04/11/2018

Une affaire de la nation avec la nation

 

Sur le vif - Dimanche 04.11.18 - 14.03h

 

Juges étrangers : revoilà, comme dans la campagne du 9 février 2014, les "milieux académiques" qui nous promettent l'Apocalypse.

 

Soyons sérieux. L'enjeu de la votation du 25 novembre ne concerne au premier chef ni les "milieux académiques", ni le patronat, ni les syndicats.

 

L'enjeu est identitaire. Il concerne la relation profonde que chacune, chacun d'entre nous entretient avec son pays. Voulons-nous que nos lois soient ultimes, ou considérons-nous qu'en certains cas, des instances externes à l'appareil législatif suisse puissent intervenir ?

 

A cette question, chacun répondra selon son coeur. Selon son âme. Selon l'intimité du rapport qu'il aura noué, dans sa vie, avec l'idée nationale, l'idée de souveraineté, l'idée d'indépendance.

 

Cela n'est en rien une affaire des "milieux académiques". Ni du patronat. Ni des syndicats.

 

C'est une affaire du peuple avec le peuple. Une affaire de la nation avec la nation.

 

Pascal Décaillet

 

 

14:15 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

très juste

Écrit par : Mallet du Pan | 04/11/2018

Considérons-nous qu'en "certain cas" (lesquels?) des "instances externes à l'appareil législatif suisse puissent intervenir":

Il y a déjà prévues des instances de recours externes.

On observe la démarche: faire entrer la Suisse imperceptiblement dans l'UE.

Une UE qui a besoin non seulement d'être revue de fond en comble mais... vaines applications de "rustines"... besoin d'être refondée démarche, comme précédemment écrit, qui devrait motiver la Suisse pays neutre.

De même qu'Emmanuel Macron fut élu parce que non à la diabolique Le Pen plus par peur que par conviction le peuple suisse, du moment que l'on parvient à l'effrayer - il faut toujours un méchant, un ogre, un grand méchant loup - refusera sans doute l'initiative. Tels les Maîtres du Karma de l'hindouisme des GJE (Grands Juges Etrangers) viendront donc prendre par la main nos petits juges suisses descendants d'un peuple qui se disait et voulait libre sur sa terre

Une terre "haute et féconde" appelée à se dresser loin des combats.
Chant de la Bérézina.

Quid de la justice à l'étranger… exemplaire!?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 04/11/2018

Myriam,

Vous dites à juste titre:(...) On observe la démarche: faire entrer la Suisse imperceptiblement dans l'UE (...)."

Que veut-elle l UE de la Suisse? N est il pas son Fric, rien que ça! Et tout les autres "raisons" ne sont que des âneries de foutraques!

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 05/11/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.