29/10/2018

Et si on respectait les majorités ?

 

Sur le vif - Lundi 29.10.18 - 09.27h

 

A chaque victoire, à l'issue d'un processus parfaitement démocratique, d'un candidat qui ne leur plaît pas (donc immédiatement qualifié de fasciste, dictateur, etc.), nombre de nos beaux esprits se strangulent immédiatement, se parent de la toge de la résistance à la bête immonde, et en appellent au "respect des minorités". La minorité des perdants.

 

Fort bien. Je suis favorable à ce respect.

 

Mais, la démocratie étant étymologiquement le pouvoir au peuple, entendez au corps électoral, le premier des respects, pour un démocrate, est celui dû à la décision d'une majorité.

 

J'ajoute une chose : nos beaux esprits, quand c'est l'un des leurs qui remporte une élection, montrent en général le plus parfait mépris face à la minorité des perdants. Mais là, aucune importance. Puisque c'est pour la bonne cause.

 

Pascal Décaillet

 

09:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (10) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Ce matin, à propos de Brésil et Bolsonaro, c'était le déchaînement sur la radio étatique suisse...
Il faut absolument se mettre à ne plus parler du parti socialiste suisse que sous la qualification "extrême-gauche". Ce n'est pas une illusion, voir la place qu'a prise leur jeunesse et son programme, sous le regard bienveillant de Levrat.
"Simonetta Sommaruga, représentante de l'extrême-gauche au CF..."
Et ne plus parler de communistes, mais de fascistes rouges. Histoire de clarifier le débat...

Écrit par : Géo | 29/10/2018

Géo brûle ce qu'il a adoré. Je trouve cela très triste. Car s'il avait tort dans sa jeunesse, pourquoi aurait-il raison aujourd'hui?
Les étiquettes en l'occurrence de veulent rien dire.
Le seul problème avec les élections, c'est que souvent le peuple n'est plus convoqué pour AUCUN sujet jusqu'aux... prochaines élections.
Enfin le parlement brésilien est éclaté entre une multitude de partis et micro-partis.

Écrit par : Daniel | 29/10/2018

C’est à la lâcheté, au profit, au manque de respect et d’amour pour leur pays, que nous devons cette montée de l’extrême droite qui, de toute façon ne pourra être plus catastrophique! La seule chose à craindre se seraient le retour de leurs démons......

Écrit par : Patoucha | 29/10/2018

"Car s'il avait tort dans sa jeunesse, pourquoi aurait-il raison aujourd'hui?"
J'en ai déjà parlé sur la plateforme 24 heures. Peut-être que j'ai tort aujourd'hui, mais faudrait le prouver. Mais par contre, je suis sûr que d'avoir vécu les choses de l'intérieur fait que mon point de vue est très défendable.
Le moteur n°1 du gauchisme 68tard, c'est la guerre du Vietnam. Même Mc Namara, la personne la plus en charge de la question, a reconnu que c'était une erreur grossière. Nous avions donc raison de lutter dans la mesure de nos faibles moyens contre les fascistes américains (deux millions de Nord-Vietnamiens tués, plus de bombes sur leur patrie que durant toute la WW II, des tonnes de dioxine sur les forêts pour tout défolier : des bébés vietnamiens naissent encore déformés par cette saloperie, etc, etc...). Guerre perdue, et tout le monde sait que les perdants ont tort, sans discussion possible. C'est valable pour tout le monde, Américains compris.
Choc n°1 : La première chose qu'ont fait les Vietnamiens à la fin de la guerre contre les Américains, c'est la guerre contre la Chine communiste. Cela décille...
Choc n°2 : sur le plan intérieur, dirons-nous : Charles-Henri Favrod, le type même de l'intellectuel progressiste, qui a fait le pont entre FNL et Français, est un grand amateur et collectionneur de photographies. il ouvre un musée à Lausanne (Elysée) et n'engage comme personnel que des maos. Qui jouent le jeu. A nous la bonne soupe, en quelque sorte. Après avoir lutté contre la république des copains et des coquins, les voilà plus coquins que tous les autres. Interrogé par un ami, C-H Favrod dit que c'est parce que les maos, c'est très discipliné...
Cela s'est mal passé, d'ailleurs : détournement de fonds pour se payer des putes, pour favoriser des photographes gauchistes. L'assistant de Favrod est passé par la case prison.
Bref, j'ai eu bien raison de brûler ça, que je n'ai jamais adoré.

