26/10/2018

Bravo, Martin !

 

Sur le vif - Vendredi 26.10.18 - 18.11h

 

Un grand bravo au jeune et courageux Martin Reist, conseiller général en Ville de Sion, entrepreneur, qui résiste, en direct en ouverture de Forum, à un patron chevronné, opposé à l'initiative pour l'autodétermination, qui ne cesse de le prendre de haut, et même de ricaner paternellement, lorsque son adversaire s'exprime, un peu dans le style "Te mesurer à moi, qui t'a rendu si vain, toi qu'on n'a jamais vu les armes à la main". (Le Comte à Rodrigue, Le Cid, Acte II, Scène 2).

 

Le hurleur, le ricaneur, sûrement sympathique au demeurant, ne sait parler qu'exportations, interconnexion mondiale, il n'a STRICTEMENT aucune vision politique, il ne voit pas plus loin que les marges de son carnet de commandes. On croirait entendre le discours d’Économie Suisse, avec ses accents de fin du monde, lors de la campagne du 9 février 2014.

 

Le jeune Martin Reist, lui, demeure calme, parfaitement clair, sa voix est posée, il ne se laisse en aucun cas impressionner par les hurlements aigus, au bout du fil, de son aîné.

 

D'un côté, "l'investisseur exige que mon produit soit européen", tu parles d'un argument dans le champ citoyen ! De l'autre, des propos posés, sur la souveraineté. L'adversaire de Martin Reist est sûrement un excellent entrepreneur. Mais désolé, dans un débat autour d'une initiative populaire fédérale, on inscrit son discours - qu'on soit pour ou contre - dans l'ordre politique, dans l'ordre citoyen, dans l'ordre de l'intérêt supérieur du pays.

 

Je n'ai pas senti cette dimension dans le discours de l'exportateur. Je l'ai puissamment sentie dans les paroles de Martin Reist.

 

J'ajoute une dernière chose. Je suis moi-même un petit entrepreneur, depuis douze ans et demi. Je sais ce que cela signifie. Tiens, je viens de passer mon après-midi à m'occuper de TVA, par exemple. Mais je suis aussi citoyen. Face à une initiative, c'est à ce titre qu'on intervient. A ce titre, aussi, qu'on décide souverainement de l'avenir du pays, un beau dimanche.

 

La Suisse n'est pas une entreprise. Elle est une communauté d'hommes et de femmes, citoyennes et citoyens, unis dans le partage d'une mémoire, désireux de construire l'avenir ensemble. Soucieux de l'intérêt commun. S'engueulant fraternellement, quatre fois par an, autour de votations fédérales. Aimant les vibrations secrètes, envoutantes, telluriques, de leur patrie. Dans la voix du jeune Reist, j'ai cru percevoir certaines de ces inflexions-là. Un tempérament politique, en Suisse romande, est né.

 

Pascal Décaillet

 

 

19:16 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

La Suisse est une entreprise autogérée qui si par un choix hasardeux devenait compatible avec l'économie mondialisée provoquerait à coup sur le desintéressement de ses propriétaires au point de rendre sa faillite inévitable.
Mais cette faillite de la démocratie directe ne profiterai à personne et surtout pas à l'humanité out entière dont la Suisse est depuis toujours le phare qui l’oriente.

Écrit par : norbert maendly | 26/10/2018

Que ceux qui veulent refuser cette initiative, regardent bien vers l'Italie en ce moment, ce qui s'y passe. Ce bras de fer que l'UE impose au gouvernement Italien, en les obligeant à revoir leur budget. Pourtant les -Résistants au pouvoir- ne font que mettre en place les promesses de leur campagne électorale. (Souveraineté quand tu ne nous appartiens plus!)

Voilà ce qui nous attend des juges étrangers si nous perdons notre souveraineté. Cela en plus de la mondialisation appliquée qui fait si bien les affaires des gros et moins gros patrons suisses encartés au PLR. Ce parti veut une Suisse affairiste sans aucune considération pour les Citoyens ouvriers, employés de ce pays, (la preuve le fameux patron cité dans le texte) puisqu'ils sont parfaitement échangeables avec des employés européens qui leur coûtent en plus moins chers. (Imaginez comme ils seront systématiquement gagnants lors de recours chez les juges étrangers)

C'est Schengen le retour, et pour cette malheureuse soumission, nous avons toutes les preuves sous les yeux, alors SVP ne commettez pas la même erreur une seconde fois.

Écrit par : Corélande | 27/10/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.