17/10/2018

PLR : les rancoeurs cachées de la fusion

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 17.10.18

 

L’histoire exhume le fumet de province des romans de Balzac. Ou ceux de François Mauriac (1885-1970), qui nous raconte si bien les petits dessous cachés de cette bourgeoisie bordelaise qui l’a vu grandir. Il y a la famille, le mariage, le non-dit, l’argent. Il y a ce qu’on laisse paraître et ce qu’on cache. Il y a tout ce fatras de détails qui encombrent les destins, toutes ces petitesses, derrière les paravents de grandeur. En l’espèce, nous ne sommes pas en Gironde, mais à Genève. La famille n’est pas constituée d’un homme et d’une femme, mais de deux partis : elle s’appelle le PLR. Le mariage s’est déroulé en grande pompe, en mai 2011. A-t-il jamais été consommé ?

 

Dans toute bonne famille, il y a des bijoux. Fragments d’héritage, auxquels on tient. On a beau faire trésor commun, on les garde pour soi, comme la prunelle de ses yeux. C’est, apparemment, ce qui est arrivé aux radicaux, lors de leurs noces avec les libéraux. La Tribune de Genève nous le révèle : on a décidé de se mettre de côté une bonne vieille cagnotte, un peu comme des joueurs de cartes, habitués d’un bistrot. On a « omis » de la verser dans le pot commun, on s’est dit qu’elle pourrait servir à soutenir le pas héroïque des grognards radicaux, dans les futures campagnes. Le pas des radicaux, oui, avec sa cadence républicaine, sa marche consulaire, ses parfums d’Empire. Et pas celui des libéraux, ces héritiers des patriciens et de la Restauration. Se marier, on veut bien, s’il le faut, mais oublier l’Histoire, jamais.

 

Bref, on s’est tricoté un bas de laine, et on l’a planqué. On aurait créé un « Cercle Fazy-Favon » (ça ne s’invente pas !) servant de trésorerie pour financer des opérations électorales, tiens par exemple la campagne de 2015 autour de la loi sur la police. Illégal ? Peut-être pas. Mais révélateur. La fusion, entre libéraux et radicaux, n’allait pas de soi. Les origines historiques, je pourrais vous en parler des heures, sont tellement antinomiques, la méfiance entre les états-majors est atavique, le non-dit vaut son pesant d’or. Beaucoup de militants, des deux côtés, ont loyalement joué le jeu, laissant le passé pour construire un nouveau parti. Hommage à eux. Mais pas mal d’autres, surtout dans les officines, ont continué de jouer l’ancien parti.

 

Quand on vous dit, depuis l’enfance, que vous êtes l’héritier des Lumières, de la Révolution, des Soldats de l’An II, des immenses figures qui ont fait la Suisse de 1848, et celle qui a suivi, vous avez peut-être un peu de peine à vous surexciter à l’idée d’un destin commun avec les fatigues patriciennes de la Vieille Ville, celles qui encensent tant la Restauration. Alors, voilà, on a gardé pour soi les quelques misérables sous que, dans sa radicale sueur, on avait pu mettre de côté. On s’est dit que ça pourrait servir. On a lâché quelques pièces, en 2015, pour faire passer une loi contestée par la moitié de l’électorat. On ne demande même pas le divorce, d’ailleurs. On se dit juste qu’on va vieillir ensemble. C’est déjà quelque chose, non ?

 

Pascal Décaillet

 

09:56 Publié dans Commentaires GHI, Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

16/10/2018

Ce sont souvent les pires

 

Sur le vif - Mardi 16.10.18 - 09.24h

 

Vous allez voir : les Verts vont nous exploiter le rapport du GIEC, à pures fins électorales, comme ils avaient exploité Fukushima, pour les élections fédérales de 2011.

 

Les Verts ne sont pas des purs, sous le seul prétexte qu'ils défendraient une cause universelle. Une cause tellement vitale qu'elle devrait échapper à tout débat citoyen, toute dialectique d'arguments antagonistes, donc se dérober aux fondements mêmes de la démocratie.

 

Qu'un enseignant, à Genève, pétri de Raison dialectique, ayant quelque référence à l'exercer, se permette d'interroger le lien de cause à effet entre action humaine et réchauffement, et voilà qu'un député Vert demande publiquement, en interpellant le Parlement, "où en est l'enquête" à son sujet. On croit rêver, ou cauchemarder, dans l'ordre de la délation. Et de la chasse aux sorcières.

 

Les Verts sont des politiciens comme les autres. Nourris des mêmes ambitions. Traversés par les mêmes querelles. Ils ne sont pas meilleurs, sous le seul prétexte qu'ils défendraient une cause inattaquable. Pour se faire élire, gagner des voix, ils utilisent les mêmes stratagèmes que tous les autres.

 

Ils sont comme tous les autres, fonctionnent exactement sur les mêmes ressorts. Dans l'archaïque noirceur du pouvoir, méfions-nous comme de la peste de ceux - et celles - qui prétendent "faire de la politique autrement". Ce sont souvent les pires ambitieux. Et, allez cette fois soyons épicènes, les pires ambitieuses.

 

Pascal Décaillet

 

 

09:48 | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

15/10/2018

Hôtel de l'impasse

 

Sur le vif - Lundi 15.10.18 - 09.08h

 

Les négociations entre l'Union européenne et le Royaume-Uni sont dans l'impasse.

 

Les négociations entre l'Union européenne et la Suisse sont dans l'impasse.

 

Les négociations au sein de l'Union européenne sont dans l'impasse.

 

Bref, si, dans la vie, vous aimez les issues, les solutions, évitez peut-être de vous mettre en situation de devoir, un jour, négocier avec l'Union européenne.