Écrit par : Géo | 29/10/2018

@Géo

Tiens je ne savais pas ces choses sur C-H Favrod. J'en étais resté à l'idée que c'était un type assez original, qui certes était pro FNL, mais quelqu'un d'intelligent,imaginatif et plein d'idées. Puis il a fait partie de l'équipe des Éditions Rencontre sous la houlette de Pierre B. de Muralt, et ça c’était quand même une des belles aventures qui ont existé dans notre pays.

Ca nous ramène aux années 60, ce n’est pas hier. Mais c’était une belle chose ces Editions Rencontre. C’était l’époque des Frank Jotterand, des Georges Haldas, et toute une équipe brillante où il y avait de tout, de Gonzague de Reynold, tout vieux mais encore dans le coup, à Jean Starobinski. Le niveau a bien baissé depuis, dans l’intelligentsia romande.

Je crois que c’est Favrod qui avait eu l’idée géniale que Rencontre produise ce film Le chagrin et la pitié, qui était un chef d’oeuvre il faut bien le dire. Personne en France n’osait le produire tant on avait peur de briser le mythe du résistencialisme. Les Éditions Rencontre étant en Suisse ont pu le faire, en se faisant producteur de cinéma. Pour un coup d’essai un coup de maître. Dommage que Rencontre n’ait pas poursuivi dans cette voie du cinéma.

J’ai l’impression que ce pauvre Pierre B. de Muralt n’était pas un très bon gestionnaire et qu’il avait un peu tendance à laisser des gens comme Favrod profiter de sa bonté pour déveloper des projets qui ne rapportaient rien mais coûtaient très cher, comme cette Encyclopédie Du Monde Actuel, dont s’occupait Favrod. Sauf erreur quand Rencontre a fait plus ou moins fiasco, Favrod a gardé ça pour lui comme une poire pour la soif et l’a réalisé plus tard pour son proper compte alors que tout l’investissement avait été fait par les Editions Rencontre. Enfin je ne voudrais rien affirmer, mais j’ai entendu ça.

Je ne connaissais pas ces histoires que vous nous racontez qui se sont passées au musée de l’Elysée avec une bande de gauchistes pique-assiettes. Ca ne m’étonne pas, rien de tel que des gauchistes pour se goinfrer aux frais de la marquise. C’est la comtesse Chevraux d’Entraigues qui doit se retourner dans sa tombe, l’ancienne propriétaire de cette belle demeure. Enfin c’est la vie, il y a toujours des pique-assiettes des profiteurs et des parasites, et des pigeons aussi, comme le contribuables ou Pierre B. de Muralt, qui payent les factures.

Est-ce qu’il n’est pas mort C.-H. Favrod aujourd’hui? Son fils a créé une jolie petite revue historique appelée Passé Simple. J’avais trouvé l'idée sympathique et j’ai donc acheté les deux premiers numéros, mais quand j’ai vu que le point de vue sur l’histoire suisse récente était totalement gauchiste et conformiste, je n’ai pas voulu m’abonner.

