04/09/2018

"Migrant", avec guillemets !

 

Sur le vif - Mardi 04.09.18 - 14.54h

 

Je n'accepte absolument pas la manière dont le mot "migrant", quasiment absent du langage politique jusqu'à une période récente, a été massivement imposé ces dernières années dans le vocabulaire.

 

J'aurais énormément à dire sur ces éléments de langage, tout sauf gratuits, donc tous porteurs d'un sens politique très précis, qui viennent comme par hasard s'engouffrer dans nos lexiques.

 

C'est pourquoi, la plupart du temps, pour montrer ma distance, non face aux "migrants" (toute personne humaine, à mes yeux, mérite le respect), mais face à l'automaticité imposée de ce vocable, je le place entre guillemets.

 

Je déteste ce participe présent substantivé, laissant entendre qu'il existerait comme une condition professionnelle de "migrant", constituant (c'est justement ce qu'on essaye de nous faire croire) une sorte d'inéluctable, que nous serions contraints d'accepter.

 

Le mot "réfugié", lui, plus clair et plus ciblé, fait expressément référence à la voie de l'asile, choisie par des personnes qui doivent fuir leur pays, où elles sont victimes de persécutions.

 

Mais le mot "migrant", ce participe présent continu, laisse poindre quelque nomadisme éternel, comme un mouvement perpétuel, cosmique, auquel nous n'aurions pas le choix de nous opposer.

 

Or, la politique, c'est choisir. Dire oui. Ou dire non. Et non nous plier face une contrainte, fût-elle soutenue par les voix les plus suaves de la doxa morale.

 

Pascal Décaillet

 

 

15:10 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

https://www.ndf.fr/politique/01-09-2018/chemnitz-une-journalope-a-la-rencontre-du-peuple-allemand-video-savoureuse/

Bonne fin d'après-midi - Je passais :)

Écrit par : Patoucha | 04/09/2018

Les adeptes du renouvellement des populations par l'immigration ont bien compris que le détournement massif du droit d'asile allait atteindre ses limites. Il devenait donc important de découpler la notion de réfugié de ce droit, et d'y préparer l'opinion en introduisant le terme de "migrant", qui lui n'est soumis a aucune condition a part le souhait de migrer.

Maintenant il y a quand même de quoi se poser des questions quant au beau synchronisme unanime de la press mainstream et des politiciens bienpensants dans l'adoption de ce terme et le bannissement total du mot "réfugié"

Écrit par : Eastwood | 04/09/2018

Très touchant votre article-chapeau et plein du bon sens, M. Pascal Décaillet.

Regardez si vous le voulez bien, cette vidéo de 6-7 minutes avec une belle chanson de Georges Moustaki et si c est contraire à votre ligne éditoriale, prière de la censurer....sans rancune aucune...

Bien à Vous.
Charles 05
-------------------------

https://www.youtube.com/watch?v=qXr6TEL2m9o

Écrit par : Charles 05 | 04/09/2018

Très touchant votre article-chapeau et plein du bon sens, M. Pascal Décaillet.

Regardez si vous le voulez bien, cette vidéo de 6-7 minutes avec une belle chanson de Georges Moustaki et si c est contraire à votre ligne éditoriale, prière de la censurer....sans rancune aucune...

Bien à Vous.
Charles 05
-------------------------

https://www.youtube.com/watch?v=qXr6TEL2m9o

Écrit par : Charles 05 | 04/09/2018

Un secouru en mer!? Sep 05, 20187

- Majorque (ESPAGNE) – A Playa de Palma, la police a tiré sur un individu qui venait de poignarder deux touristes allemands. Il menace de tuer des policiers

Les événements ont commencé vers une heure du matin lorsque les services d’urgence ont annoncé que deux hommes, de nationalité allemande, avaient été blessés après avoir été poignardés.

Plusieurs patrouilles de la police locale et de la police nationale (ainsi que trois ambulances) se sont rendues sur les lieux et ont commencé à rechercher l’agresseur alors que les deux blessés étaient pris en charge.

L’agresseur a été interpellé. Dans ses mains, il tenait une arme blanche et a commencé à crier contre les agents (en arabe) tout en les menaçant avec l’arme.

Un policier lui a tiré dessus au niveau de la jambe pour le neutraliser.

(…) L’un des Allemands poignardés est dans un état très grave car il a une plaie à la poitrine qui a affecté son cœur, tandis que l’autre blessé a une plaie dans le dos.

« Si j’avais eu une kalachnikov, il y aurait eu plus de morts qu’à Paris ou à Barcelone » a déclaré l’agresseur.

Après avoir expliqué qu’il était libyen, la première chose qu’il a demandé était « Combien de personnes ai-je tué? », et quand il a été informé que personne n’a été tué, il a répondu « Merde! ».

Source - CronicaBalear.es

http://www.europe-israel.org/2018/09/espagne-un-migrant-libyen-poignarde-deux-touristes-allemands-et-menace-de-tuer-des-policiers/

Écrit par : Patoucha | 06/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.