 

Pascal Décaillet

 

 

13:10 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

13/10/2018

Ceux qui ont intérêt à la complexité du monde

 

Sur le vif - Samedi 13.10.18 - 13.22h

 

Ceux qui ne cessent de nous brandir la "complexité du monde" sont les premiers, en général, à nous l'avoir compliqué, ce monde. Les premiers à avoir intérêt à cette complexité, pour en tirer profit. Tiens, les spéculateurs de la finance virtuelle, par exemple. Si nombreux dans une ville comme New York.

 

Tout autant, en vrac, les légions de chercheurs en sciences sociales. Les spécialistes du système multilatéral et mondialiste, dûment formatés dans une officine genevoise, sise dans le quartier même des organisations internationales.

 

Ou encore, toujours au hasard, les spécialistes des "institutions européennes", toujours là pour nous dire que l'ère des nations souveraines est révolue, que le continent est complexe, et donc que nous devons dissoudre notre indépendance pour nous fondre dans le Grand Ensemble.

 

Ils nous brandissent le miroir d'une complexité qu'ils ont eux-mêmes fabriquée ! Ils nous soumettent l'illisibilité d'un Talmud dont ils sont les auteurs. Et ils viennent nous dire que tout cela, toute cette épaisseur du sens, par eux-mêmes sécrétée, constituerait désormais l'Arche Sainte, incontestable.

 

Ils se comportent comme des clercs, des pharisiens. Il faudrait se hisser dans l'élite de leur Temple crypté, pour accéder au salut, à la lumière.

 

Méfions-nous de la grande complexité cosmopolite. Soyons démocrates. Osons dire les choses. Engueulons-nous, dans les périmètres d'engueulades qui sont les nôtres. Lançons des initiatives. Provoquons de grands débats nationaux. Un beau dimanche, le peuple tranche : acceptons toujours le résultat, même s'il nous embrase de colère.

 

La démocratie passe par la vérité des enjeux, le courage d'évoquer ce qui dérange, d'exhumer ce que les puissants ont voulu enfouir. Tout cela, dans un langage simple, accessible à tous.

 

La démocratie n'a pas à se laisser impressionner par l'arrogance élitaire des appels à la prétendue "complexité du monde".

 

Pascal Décaillet

 

 

13:59 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

12/10/2018

Réflexions sur la question bavaroise

friedensengel-aussicht-hp.jpg 

Sur le vif - Vendredi 12.10.18 - 16.40h

 

C’est une Allemagne à nulle autre pareille. On y parle allemand, malgré la présence de très forts dialectes, comme le magnifique souabe, cher à Hölderlin, puis Brecht, vous en trouverez même des fragments dans leurs versions d’Antigone, puisée dans Sophocle.

 

On y constitue, non sans fierté, le flanc sud-est et catholique, puissant, solide, des Allemagnes. On y mange des Knödel. On y boit de la bière. On y chante. On y prie. On y nage, dans des lacs enchanteurs. On y construit des automobiles. On y développe une économie florissante, imaginative. On y propose, chaque année, des milliers de concerts. On y voit des anges baroques dans les églises, des bébés rococo, joufflus, avec des trompettes. On y cultive le souvenir d’Albrecht Dürer, à Nuremberg, et de Richard Wagner, à Bayreuth, mais aussi bien sûr à Linderhof, Herrenchiemsee, Neuschwanstein. Depuis l’enfance, j’y ai passé tant de temps, et pour moi c’est sûr : l’Etat libre de Bavière est un miracle.

 

Que va-t-il se passer, ce dimanche, en Bavière ? Difficile à dire. La première réaction, pour qui a étudié, depuis le Zentrum des années bismarckiennes, l’Histoire politique bavaroise, est d’éviter l’hypothèse d’un séisme trop fort. Parce que la Bavière, justement, avec son parti catholique, conservateur et patriote, la CSU, considérant Berlin comme un lointain faubourg marécageux des plaines prussiennes, est par définition le Royaume de ce qui ne change jamais. Allez visiter l’Oberbayern, là où la barrière alpine domine un sublime paysage de collines verdoyantes, allez par exemple voir le Musée de la Passion à Oberammergau, vous vous direz que la plus céleste des Jérusalem y côtoie l’intemporel paysan, dans sa tranquillité toujours recommencée. C’est pour cela que j’aime ce pays.

 

Alors oui, on se dit que la CSU, ce monolithe de permanence du pouvoir, majorité absolue de 1962 à 2008, le parti de Franz Josef Strauss, de Stoiber, de Seehofer, a trop de masse critique pour s’effondrer d’un coup, après-demain. Pour s’effondrer, oui. Mais il peut s’affaiblir au point de perdre à la fois sa prédominance dans le Landtag, le Parlement de l’Etat libre de Bavière, et son crédit, au niveau fédéral, dans la vieille coalition CDU-CSU. Du coup, se produirait un incroyable paradoxe : l’affaiblissement du parti du Ministre fédéral de l’Intérieur, Hors Seehofer, principal ennemi d’Angela Merkel sur sa politique migratoire de l’automne 2015, pourrait entraîner dans sa chute le destin de la Chancelière elle-même, en fonction aussi de ce qui pourrait se passer dans deux semaines, aux élections régionales dans le Land de Hesse.

 

La question majeure, au sein des droites bavaroises, est de savoir combien l’AfD, Alternative für Deutschland, va manger de voix à l’ancestrale CSU. Si elle se contente de grignoter, il n’y aura pas séisme, et les politologues auront la preuve qu’un bon vieux parti conservateur et social, joyeux, populaire, proche des gens, bref la CSU, constitue décidément le meilleur rempart contre la droite nationaliste. Un rempart infiniment meilleur, tout le monde le sait, à la gauche. Mais si, autre hypothèse, l’AfD fait subir de lourdes pertes à la CSU, alors c’est un pilier majeur de la construction politique des Allemagnes de l’après-guerre qui sera fragilisé.

