05/10/2018

Que viendrait faire le peuple, dans cette idylle ?

 

Sur le vif - Jeudi 05.10.18 - 10.02h

 

Depuis que Mme Sommaruga est aux affaires, je ne suis d'accord avec rien de ce qu'elle dit, rien de ce qu'elle fait. Rien contre la dame à titre personnel, loin de là, mais opposition totale, géométrique, à chacun de ses propos, chacun de ses actes.

 

Par exemple, malgré la fougue naturelle - et légendaire - qui me porte vers les humains, je n'aurais sans doute pas embrassé avec une telle ferveur M. Juncker. Je me fus, tout au plus, contenté d'un soufflet, en évitant d'un millimètre le contact physique, en ces temps de centenaire de la grippe espagnole.

 

Ou encore, cette manie, face à chaque initiative, de la démolir avant même qu'on eût entendu les auteurs du texte, en nous promettant la mort du pays, les rats, la peste bubonique, les sauterelles, en cas d'acceptation. Quand elle entend le mot "initiative", la socialiste Simonetta Sommaruga, cent ans après le Comité d'Olten et la Grève générale, fonce aux abris.

 

J'aime les initiatives, Mme Sommaruga ne les aime pas. J'aime la démocratie directe, Mme Sommaruga ne l'aime pas. J'aime que toute la Suisse débatte du même sujet, et pourquoi pas en s'engueulant, le temps d'une campagne, et qu'un dimanche l'affaire soit tranchée ; Mme Sommaruga n'aime pas ces choses-là. Elle doit les considérer comme du désordre, de l'imprévu, des fausses notes sur la partition.

 

Mme Sommaruga est faite pour la quiétude de la Berne fédérale. Ce petit monde qui vit entre soi. Avec des juristes, des avis de droit, des ordonnances, des recours. La politique, comme un orchestre de chambre. Les pulsions de la vie, réglées comme du papier à musique. Que viendrait faire le peuple, dans cette idylle ?

 

Pascal Décaillet

 

 

10:34 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Très bon billet!

Écrit par : Claude | 05/10/2018

Sommaruga c'est le cassis de Dijon à Berne. Nous ce q'on veut c'est le Cassis de Berne à Bruxelles.

Écrit par : norbert maendly | 05/10/2018

Ménagère d'excellence... Mme Sommaruga balaie consciencieusement la démocratie.

Ne rien laisser traîner reste de chenit dans un coin loin des regards.
"Propre en ordre"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 05/10/2018

On la savait peu convaincante, on la voit maintenant au niveau zéro. Cette femme, accessoirement musicienne, ne dispose d'aucune des qualités nécessaires pour être un vrai conseiller fédéral.
Malgré sa nullité si évidente, sa capacité de nuisance reste forte en tant que socialiste de gauche vivant dans l'opulence. On ne devrait jamais élire de telles personnes au Conseil fédéral, mais les partis de "droite" sont faibles, particulièrement le PDC en pleine déliquescence!

Écrit par : Marc Luisier | 06/10/2018

Les commentaires sont fermés.