02/10/2018

L'Alma Mater et les Barbares

 

Sur le vif - Mardi 02.10.18 - 09.32h

 

Des étudiants bâlois, nous apprend le Temps, veulent bannir la Weltwoche de l'enceinte de l'Université.

 

Cette attitude, souvent reproduite dans les milieux estudiantins de Suisse face à une école de pensée qui n'est pas la leur, est particulièrement grave.

 

Ces étudiants ont le droit le détester la Weltwoche. Donc, de ne pas la lire. Ou (ce qui serait déjà mieux), de la lire et de s'énerver.

 

De quelle sorte d'enceinte veulent-ils exclure ce journal ? Réponse : d'une Alma Mater. En latin, ça veut dire Mère Nourricière. Comme la Louve de Rome.

 

Une Université, une Alma Mater, c'est précisément, depuis Bologne, depuis la Sorbonne, un lieu, certes géographiquement au coeur de la Cité, mais immatériellement dans l'ombilic invisible du monde, où puisse souffler l'esprit, pour reprendre le mot si beau de Maurice Barrès.

 

Le souffle de l'esprit ne passe pas par une mise à l'écart des idées qui dérangent. Mais par l'acceptation de la pluralité, puis la mise en énergie des antagonismes. S'il est un lieu où cette dernière doive se faire par l'argument, plutôt que par l'émotion, c'est justement l'Université.

 

Pour ma part, je suis abonné à la Weltwoche. Et je suis aussi abonné à Gauchebdo. Et pendant toute mon adolescence, dès l'âge de quinze ans, j'étais abonné au Nouvel Observateur, qui soutenait la gauche, en opposition à Giscard. Et toute ma vie, j'ai lu le Spiegel, proche du SPD, la NZZ, voix du Freisinn, la Frankfurter Allgemeine.

 

Et quand j'étais à l'Université de Genève, à partir de 1976, j'adorais me réfugier à la "Salle des Journaux", à côté de la cafétéria, Uni Bastions, rez-de-chaussée. J'y dévorais le Journal de Genève, où je commençais d'ailleurs à rédiger mes premiers papiers. Dans cette salle, je respirais un air de liberté. Elle était digne d'être nourricière. Digne de se trouver dans l'Alma Mater.

 

Les étudiants censeurs de l'Université de Bâle sont des Barbares.

 

Pascal Décaillet

 

 

09:54 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.