 

J’ajoute une chose. Même si vous aimez la bière, et les saucisses, et les images d’Epinal de l’Oktoberfest, même si vous êtes chaque fois, comme moi, bouleversé par un concert classique dans l’Abbatiale d’Ottobeuren (j’y ai vu Eugen Jochum, en juillet 1973, diriger Bruckner), méfiez-vous de l’apparence de tranquillité que nous livre, en première lecture, l’Etat libre de Bavière. Nous approchons d’un centenaire capital : deux jours avant l’Armistice, le 9 novembre 1918, s’est produite la Révolution allemande, j’aurai l’occasion d’y revenir. Lisez Döblin, ouvrez les livres d’Histoire : dans ces journées folles, où se précipite le destin allemand, et où la cessation des hostilités (le 11) apparaît presque comme une anecdote, est proclamée, par Kurt Eisner, la République en Bavière. S’ensuit un enchevêtrement complexe et dramatique d'événements, dont nous retiendrons l’instauration d’une République des Conseils de Bavière, qui fera trembler, un an après la Révolution russe, les bourgeoisies d’Europe. Les communistes, pendant toute la première partie de 1919, affronteront, dans des combats très durs, les Corps-Francs, ceux que nous décrit Ernst von Salomon dans « Les Réprouvés ». Nous sommes là, avec l’humiliation du Traité de Versailles (1919), dans l’une des causes majeures et directes de l’avènement du NSDAP, le parti nazi.

 

Que va-t-il se produire dimanche ? Impossible à dire. La Bavière est un Land puissant et prospère, elle n’a évidemment rien à voir avec le terreau idéologique de 1918-1919. Elle constitue un Etat de droit, où la démocratie fonctionne parfaitement. Elle est dominée, depuis l’après-guerre, par un parti catholique et social, hérité du Zentrum bismarckien, certes conservateur, mais jouant à fond la carte de l’Allemagne, et le jeu démocratique. Ce magnifique édifice ne va pas s’écrouler d’un coup, et peut-être pas du tout d’ailleurs. Mais les Allemagnes, et aussi les esprits avisés en Europe, épris d’Histoire, auront dimanche les yeux rivés sur l’Etat libre de Bavière. Dans ce cœur du continent, où palpitent tant d’émotions, quelque chose de fort pourrait se jouer. Comme dans la Passion d’Oberammergau. Celle qui, tous les dix ans, dans un paysage de montagnes où le temps semble immobile, secoue les imaginaires et bouleverse les âmes. Excellente soirée à tous.

 

Pascal Décaillet

 

16:40 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

11/10/2018

Climat : pas de dogme, SVP !

 

Sur le vif - Jeudi 11.10.18 - 14.11h

 

Le réchauffement climatique ne saurait en aucun cas être imposé comme un dogme, qu'aucun esprit critique n'aurait le droit de contester.

 

Cette liberté de pensée, et d'exercer une mise en doute, avec les outils de la Raison dialectique, doit être garantie dans l'ensemble de l'espace public. Et notamment dans le corps enseignant.

 

Pascal Décaillet

 

14:15 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

Le rôle d'Antigone, c'est si facile !

 

Sur le vif - Jeudi 11.10.18

 

La notion de "droits fondamentaux", aussi respectable semble-t-elle, pose problème lorsqu'elle est brandie dans une discussion politique, à l'intérieur d'une démocratie.

 

Pour un démocrate, le périmètre du "droit", c'est celui d'une codification écrite, qu'on appelle "la loi", définie par un législateur, le Parlement par exemple.

 

Cette codification doit être publique, accessible à tous, aisément consultable : Code civil, Code pénal, Code des obligations, etc. Elle constitue un corpus écrit, mesurable, délimité. Un périmètre.

 

Les "droits fondamentaux", qui les édicte ? La conscience de chacun ? Une autorité ecclésiale, spirituelle ? Un Livre saint ? Un conglomérat mondialiste, sis à Genève ?

 

Bien entendu, à titre personnel, je suis parfaitement d'accord avec nombre de ces "droits fondamentaux". Mais comme citoyen, suisse en l'occurrence, si je participe à un débat politique, je me garderai toujours d'avancer une référence externe au corpus codifié, délimité, des lois de mon pays.

 

Ou alors, si j'avance cette référence, cela doit être dans l'optique de l'inscrire, parce qu'elle n'y figurerait pas encore, dans les lois de mon pays. Ce qui passerait par le processus démocratique. Donc, par un combat politique, un jeu d'antagonismes, une dialectique INTERNES à notre périmètre national.

 

Mais venir, dans un débat, brandir les "droits fondamentaux", comme une sorte de valeur universelle, intangible, sans que cette dernière ait été codifiée dans la loi, c'est introduire un élément théocratique dans une discussion démocratique.

 

Cette manière de jouer Antigone contre Créon, en se donnant évidemment le beau rôle, parce qu'on aurait avec soi la loi universelle, la loi des dieux, est tellement facile, tellement démagogique. Et au fond, insupportable.

 

Pascal Décaillet

 

10:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

10/10/2018

Climat intenable

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 10.10.18

 

L’affaire Maudet ne m’a jamais intéressé sur le plan juridique. Il y a une instruction, laissons les professionnels de la justice faire leur boulot, nous verrons bien. Cela prendra du temps, et c’est très bien ainsi : la justice n’a pas à précipiter son travail, pour plaire à l’opinion publique.

 

L’affaire Maudet ne m’intéresse pas, non plus, sous l’aspect moral. Je n’ai, pour ma part, et contrairement à ce qui est fort répandu dans le public, jamais attendu d’un ministre qu’il soit « exemplaire », ni qu’il affiche d’autres vertus que sa parfaite compétence à gérer les affaires de la République. En clair, je préfère un brillant commis de l’Etat, n’étant pas parfait sous l’angle de la morale, à une personnalité irréprochable, mais médiocre dans la conduite de la Cité.