Je savais que Charles-Henri Favrod n’était pas de droite, mais je ne savais pas qu’il était aussi à gauche que ça. De fait à mon avis c’est une pure question de mode. Il ne croyait pas à ces idées. Dans les années 60, 70 si on voulait être à la mode il fallait être gauchiste, ou maoïste. Je me rappelle Frank Jotterand et sa femme Diana de Rham, un couple charmant. Ils avaient un joli petit chien basset qu’ils avaient baptisé Marcuse. C’était juste pour être à la mode. Franck Jotterand n’était pas plus de gauche que moi, mais à l’époque ca faisait chic ce genre de choses, et il était snob. Je suis sur que s’il avait vécu une génération plus tôt son petit chien se serait appelé Benito. Charles-Henri Favrod c’est pareil. S’il avait vécu dans les années 20, ou 30, il aurait été maurrassien.

Merci d’avoir parlé de ce Charles-Henri Favrod que plus personne ne connaît, sauf vous et moi. Ca m’a fait plaisir. Ca m’a rappelé des très vieux souvenirs.

Écrit par : souvenirs, souvenirs | 30/10/2018

souvenirs, souvenirs@ Non, Charles-Henri Favrod n'est pas vraiment oublié ici dans le canton de Vaud. Et vous noterez que ce n'est pas à lui que j'en voulais. J'ai mentionné le fait qu'un ami commun (journaliste) lui avait posé la question de cette sélection assez particulière en ressources humaines. Cela ne fait pas de lui un mao...
Il était certainement de gauche, mais d'une gauche lucide et plutôt intelligente. Pas grand chose à voir avec l'actuelle...
Je me suis abonné à Passé simple. J'ai lu des choses de Justin Favrod qui justement remettait un peu en cause le révisionnisme des historiens actuels sur l'Histoire suisse : Morgarten n'existe pas , le traité de 1291 est une babiole sans intérêt, Guillaume Tell n'existe pas (la preuve : il y a une histoire en Suède qui ressemble à la sienne, DONC la nôtre est un mythe...), l'Abbaye de Saint-Maurice n'a pas été brûlée deux fois par les Arabes (voir p.145 de Histoire et Archéologie, la somme réalisée pour le 1500ème), etc, etc...

Par contre, "Passé simple" est assez décevant par la faiblesse de ses contributeurs. On a même eu droit à Coline de Senarclens venue nous expliquer dans son article* sur l'alcoolisme féminin à la Chaux-de-Fonds (!) que les femmes buvaient en cachette. Quel scoop !

* Passé simple de mars 2018, p.25

Écrit par : Géo | 30/10/2018

@ Géo
"Peut-être que j'ai tort aujourd'hui, mais faudrait le prouver."
Il n'y a rien à prouver. C'est entre vous et vous. Aujourd'hui comme hier.

"Mais par contre, je suis sûr que d'avoir vécu les choses de l'intérieur fait que mon point de vue est très défendable."
Je suis bien persuadé que tout un chacun pense que son point de vue est non seulement défendable, mais le seul valable. (Sauf contrition à la mode chrétienne ou auto-critique à la mode... mao!)

Je vous remercie sincèrement en tous les cas pour vos commentaires sur les années 60 et suivantes.

Il y a quand même une chose qui m'intrigue. A vous lire, on dirait que les maos sont plus attachés à une idéologie certainement idéalisée et à une discipline de groupe qu'à une analyse sans cesse renouvelée de la société et des rapports de force. Dans ces conditions je ne suis pas surpris que cela amène désillusion et perte de confiance. De mon point de vue: les maos ne sont pas des marxistes, la Chine n'a jamais été communiste, et tout s'analyse CONSTAMMENT en termes de rapports de classes et de rapports de force et de pouvoir (constitution d'une bourgeoisie chinoise), y compris au sein de n'importe quel groupe dès que la taille dudit groupe devient importante et que le groupe manipule plus de moyens.

