30/08/2018

Nations libres et papier glacé

 

Sur le vif - Jeudi 30.08.18 - 07.29h

 

L'Italie, l'Autriche, la Hongrie sont des nations souveraines. Elles élisent qui elles veulent pour les diriger. Elles sont totalement libres de leurs choix politiques, notamment dans la gestion de flux migratoires auxquels elles sont confrontées avec une violence inouïe. Elles n'ont de leçon à recevoir de personne. Et surtout pas de l'arrogance hautaine de M. Macron.

 

Qu'il s'occupe déjà de la France, de la souffrance de son peuple, avec ses millions de délaissés, qu'il s'occupe des paysans français, des ouvriers français, des travailleurs pauvres français, des chômeurs français, cet orléaniste sur papier glacé, avant de faire la leçon au monde !

 

Pascal Décaillet

 

09:08 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

"qu'il s'occupe des paysans français, des ouvriers français, des travailleurs pauvres français, des chômeurs français, cet orléaniste sur papier glacé, avant de faire la leçon au monde !"
Pas de risque. Il n'a que mépris pour les Gaulois, les fainéants et ceux qui ne sont rien. Il est piquant de constater qu'il fait l'éloge du Danemark qui n'a pas adopté l'euro.

Je recommande de prendre connaissance de quelques unes de ces vidéos:
https://duckduckgo.com/?q=mujica+uruguay&t=ffsb&iax=videos&ia=videos

Très exactement un antimacron. Citation:
"En réalité les pauvres ne sont pas ceux qui ont peu... les pauvres sont ceux qui veulent beaucoup."

Écrit par : Daniel | 30/08/2018

Mais qu'a donc fait, que vous a donc fait M. Emmanuel Macron pour que vous le vilipendiez à ce point.

Vous qui suivez et connaissez la politique depuis longtemps, vous savez bien que les leçons données par les chefs d'Etat à leurs éminents collègues ne sont qu'un épiphénomène et qu'en ce qui concerne le problème spécifique de l'immigration vers l'Europe, il convient de ne pas se voiler la face : le monde développé ne fait strictement rien pour y trouver une solution, sinon en fermant les frontières.

A ce stade de la situation, l'immigration vénézuélienne vers les pays voisins est très éclairante. Même langue, même religion et l'on commence à voir poindre chez les voisins un soupçon d'agacement qui pourrait assez vite se transformer en frontières hermétiques. Comme si la résolution de l'immigration se résumait à fermer les frontières. Tôt ou tard on en paie le prix.

Écrit par : Michel Sommer | 30/08/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.