 

Mais l’affaire Maudet m’intéresse, au premier chef et au fond uniquement, sous l’angle politique. Dans les conditions d’extrême tension où ce magistrat a mis la République, a-t-il encore le crédit nécessaire pour se maintenir ? Car enfin, les signes sont visibles : les esprits, à commencer par l’intérieur de son parti, le PLR, sont à ce point tétanisés par « l’Affaire », qu’ils se rebiffent pour venir débattre des grands sujets thématiques qui agitent la Cité : Finances, Santé, Logement, etc. Et là, ça commence vraiment à devenir inquiétant : au-delà de savoir si Pierre Maudet est gentil ou méchant, ce qui m’indiffère, je dois constater que les grands débats de fond, à Genève, à cause de cette affaire, sont en panne. Jusqu’à quand ?

 

Pascal Décaillet

 

15:14 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

Jacques Friedli, salutaire emmerdeur !

Jacques Friedli.png 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 10.10.18

 

Un jeune homme de 24 ans, franc, loyal, clair et sympathique. Un monolithe de courage, seul contre un appareil. Tel est Jacques Friedli, ancien Conseiller municipal de Bernex, qui a osé, ce samedi 6 octobre, présenter une candidature de combat, au Congrès des socialistes, pour la présidence du parti. Il n’a pas été élu, mais face au vainqueur, Gérard Deshusses, il a réussi l’exploit – il n’y a pas d’autre mot – d’arracher un tiers des voix ! C’est considérable, époustouflant même, pour un candidat de dernière minute, ne disposant pas de la puissance ancestrale des réseaux qui traversent le parti. Avec un tel résultat, les socialistes, s’ils sont intelligents, seront obligés d’entrer en matière sur l’implacable papier de position publié cinq jours avant le Congrès, le lundi 1er octobre, par l’enfant terrible.

 

Le parti socialiste, à Genève, ne se porte pas si mal, et la présidente sortante, Carole-Anne Kast, affiche un bon bilan, avec notamment la reconquête, par Thierry Apothéloz, du deuxième siège au Conseil d’Etat. Mais ce parti, comme tant d’autres, est traversé par des courants qui se combattent, dominé par quelques caciques, qui se partagent postes et prébendes. Cela, Friedli le dit, dans son papier du 1er octobre : « Un parti dont la machine est dirigée par un petit groupe de personnes qui gardent jalousement le pouvoir… Les changements au Comité directeur et à la présidence ressemblent davantage à un jeu de chaises musicales qu’à une élection démocratique ». Le soir même de ce lundi 1er octobre, sur le plateau de Genève à Chaud, le jeune homme dressait un réquisitoire sans appel contre le cumul des mandats, l’oligarchie dans le partage des postes. Bref, de quoi se faire des amis ! De quoi se faire littéralement flinguer par les apparatchiks, le jour du Congrès.

 

Eh bien, il n’en fut rien. Au Congrès, Jacques Friedli a pu s’exprimer. Et il a cartonné (pour un outsider !) au moment du vote. La grande chance du parti, face à cette fronde, est que le vainqueur du jour, Gérard Deshusses, est un homme d’expérience et de sagesse. Il n’a pas polémiqué. Mieux : dimanche soir au Grand Genève à Chaud, en compagnie de sa nouvelle première vice-présidente, Caroline Marti, il a eu des mots bienveillants pour son concurrent. Laissant entendre qu’on avait besoin de lui pour enrichir la dialectique interne du parti. Tactique ou spontanée, cette réaction était la plus intelligente à afficher, et laisse augurer, pour les deux ans qui viennent, une présidence de qualité. En attendant, avec Jacques Friedli, un tempérament politique est né à Genève : la fougue de la jeunesse, le courage de dire les choses, celui d’affronter seul un enchevêtrement de caciques se tenant par la barbichette. Il nous faut, à Genève, toutes options politiques confondues, davantage de Jacques Friedli : la démocratie a parfois besoin de salutaires emmerdeurs pour survivre.

 

Pascal Décaillet

 

11:35 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

09/10/2018

Karin Keller-Sutter : qui d'autre ?

 

Sur le vif - Mardi 09.10.18 - 15.04h

 

Annoncée à l’instant à Wil (SG), la candidature de Karin Keller-Sutter au Conseil fédéral est une excellente nouvelle pour la Suisse. Sera-t-elle élue ? Je n’en sais rien, mais je l’espère ! Tout comme je l’espérais en 2010, lors de sa première tentative.

 

Karin Keller-Sutter incarne ce que le radicalisme suisse, ce grand courant du Freisinn, qui a tant fait depuis deux siècles pour notre pays, peut nous présenter de mieux aujourd’hui. Oui, depuis deux siècles : le Freisinn philosophique, économique et politique précède les événements de 1848, on peut le faire remonter à 1798, et bien sûr, antérieurement encore, aux Lumières.

 

Karin Keller-Sutter a été une remarquable conseillère d’Etat à Saint-Gall, à la fois très ferme sur le contrôle des migrations, et ouverte sur les questions économiques. Elle parle notre langue, le français, à la perfection : mieux encore que le plus grand Saint-Gallois que j’aie eu l’honneur d’approcher dans ma vie, Kurt Furgler, conseiller fédéral de 1971 à 1986.

 

La Suisse n’est pas un pays de stars dans les exécutifs. Mais enfin tout de même, quand on tient sous la main quelqu’un de brillant, avec à la fois les capacités gouvernementales et la parfaite aisance dans l’art de communiquer, on lui donne sa chance. Puisse l’Assemblée fédérale, cette fois, voir les choses comme cela.