Alors je me demande sur quelle base vous êtes devenu mao. Par suivisme anti-guerre du Vietnam (mais il y a eu d'autres groupes opposés à la guerre du Vietnam: communistes, socialistes, anarchistes, trotzkystes, pacifistes, etc.)? Car je ne vois pas d'autre raison à votre adhésion aux maos. Je connais quelqu'un qui a toujours refusé une adhésion quelconque pour garder sa liberté d'esprit. Observer et analyser. Et participer en fonction. Dans votre cas, j'ai l'impression d'une grande désillusion. Mais qui dit désillusion, dit illusion au départ.

Ce qui est "amusant", c'est que malgré votre virage nous nous retrouvons sur plusieurs points comme la double nationalité ou la démographie.

Si vous me permettez une question personnelle: avez-vous toujours (ou souvent) vécu comme vous l'aviez choisi?

Pour répondre à sou,sou:
https://fr.wikipedia.org/wiki/Charles-Henri_Favrod

Écrit par : Daniel | 30/10/2018

Daniel@ J'ai franchement l'impression d'abuser de l'hospitalité de notre hôte en répondant à vos questions. Ce n'est pas une dérobade, soyez-en sûr. Je me ferais un plaisir d'y répondre si nous nous rencontrions. Mais vous comprendrez facilement que tout cela n'a pas sa place ici. J'estime être allé assez loin sur certains points et quand je suis sorti de "la secte", cela m'a évidemment beaucoup coûté sur le plan émotionnel. J'ai perdu tous mes amis d'un coup : j'étais une goutte de sueur qui tombe du front quand on fait un effort, selon l'expression d'un dirigeant que l'on m'a reportée...

PS."Peut-être que j'ai tort aujourd'hui, mais faudrait le prouver." Je faisais allusion à toutes mes interventions en général.

Écrit par : Géo | 30/10/2018

@Géo

Merci pour ces précisions. Je voudrais m'abstenir de toute critique sur Charles-Henri Favrod, qui était un homme d'esprit. N'étant pas pied-noir je n'ai pas de raison de lui en vouloir pour son attitude dans l'affaire algérienne. Après tout en tant que pays neutre, la Suisse n'est pas concernée par ce genre de choses et Charles-Henri Favrod fibnalement n'a agi qu'à titre personnel et privé. D'autre part, vous avez sans doute raison, il n'était pas de gauche. C'est juste un de ces types qui ont vécu à une certaine époque de l'après guerre marquée par Sartre et autres rigolos, et qui ne pouvaient pas s'empêcher de suivre un peu le mouvement pour faire bien. Je répète qu'à mon avis ce genre d'intellectuels auraient été maurrassiens s'ils avaient vécu avant la guerre. Les intellectuels comme la plupart des gens suivent en général le vent.

Pour Passé Simple, j'ai peut-être loupé quelque chose en ne m'abonnant pas.Mais je n'ai pas apprécié leur présentation de la fameuse fusillade de Plainpalais. lls ont donné la version Léon Nicole.

Écrit par : souvenirs, souvenirs | 30/10/2018

souvenirs, souvenirs @ Je vois que vous avez répondu à mon commentaire...
En fait, Passé Simple fonctionne comme le site "Les Observateurs" : il publie les articles de certains contributeurs mais n'a pas de ligne politique à proprement parler. J'ai effectivement trouvé moi aussi la présentation de la fusillade de Plainpalais assez tendancieuse. Peut-être que le fait que tous les profs d'histoire des universités romandes sont d'extrême-gauche joue un rôle sur cette forme d'histoire qui ressemble de plus en plus à de la propagande...

Vos remarques sur la nature des intellectuels ayant une influence politique me fait vous signaler des émissions très intéressantes sur la chaîne "Toute l'histoire" (qui est dans les chaînes offertes par Swisscom TV).
Il s'agit de la nature des relations entre gauche et droite dans la Résistance française. Passionnant. Au début, CdG disait qu'il avait avec lui la Synagogue et la Cagoule. En un mot, selon la formule d'un des participants : l'alliance des Communards et des Versaillais...

A voir absolument.

Écrit par : Géo | 01/11/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.