08/10/2018

Comprendre, plutôt que s'étrangler

 

Sur le vif - Lundi 08.10.18 - 07.22h

 

Au Brésil aujourd'hui, comme il y a deux ans aux États-Unis, comme en Italie, en Autriche, en Bavière, les paradigmes traditionnels de la politique de l'après-guerre sont en train d'éclater. Il faut en prendre la mesure, en tentant de comprendre en profondeur les motivations de ces électorats, plutôt que s'étouffer ou s'étrangler.

 

Les citoyennes et citoyens, un peu partout, veulent une prise directe sur le destin de leur pays. En Suisse, nous avons la chance de l'exercer, ce contrôle, grâce à la démocratie directe, ce bien si précieux qui sert de soupape, et permet d'exhumer des thèmes que la classe politique, les élus, voudraient laisser enfouis sous terre, parce qu'ils les dérangent.

 

En Suisse, oui, nous avons cette chance. D'autres peuples, de plus en plus, aspirent à établir, nation par nation, chacune selon son génie propre, une prise de décision directe des citoyens sur le destin du pays. L'évolution fulgurante des techniques, la mise en réseau des connaissances, vont dans ce sens.

 

Lutter contre la corruption. Défaire les cartels au sein des élites au pouvoir. Décider directement, d'en bas. Reprendre absolument le contrôle des flux migratoires. Ces thèmes, un peu partout, sont en pleine expansion. Aujourd'hui, la Bavière, demain l'ensemble de l'Allemagne ? Aujourd'hui l'Autriche, demain la Mitteleuropa ? Aujourd'hui l'Italie, demain la France ?

 

Pascal Décaillet

 

15:56 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bravo!

Voilà qui est très bien vu, et très bien dit.

On aimerait lire des éditoriaux comme ça dans la grande presse 'mainstream': Le Temps, La Tribune, La Liberté, même Le Nouvelliste. Dans ces grands journaux aujourd'hui on ne peut plus lire un éditorial comme ça.

La grande presse, en Suisse aussi, est soumise aux pouvoirs oligarchiques mondialistes.

C'est cela avant tout, qui explique que ces journaux sont devenus déficitaires. Parce que les lecteurs, qui sont aussi des citoyens mécontents, se désabonnent et de mille manières boycottent ces organes de presse qui leur servent une langue de bois insupportable, euroturbo, antipopulaire, pro juges étrangers, etc., etc.

Écrit par : Mallet du Pan | 08/10/2018

Mallet du Pan, bravo, vous avez pan dans le mille!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 08/10/2018

Sur le blog de Demir Sonmez et son article sur le futur président brésilien affublé de tous les acronymes puants, aucune mention de la tentative d'assassinat par un extrêmiste de gauche sur sa personne. C'est dire le niveau de censure des facistes de la bienpensance.

Écrit par : Laurent Lefort | 09/10/2018

Les commentaires sont fermés.