 

Pour ma part, ayant plusieurs fois interviewé cette personnalité politique hors-normes, l’ayant d’ailleurs reçue sur le plateau de Genève à Chaud, suivant au jour le jour, dans la presse alémanique, NZZ notamment, ses interventions, j’ai l’impression que nous avons, avec cette dame, sa classe, son intelligence, son expérience, une personnalité de tout premier plan. En ces temps difficiles que vit la Suisse, où il faut à la fois affirmer la souveraineté du pays et dialoguer avec tous, nous avons besoin des qualités de Karin Keller-Sutter.

 

Citoyen de ce pays, passionné de politique depuis l’aube de l’adolescence, je lui souhaite, avec la tête et avec le cœur, la plus belle des campagnes !

 

Pascal Décaillet

 

15:08 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Mme Sommaruga et "l'exclusion"

 

Sur le vif - Mardi 09.10.18 - 08.36h

 

Hallucinant d'entendre Mme Sommaruga déclarer que l'initiative du 25 novembre, sur la primauté du droit suisse, "exclut la population".

 

Une initiative, Madame, munie d'au moins cent mille signatures validées, soumet un texte à cinq millions de citoyennes et citoyens de ce pays. Toutes les femmes, tous les hommes, de nationalité suisse, âgés d'au moins 18 ans. Elle provoque un vaste débat national, où chacun peut s'impliquer, de Genève à Romanshorn. Le pays tout entier en parle.

 

Votre monde à vous, Madame, circule en boucle - comme dans l'un de ces giratoires, si chers depuis deux jours aux rédactions romandes de Tamedia - dans un monde de 246 personnes, sous la Coupole fédérale.

 

Cinq millions, ou même deux millions si on prend 40% de taux de participation, donc de gens qui votent vraiment sur un objet, me semblent tout de même moins de nature à "exclure la population", que 246 élus, qui ne sont en aucun cas propriétaires du débat politique en Suisse.

 

Votre propos, Madame, est un discours de caste et de cléricature.

 

Pascal Décaillet

 

09:35 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

08/10/2018

Comprendre, plutôt que s'étrangler

 

Sur le vif - Lundi 08.10.18 - 07.22h

 

Au Brésil aujourd'hui, comme il y a deux ans aux États-Unis, comme en Italie, en Autriche, en Bavière, les paradigmes traditionnels de la politique de l'après-guerre sont en train d'éclater. Il faut en prendre la mesure, en tentant de comprendre en profondeur les motivations de ces électorats, plutôt que s'étouffer ou s'étrangler.

 

Les citoyennes et citoyens, un peu partout, veulent une prise directe sur le destin de leur pays. En Suisse, nous avons la chance de l'exercer, ce contrôle, grâce à la démocratie directe, ce bien si précieux qui sert de soupape, et permet d'exhumer des thèmes que la classe politique, les élus, voudraient laisser enfouis sous terre, parce qu'ils les dérangent.

 

En Suisse, oui, nous avons cette chance. D'autres peuples, de plus en plus, aspirent à établir, nation par nation, chacune selon son génie propre, une prise de décision directe des citoyens sur le destin du pays. L'évolution fulgurante des techniques, la mise en réseau des connaissances, vont dans ce sens.

 

Lutter contre la corruption. Défaire les cartels au sein des élites au pouvoir. Décider directement, d'en bas. Reprendre absolument le contrôle des flux migratoires. Ces thèmes, un peu partout, sont en pleine expansion. Aujourd'hui, la Bavière, demain l'ensemble de l'Allemagne ? Aujourd'hui l'Autriche, demain la Mitteleuropa ? Aujourd'hui l'Italie, demain la France ?

 

Pascal Décaillet

 

15:56 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Par pitié, pas les profs de droit !

 

Sur le vif - Lundi 08.10.18 - 09.29h

 

Par pitié, dans le débat du 25 novembre sur la primauté du droit suisse, qu'on nous épargne le doctes leçons des profs de droit !

 

Un prof de droit n'a aucune espèce de légitimité supérieure à celle de n'importe quelle citoyenne, n'importe quel citoyen, à s'exprimer sur un sujet de votation fédérale.

 

Il peut donner son avis comme citoyen. Comme nous tous. Comme citoyen, au milieu de cinq millions d'autres : le corps électoral, au niveau fédéral, en Suisse, se compose de tout homme, toute femme, de nationalité suisse, ayant 18 ans ou plus.

 

Dans une initiative, de quoi s'agit-il ? De modifier la Constitution. Le peuple et les cantons disposent de ce pouvoir. S'ils disent, comme le 9 février 2014, "Il faut des quotas pour réguler les flux migratoires", eh bien il faudra des quotas pour réguler les flux migratoires. S'ils disent "Le droit suisse doit primer sur le droit international", eh bien le droit suisse devra primer sur le droit international. C'est aussi simple que cela.

 

La souveraineté du peuple et des cantons, lorsqu'ils s'expriment sur des initiatives, ne saurait s'accompagner d'une application facultative par les instances de mise en œuvre. Cette souveraineté constitue un ordre - je dis bien : un ordre - donné par le corps des citoyennes et citoyens aux organes chargés de l'appliquer. Si ces derniers ne le font pas, ou minaudent, ou jouent la montre, ou dénaturent l'intention initiale, ce comportement constitue une trahison de l'ordre donné par le souverain.

 

Quant aux profs de droit, ils ont beau connaître par coeur la Constitution, comme un prof de latin connaît par coeur Virgile, cette dernière ne leur appartient pas. Pas plus que le génie poétique de Virgile n'appartient au grammairien, jaloux de concordance des temps et de précision dans les déclinaisons.

 

Non, la Constitution est écrite, remaniée, corrigée, au fil des décennies, par le peuple et les cantons. Ils en sont les auteurs, les inspirateurs. Les profs de droit sont là pour l'enseigner à leurs étudiants. Pas pour dire aux citoyennes et citoyens libres de ce pays ce qu'ils ont à voter.

