour un bout de temps, nous y sommes encore. Je crois à la nation souveraine, associée à un système très puissant d'expression du peuple dans les grands choix de destin, associée aussi à des valeurs de fraternité et de partage, et puis d'ambition culturelle. Parce que les communautés humaines ont besoin de lieux de mémoire, de repères, d'institutions choisies par elles, pour exercer avec proximité leur citoyenneté. Dans l'Empire, le citoyen se dilue, il devient sujet de la machine ou de ses fonctionnaires. La nation, pour moi, est indissociable de l'exercice le plus vif et le plus vigilant de la démocratie, directe notamment.

 

De la nation, je ne fais aucune mystique. Je déteste l'idée que l'une d'entre elles, quelconque, se proclame supérieure aux autres. Je milite pour l'égalité de TOUS les humains de la planète, celle du paysan oublié du Sahel, comme celle du décideur de Paris, Londres ou Berlin. Simplement, nous devons respecter, comme des fleurs fragiles, le lien de chaque communauté humaine, dans l'ordre de la mémoire, de l'Histoire et des valeurs. Je ne crois absolument pas à la nation universelle, ni à une quelconque recette cosmopolite, imposée d'en haut, par des Kouchner ou des BHL. Nos pays se sont construits par le bas, chacun selon son chemin, son Histoire, sa spécificité. Il faut se pencher, patiemment, sur chacun de ces cas : la Suisse n'est pas la France, qui n'est pas l'Allemagne, ni la Grande-Bretagne.

 

La perversité sophistique des partisans de l'Empire, ou des géants multilatéraux, consiste à mettre dans le même panier la nation et le nationalisme, et nous faire croire qu'au bout, il y a la guerre. Comme si les Empires n'avaient pas conduit le plus de guerres ! Comme si l'éternelle référence aux années trente devait tenir lieu de toute réflexion, toute imagination, toute appréciation nuancée, différenciée. Nous sommes là dans le champ exact du combat idéologique d'aujourd'hui. La vielle césure droite-gauche n'y tient plus grand place. D'autres paramètres, passionnants, occupent le front, quelque part entre le petit et le grand, la citoyenneté et la sujétion, la volonté de se battre et la résignation.

 

Pascal Décaillet

 

 

18:28 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

L 'amour de la patrie de la famille de la nation sont devenus ringards. Aux heures sombres qui nous attentent ceux qui croient être aimés par ceux qu'ils accueillent sans conditions vont déchanter.

Écrit par : norbert maendly | 17/08/2018

Bonsoir Monsieur Décaillet

A mon humble avis, Internet signe l'arrêt de mort des nations.

N'importe quoi se faufile n'importe où (ou presque) à la vitesse de l'éclair...

Comment voulez-vous ?

Écrit par : absolom | 17/08/2018

"C'est un choix, celui de l'appartenance à un Empire. Mais ce choix, qui reconnaît des autorités supérieures, ou des figures de tutelle, est très précisément antinomique du choix national. Ce choix de l'intégration à un vaste ensemble n'est pas le mien."

La comparaison est sans doute hasardeuse, mais c'est tout de même ce qu'ont fait les cantons suisses lorsqu'ils abandonnèrent des parcelles de souveraineté à Berne.

Et franchement, la Suisse, sans juges étrangers, sans accord institutionnel, avec frontières retrouvées, avec des citoyens et citoyennes votant librement, ne sera-t-elle pas, finalement, emportée quand même dans le grand tourbillon non plus du commerce mais du capitalisme sauvage qui se moque éperdument de l'avenir des nations, réunies ou non, au sein d'une entité supérieure.

Quand à la subtile distinction entre nation et nationalisme, j'admire votre optimisme. En ce qui me concerne, je vois des peuples qui glissent insensiblement de l'une à l'autre sans même s'en rendre compte...

Rien n'empêche néanmoins d'en débattre !

Écrit par : Michel Sommer | 17/08/2018

Débattre, assurément mais n'y aurait-il pas moyen de faire aboutir les débats sur une action… un regroupement de personnes luttant ou se préservant du "grand tourbillon non plus du commerce mais du capitalisme sauvage (dénoncé avec constance par Jean Ziegler) qui se moque éperdument de l'avenir des nations, réunies ou non, au sein d'une entité supérieure." Michel Sommer 17.O8.2O18

Il faut redire l'inquiétante affirmation d'une conseillère fédérale selon laquelle appelée à voter la Suisse n'accepterait jamais d'entrer dans l'UE et que par conséquent "nous l'y feront entrer en biaisant"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 17/08/2018

Les commentaires sont fermés.