05/10/2018

Balkans : oui, une nouvelle guerre est possible

 

Sur le vif - Vendredi 05.10.18

 

Pour la première fois de ma vie, je suis d'accord avec M. Juncker ! Le Président de la Commission européenne estime parfaitement envisageable l'éventualité d'une nouvelle guerre dans les Balkans. Il a malheureusement raison.

 

Là où je ne le suis plus, c'est lorsqu'il presse une foule de pays balkaniques d'adhérer à l'Union européenne.

 

Je m'intéresse aux Balkans depuis une quarantaine d'années. J'ai eu plusieurs fois l'occasion de m'y rendre. Sous Tito encore, avant 1980, je tâchais de lire ce que je pouvais trouver, en français ou en allemand, sur l'Histoire de cette région totalement passionnante. Il était clair, dès la mort de Tito (1980), que la Fédération des Slaves du Sud, datant de l'effondrement des deux grands Empires, l'Austro-Hongrois et l'Ottoman, n'allait plus durer très longtemps.

 

Le pays, en Europe, responsable au premier chef du démembrement de la Yougoslavie porte un nom : il s'appelle l'Allemagne. L'Allemagne de Kohl. L'Allemagne de la Chute du Mur (9 novembre 1989). L'Allemagne de la réunification (1990). Le Mur tombé, le Rhénan Kohl a racheté la DDR, l'Allemagne de l'Est, à coups de colossaux capitaux. Il l'a littéralement achetée, oui, avec une gloutonnerie, une vulgarité, une absence totale de considération pour la Saxe et la Prusse historiques, indignes de tout ce qu'avait été, entre 1813 et 1866, l'aventure de l'unification.

 

Je l'ai dit maintes fois, je le répète, la DDR valait mieux que cela. Elle méritait un autre traitement, dans les équilibres inter-allemands, si chers à un homme comme Willy Brandt (Chancelier de 1969 à 1974, l'homme de la génuflexion de Varsovie, décembre 1970), que ce "rachat", cette OPA du capitalisme le plus vil, le plus primaire, sur des terres, des populations, des traditions économiques et sociales qui n'avaient rien à voir avec cet ultra-libéralisme sauvage.

 

Cette Allemagne des années 1990, celle de Kohl, désormais réunifiée, veut montrer à l'Europe qu'elle n'est plus le nain politique de l'après-guerre. Le terrain de démonstration, ce seront les Balkans. J'étais à Berne, à la fin du printemps 1991, lorsque Kohl et Vranitzky, Chancelier autrichien, se sont empressés de reconnaître les déclarations d'indépendance unilatérales de la Slovénie et de la Croatie. Ils l'ont fait sous le paravent "européen" : c'était une manœuvre des anciennes puissances tutélaires germaniques pour reconquérir, dans cette région stratégiquement précieuse, une influence, notamment économique et commerciale.

 

Pendant toutes les années 1990, la Communauté européenne, devenue Union européenne, n'a cessé d'avaliser, d'embrasser, de faire siennes les positions de l'Allemagne de Kohl sur les Balkans. Il s'agissait, en lien étroit avec l'OTAN, donc avec les Etats-Unis, de briser des reins de la Fédération des Slaves du Sud, casser son influence, la remplacer par celle des capitaux "européens", entendez en majorité allemands, dans les Balkans. Pour cela, au milieu d'opérations militaires intra-balkaniques où la sauvagerie était omniprésente, on a volontairement noirci les uns (les Serbes), pour alléger le fardeau de responsabilité des autres. Exemple : ce qui s'est passé dans la Krajina croate.

 

Au moment des événements du Kosovo, en 1998, et surtout 1999, les services secrets allemands, en lien avec ceux de l'OTAN, ont tout fait pour favoriser l'UCK, donc chacun connaît la légendaire douceur.

 

Alors oui, une guerre dans les Balkans peut hélas revenir. Pour la simple raison que rien n'est réglé. On a laissé accéder à l'indépendance des pays qui n'ont pas les moyens militaires, ni économiques, de se défendre seuls, et qui viennent se masser sous la parapluie de l'OTAN. Entre les peuples de l'ex-Yougoslavie, rien n'est réglé, nulle véritable paix, les désirs de revanche sont immenses. Et ça n'est absolument pas l'adhésion de certains pays, ou pseudo-pays, à l'Union européenne, organe au demeurant en liquéfaction, qui va résoudre quoi que ce soit.

 

Alors oui, pour une fois, il convient de donner raison à M. Juncker : les Balkans, un jour ou l'autre, peuvent parfaitement recommencer à s'embraser. Et tout le tragique de l'Histoire, dans ces pays qui me sont chers, repartir à zéro.

 

Pascal Décaillet

 

 

19:23 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vous avez parfaitement raison sur les déclencheurs de la guerre des Balkans. Et qu'en voulant réduire une influence slave jugée menaçante, les atlantistes ont comme d'habitude permis l’émergence de leurs pires ennemis. A croire qu'ils aiment la guerre ou que c'est un bon business. Malheureusement dans l'opinion publique trop peu de gens en sont conscients, normal vu le matraquage médiatique biaisé de l'époque.

Et faut il aussi rappeler a Jean-Claude que l'Europe est morte à Srebrenica ? Remis en perspective ses propos sont d'une indécences a vomir !

Écrit par : Eastwood | 05/10/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.