 

Pascal Décaillet

 

 

09:52 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

07/10/2018

Le pari de Pascal

 

Sur le vif - Dimanche 07.10.18 - 14.44h

 

Si le peuple et les cantons de Suisse décident, le 25 novembre prochain, que le droit suisse doit primer sur le droit international, eh bien le droit suisse devra primer sur le droit international.

 

Car s'ils devaient décider cela, et que la mise en application, volontairement freinée par le Parlement comme dans le cas du 9 février 2014, aboutissait au contraire, ce serait là une éclatante démonstration de la mise sous tutelle implacable du souverain suisse par le petit monde qui passe des pactes, sans souci de les faire ratifier, avec l'étranger.

 

Donc, une démonstration mathématique de la justesse de l'idée de l'initiative.

 

Pascal Décaillet

 

 

14:56 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (2) | |  Imprimer |  Facebook | |

06/10/2018

Le retour inexorable de l'Allemagne

 

Sur le vif - Samedi 06.10.18 - 06.49h

 

Il n'existe pas d'Union européenne. Politiquement, ce conglomérat est nul et non avenu. Mais il existe, sur le continent européen, une réalité parfaitement lisible et perceptible, depuis trente ans : la renaissance politique de l'Allemagne.

 

Pendant les trois premières décennies de son existence, de 1957 (Traité de Rome) à 1989 (chute du Mur), la Communauté européenne était un organe utile pour la collaboration sur le continent. Elle avait pour vertu l'équilibre entre ses membres fondateurs, principalement entre la France et l'Allemagne, piliers de la Cathédrale européenne.

 

À partir du 9 novembre 1989, l'équilibre de 1957 a été brutalement rompu. Un géant renaissait en Europe, avec la bénédiction des autres pays, et même sous les vivats. Le capitalisme de l'ouest phagocytait en rotant, tel un Moloch, la DDR, tout le monde applaudissait, sous prétexte que le communisme, "c'était mal". Nos beaux esprits, enivrés de reaganisme et de libéralisme, jugeaient à l'aune des idéologies, là où il fallait juger à l'aune des nations.

 

Dans la longue, la passionnante, l'époustouflante Histoire de la renaissance allemande depuis le grand Frédéric II de Prusse (1740-1786), le 8 mai 1945 n'a été qu'une défaite d'étape. Le jeune Helmut Schmidt, 27 ans, qui venait de faire toute la guerre comme officier de DCA dans la Wehrmacht, et que j'ai eu l'honneur d'interviewer à Hambourg en 1999, l'avait parfaitement compris.

 

Depuis la chute du Mur, et la réunification de 1990, l'Allemagne, sous l'impulsion du Rhénan catholique Helmut Kohl, incarnation des valeurs du Saint-Empire, à utilisé le paravent européen, la bannière européenne, pour camoufler la résurrection de ses ambitions stratégiques en Europe. Le comportement de Mme Merkel sur les Marches orientales, et jusqu'en Ukraine, va dans ce sens.

 

Pourquoi les profs d'Histoire n'étudient-ils pas ces choses-là avec leurs élèves ? Pourquoi ne leur font-ils pas lire les Discours à la Nation allemande (1807) de Fichte ? Pourquoi ne leur parlent-ils pas du travail exceptionnel des Frères Grimm sur l'identité historique et dialectique de la langue allemande ? Pourquoi, en cette approche du centenaire du 9 novembre 1918, ne leur parlent-ils pas, en profondeur, de la Révolution allemande, de la terrible année 1919, des combats entre Spartakistes et Corps-francs nationalistes ? Nous sommes là, avec l'humiliation du Traité de Versailles, dans des causes absolument directes de la naissance et de l'éclosion du nazisme. Pourquoi les profs d'allemand ne font-ils pas lire à leurs élèves le "Novembre 1918" de Döblin, ou les "Réprouvés", d'Ernst von Salomon ?

 

Il n'existe pas d'Union européenne. Il existe, au sein de cette structure fictive, une lente et inexorable renaissance de l'influence stratégique de l'Allemagne sur le continent européen. Ne pas voir cela, c'est passer à côté de l'essentiel.

 

Pascal Décaillet

 

 

09:46 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |

05/10/2018

Balkans : oui, une nouvelle guerre est possible

 

Sur le vif - Vendredi 05.10.18

 

Pour la première fois de ma vie, je suis d'accord avec M. Juncker ! Le Président de la Commission européenne estime parfaitement envisageable l'éventualité d'une nouvelle guerre dans les Balkans. Il a malheureusement raison.

 

Là où je ne le suis plus, c'est lorsqu'il presse une foule de pays balkaniques d'adhérer à l'Union européenne.

 

Je m'intéresse aux Balkans depuis une quarantaine d'années. J'ai eu plusieurs fois l'occasion de m'y rendre. Sous Tito encore, avant 1980, je tâchais de lire ce que je pouvais trouver, en français ou en allemand, sur l'Histoire de cette région totalement passionnante. Il était clair, dès la mort de Tito (1980), que la Fédération des Slaves du Sud, datant de l'effondrement des deux grands Empires, l'Austro-Hongrois et l'Ottoman, n'allait plus durer très longtemps.

 

Le pays, en Europe, responsable au premier chef du démembrement de la Yougoslavie porte un nom : il s'appelle l'Allemagne. L'Allemagne de Kohl. L'Allemagne de la Chute du Mur (9 novembre 1989). L'Allemagne de la réunification (1990). Le Mur tombé, le Rhénan Kohl a racheté la DDR, l'Allemagne de l'Est, à coups de colossaux capitaux. Il l'a littéralement achetée, oui, avec une gloutonnerie, une vulgarité, une absence totale de considération pour la Saxe et la Prusse historiques, indignes de tout ce qu'avait été, entre 1813 et 1866, l'aventure de l'unification.

