19/09/2018

L'Ange gardien

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 19.09.18

 

Jeudi 13 septembre, réuni in corpore, le Conseil d’Etat annonce la dégradation de Pierre Maudet. Il n’est plus Président, c’est Antonio Hodgers qui le remplace. Il n’est le plus le ministre de tutelle de la Police, c’est Mauro Poggia qui assumera cette fonction. M. Maudet reste conseiller d’Etat, mais son territoire se voit réduit comme peau de chagrin. A la conférence de presse, l’ambiance est lourde, on sent que les deux jours de discussions, pour en arriver là, ont été très tendus. Il n’est pas sûr que l’intéressé ait proposé lui-même ces changements. Il règne un climat de coup de majesté, voire de putsch interne.

 

Et c’est là, à l’issue de cette séance difficile, où pesait le silence précédant les orages, que se produit une scène qui pourrait nous réconcilier avec la nature humaine. Pierre Maudet quitte la salle. Les caméras le suivent, descendant la rue de l’Hôtel-de-Ville. Ce sont des moments, dans la vie, où l’on peut légitimement se sentir très seul.

 

Eh bien seul, il ne l’est pas. Il existe une dame, avec beaucoup de classe dans les moments difficiles (on l’avait vu, lors de l’affaire du verre d’eau), qui l’accompagne. Dans la pire séquence de la vie politique de Pierre Maudet, une certaine Nathalie Fontanet est là. A ses côtés. Elle ne l’abandonne pas.

 

Cette présence, qui rappelle celle de Jean-Pascal Delamuraz près d’Elisabeth Kopp, lorsque la conseillère fédérale démissionnaire avait quitté le Palais fédéral, porte un nom, magnifique : cela s’appelle un Ange gardien.

 

Pascal Décaillet

 

15:45 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Monsieur Décaillet,
Vous connaissez et aimez trop la langeu française pour ne pas savoir quelle est la définition du mot "putsch".
Croyez-vous vraiment que c'est ici le mot adéquat?

Que pensez-vous du fait que sa "majesté" ait utilisé le service du protocole pour accéder plus rapidement à son avion dans le cadre de sont voyage "privé"?
Je trouve cette manière de faire conforme avec un ordre monarchique, pas avec la démocratie, quand dans le privé, chaque citoyen est égal. On se croirait en France dans une monarchie élective.

Personne n'est ni indispensable, ni irremplaçable.

Écrit par : Daniel | 19/09/2018

Pascal Décaillet,
une expérience, un vécu d'ange gardien

avec la certitude d'une présence correspondant à cet ange gardien

me fit, années 69-7O, me diriger sans savoir où j'allais invitée par cette "force présence intérieure" à me lever... sortir guidée par cette présence avec son propre langage, sa "voix" pour entrer dans une librairie où je n'étais jamais entrée auparavant n'en connaissant que la vitrine. Cette voix intérieure me commanda de me diriger vers un rayon de fermer les yeux et tendre un bras.
Les yeux fermés, toujours, avoir un livre sous la main, le tirer, le prendre l'acheter "sans rien regarder" n'en connaissant donc même pas le titre. Puis la voix m'invita à entrer dans un café presque en face de la librairie, de m'asseoir puis, enfin, d'ouvrir mon petit paquet en son emballage… titre "exacte réponse" à une question que je me posais sur le pourquoi réel "en (toute) vérité" de nos actes ou actions:

Psychologie de la motivation par Paul Diel PETITE BIBLIOTHEQUE PAYOT

Mon trajet?
Comme un.e automate orienté.e par cette "présence voix" menant à cette librairie?

du chemin du Languedoc 1O, Lausanne, à l'ex librairie de la rue de l'Ale, Lausanne (Un bon quart d'heure en montant les Croix-Rouges, passer le pont Chauderon... traverser... rue de l'Ale

En blogosphère on démolit trop la réalité spirituelle

Bonne journée à vous

Écrit par : Myriam Belakovsky | 20/09/2018

Dieu, que les témoignages de Myriam Belakovsky sont émouvants! Merci de nous en faire profiter, Pascal Décaillet.

Il faut se mettre à la place de Pierre Maudet, confronté à cette expérience particulièrement troublante: un ange gardien (une "force présence intérieure" ayant une "voix") qui se manifeste à lui et le persuade de se rendre à Abu Dhabi avec sa femme, ses trois enfants et son adjoint pour y assister au GP de formule 1. Le malheureux avait-il d'autre choix qu'obtempérer à cette voix amie qui lui commandait de répondre à l'invitation du Cheik Mohamed Bin Zayed Al Nahyan, prince héritier de l'émirat? Comme un.e automate orienté.e par cette "présence voix" menant au dit prince, Pierre Maudet a fait ses bagages et pris la direction de l'aéroport. Qui ne l'aurait fait à sa place?
Gageons que le Ministère public genevois finira par comprendre que le Président du Conseil d'État ne pouvait que s'incliner face à un appel aussi irrésistible, auquel personne (pas même Mme Belakovsky) n'aurait pu résister.

En blogosphère on démolit trop la réalité spirituelle.

Bonne journée à vous et à votre ange gardien.

Écrit par : Mario Jelmini | 20/09/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.