11/10/2018

Le rôle d'Antigone, c'est si facile !

 

Sur le vif - Jeudi 11.10.18

 

La notion de "droits fondamentaux", aussi respectable semble-t-elle, pose problème lorsqu'elle est brandie dans une discussion politique, à l'intérieur d'une démocratie.

 

Pour un démocrate, le périmètre du "droit", c'est celui d'une codification écrite, qu'on appelle "la loi", définie par un législateur, le Parlement par exemple.

 

Cette codification doit être publique, accessible à tous, aisément consultable : Code civil, Code pénal, Code des obligations, etc. Elle constitue un corpus écrit, mesurable, délimité. Un périmètre.

 

Les "droits fondamentaux", qui les édicte ? La conscience de chacun ? Une autorité ecclésiale, spirituelle ? Un Livre saint ? Un conglomérat mondialiste, sis à Genève ?

 

Bien entendu, à titre personnel, je suis parfaitement d'accord avec nombre de ces "droits fondamentaux". Mais comme citoyen, suisse en l'occurrence, si je participe à un débat politique, je me garderai toujours d'avancer une référence externe au corpus codifié, délimité, des lois de mon pays.

 

Ou alors, si j'avance cette référence, cela doit être dans l'optique de l'inscrire, parce qu'elle n'y figurerait pas encore, dans les lois de mon pays. Ce qui passerait par le processus démocratique. Donc, par un combat politique, un jeu d'antagonismes, une dialectique INTERNES à notre périmètre national.

 

Mais venir, dans un débat, brandir les "droits fondamentaux", comme une sorte de valeur universelle, intangible, sans que cette dernière ait été codifiée dans la loi, c'est introduire un élément théocratique dans une discussion démocratique.

 

Cette manière de jouer Antigone contre Créon, en se donnant évidemment le beau rôle, parce qu'on aurait avec soi la loi universelle, la loi des dieux, est tellement facile, tellement démagogique. Et au fond, insupportable.

 

Pascal Décaillet

 

10:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

L'affaire de l'Aquarius et de son pavillon en est la meilleure illustration. Faire passer la frontière à des sans-papier et sans-visa est devenu le dernier chic des malfaisants de la bien-pensance. On a vu tous les noms habituels défilés sous cette annonce aussi futile que révoltante. Sauf un : mais que fait donc Michel Bühler, lui qui nous a habitué à toutes les âneries du genre ?

Écrit par : Géo | 11/10/2018

Il correspond avec une jeune fille dans le Nouvelliste (ancien journal de la vraie droite, devenu mou avec le rachat par la famille française Hersant!). Il a peut-être viré sa cuti !
Homme évidemment à abhorrer, en tout cas par moi qui n’ai jamais apprécié sa logorrhée musicale de chanteur peu doué à l’instar de l’autre inénarrable gauchiste vaudois Henri Destraz.

Écrit par : Marc Luisier | 13/10/2018

Les commentaires sont fermés.