 

Je l'ai dit maintes fois, je le répète, la DDR valait mieux que cela. Elle méritait un autre traitement, dans les équilibres inter-allemands, si chers à un homme comme Willy Brandt (Chancelier de 1969 à 1974, l'homme de la génuflexion de Varsovie, décembre 1970), que ce "rachat", cette OPA du capitalisme le plus vil, le plus primaire, sur des terres, des populations, des traditions économiques et sociales qui n'avaient rien à voir avec cet ultra-libéralisme sauvage.

 

Cette Allemagne des années 1990, celle de Kohl, désormais réunifiée, veut montrer à l'Europe qu'elle n'est plus le nain politique de l'après-guerre. Le terrain de démonstration, ce seront les Balkans. J'étais à Berne, à la fin du printemps 1991, lorsque Kohl et Vranitzky, Chancelier autrichien, se sont empressés de reconnaître les déclarations d'indépendance unilatérales de la Slovénie et de la Croatie. Ils l'ont fait sous le paravent "européen" : c'était une manœuvre des anciennes puissances tutélaires germaniques pour reconquérir, dans cette région stratégiquement précieuse, une influence, notamment économique et commerciale.

 

Pendant toutes les années 1990, la Communauté européenne, devenue Union européenne, n'a cessé d'avaliser, d'embrasser, de faire siennes les positions de l'Allemagne de Kohl sur les Balkans. Il s'agissait, en lien étroit avec l'OTAN, donc avec les Etats-Unis, de briser des reins de la Fédération des Slaves du Sud, casser son influence, la remplacer par celle des capitaux "européens", entendez en majorité allemands, dans les Balkans. Pour cela, au milieu d'opérations militaires intra-balkaniques où la sauvagerie était omniprésente, on a volontairement noirci les uns (les Serbes), pour alléger le fardeau de responsabilité des autres. Exemple : ce qui s'est passé dans la Krajina croate.

 

Au moment des événements du Kosovo, en 1998, et surtout 1999, les services secrets allemands, en lien avec ceux de l'OTAN, ont tout fait pour favoriser l'UCK, donc chacun connaît la légendaire douceur.

 

Alors oui, une guerre dans les Balkans peut hélas revenir. Pour la simple raison que rien n'est réglé. On a laissé accéder à l'indépendance des pays qui n'ont pas les moyens militaires, ni économiques, de se défendre seuls, et qui viennent se masser sous la parapluie de l'OTAN. Entre les peuples de l'ex-Yougoslavie, rien n'est réglé, nulle véritable paix, les désirs de revanche sont immenses. Et ça n'est absolument pas l'adhésion de certains pays, ou pseudo-pays, à l'Union européenne, organe au demeurant en liquéfaction, qui va résoudre quoi que ce soit.

 

Alors oui, pour une fois, il convient de donner raison à M. Juncker : les Balkans, un jour ou l'autre, peuvent parfaitement recommencer à s'embraser. Et tout le tragique de l'Histoire, dans ces pays qui me sont chers, repartir à zéro.

 

Pascal Décaillet

 

 

19:23 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Que viendrait faire le peuple, dans cette idylle ?

 

Sur le vif - Jeudi 05.10.18 - 10.02h

 

Depuis que Mme Sommaruga est aux affaires, je ne suis d'accord avec rien de ce qu'elle dit, rien de ce qu'elle fait. Rien contre la dame à titre personnel, loin de là, mais opposition totale, géométrique, à chacun de ses propos, chacun de ses actes.

 

Par exemple, malgré la fougue naturelle - et légendaire - qui me porte vers les humains, je n'aurais sans doute pas embrassé avec une telle ferveur M. Juncker. Je me fus, tout au plus, contenté d'un soufflet, en évitant d'un millimètre le contact physique, en ces temps de centenaire de la grippe espagnole.

 

Ou encore, cette manie, face à chaque initiative, de la démolir avant même qu'on eût entendu les auteurs du texte, en nous promettant la mort du pays, les rats, la peste bubonique, les sauterelles, en cas d'acceptation. Quand elle entend le mot "initiative", la socialiste Simonetta Sommaruga, cent ans après le Comité d'Olten et la Grève générale, fonce aux abris.

 

J'aime les initiatives, Mme Sommaruga ne les aime pas. J'aime la démocratie directe, Mme Sommaruga ne l'aime pas. J'aime que toute la Suisse débatte du même sujet, et pourquoi pas en s'engueulant, le temps d'une campagne, et qu'un dimanche l'affaire soit tranchée ; Mme Sommaruga n'aime pas ces choses-là. Elle doit les considérer comme du désordre, de l'imprévu, des fausses notes sur la partition.

 

Mme Sommaruga est faite pour la quiétude de la Berne fédérale. Ce petit monde qui vit entre soi. Avec des juristes, des avis de droit, des ordonnances, des recours. La politique, comme un orchestre de chambre. Les pulsions de la vie, réglées comme du papier à musique. Que viendrait faire le peuple, dans cette idylle ?

 

Pascal Décaillet

 

 

10:34 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

04/10/2018

Jean-Pascal, vingt ans déjà

 

Sur le vif - Jeudi 04.10.18 - 09.18h

 

C'était un homme qui incarnait l’État et respirait la vie. Un combattant d'exception, rude comme le taureau, âpre à la tâche, porté par l'action. Son verbe, à nul autre pareil, surgissait de quelque fermentation, celle qui prend le temps, pour débouler, décocher, défriser, apaiser nos soifs d'étonnement. Il y avait du Gilles, il y avait du Ramuz, il y avait chez cet homme de droite des essences de rive gauche.

 

Il n'était pas un littéraire, comme son prédécesseur Chevallaz, ni d'ailleurs un paysan, bien qu'il en eût la puissance, la structure. Il était juste un destin, jeté là, poussière d'étoile, arrachée à la terre.

 

Il était un homme d'esprit qui aimait les gens. Il a aimé son pays, avec l'ardeur et l’incandescence d'une braise, celle qui de l'âtre, consumant les ceps, transmettant leur parfum comme un encens, donne à la salle obscure des rêves orangés.

 

Oui, j'ai aimé Jean-Pascal Delamuraz. Il a représenté pour moi, pas toujours sur les choix, mais assurément dans l'exceptionnelle dignité de son rapport à la charge, ce que l'engagement politique peut produire de plus puissant : la liberté d'un homme, offerte au service de l’État.

 

Pascal Décaillet

 

 

09:39 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (7) | |  Imprimer |  Facebook | |

03/10/2018

Serge et le vent

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 03.10.18

 

Serge Dal Busco, nouveau ministre des Transports à Genève (après avoir géré les Finances, lors de son premier mandat), multiplie les gages donnés à la gauche. Il jure de plus en plus par la « mobilité douce », notamment en milieu urbain. Du côté des partisans de cette dernière, on s’en félicite. Du côté des amis du transport motorisé privé, voitures, motos et scooters, on commence à grincer des dents.

 

Où le nouveau ministre, qui vient de la droite bien sentie, libérale d’inspiration, veut-il en venir ? A-t-il une stratégie cachée ? Une chose est sûre : la conversion de Serge Dal Busco aux thèses des Verts ou de l’ATE (Association Transports et Environnement), voire de Pro Vélo, ne faisait pas partie du scénario prévu dans la campagne électorale du printemps 2018. Et peut, légitimement, décevoir une partie non négligeable de la population, pour laquelle circuler en voiture en ville ne constitue pas encore, a priori, une atteinte à la sécurité de l’Etat.

 

On comprend bien que le nouveau magistrat de tutelle des Transports ait voulu rompre avec la stratégie de son prédécesseur, parfois modérément lisible, faite d’effets d’annonce, voire d’actes de foi (traversée du lac). Mais de là à laisser tomber une partie de son électorat naturel, c’est un pari très risqué. Et une posture qui peut laisser poindre le sentiment qu’on s’en va quérir, sur le bout humecté du doigt, la direction du vent. En politique, rien ne se gagne, jamais, à jouer contre son camp.

 

Pascal Décaillet

 

17:57 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Vernier : Ana Roch ou Martin Staub ?

Vernier 2018.JPG
 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 03.10.18

 

Rien de plus magique qu’une élection complémentaire, avec deux candidats. Parce que dans le duo, se cisèlent et se détourent avec précision et clarté les profils des antagonistes. Pas de salades, pas de cuisine politicarde : on vote pour l’un ou pour l’autre, il faut trancher, et puis basta ! Cette saveur de second tour d’une présidentielle française, les habitants de Vernier vont pouvoir la goûter tout à loisir, d’ici au dimanche 14 octobre, date de l’élection du successeur de Thierry Apothéloz à l’exécutif de la Ville. Avec, je l’affirme tout net, deux candidats de valeur : Ana Roch, présidente du MCG, et Martin Staub, avocat, chargé de conserver le siège socialiste du sortant. J’ai eu l’occasion, en direct dans le Grand Genève à Chaud du dimanche 30 septembre, à 19h, de les réunir pour un débat : ce fut un échange entre deux personnes de qualité.

 

Succéder à Thierry Apothéloz, devenu conseiller d’Etat, n’est pas chose facile. En quinze ans au sein de la Mairie, l’infatigable militant socialiste a laissé dans la Commune une trace, un sillon qui feront nécessairement référence, ce qui est d’ailleurs un piège pour M. Staub : il n’est jamais très excitant d’empoigner une campagne en se disant qu’on incarne la continuité. Le discours sur la rupture, lui, est plus facile. D’autant que les deux champions du 14 octobre proviennent, justement, des deux partis qui incarnent le plus, à Vernier, la volonté de proximité sociale : avec 14 conseillers municipaux (sur 37) pour les socialistes, et 11 pour le MCG, nous avons, dans cette complémentaire, un choc frontal entre les deux formations les plus importantes, de loin, de Vernier. Avec cette priorité à l’action sociale, dans une commune qui en a sacrément besoin (le taux de chômage est le plus élevé du canton), les deux candidats chassent sur les mêmes terres, sur la même « part de marché » : la compétition n’en est que plus vive. Nul ne peut en prévoir le vainqueur.

 

Avec ses 35'000 habitants, Vernier est la cinquième ville de Suisse romande (derrière Genève, Lausanne, La Chaux-de-Fonds et Fribourg), et bien sûr la deuxième du canton. C’est une commune passionnante, très décentralisée (Lignon, Châtelaine, Libellules, Avanchets, Vernier Village), et politiquement un véritable laboratoire pour le canton. C’est pourquoi les états-majors, le 14 octobre, auront les yeux rivés sur l’évolution des fronts à Vernier. D’autant que cette complémentaire pourrait bien être la dernière, sauf accident, dans une grande commune, avant les municipales du printemps 2020.

 

Aux Verniolanes et Verniolans, donc, sous les yeux du reste de Genève, de faire leur choix entre deux députés, l’une cheffe d’entreprise, présidente de club de foot (FC Avanchets), très ancrée dans la vie associative, l’autre avocat, ancien président du Conseil municipal, également immergé dans la vie communale. Chez ces deux candidats, pas d’esbroufe. Des deux côtés, la compétence est au rendez-vous. Reste à entrevoir le petit rien qui fera la différence. La politique, c’est aussi cette magie de l’imprévisible, cruelle et frivole, qui fait son charme.

 

Pascal Décaillet

 

 

10:32 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (0) | |  Imprimer |  Facebook | |