15/11/2018

Le corps de la nation

 

Sur le vif - Mercredi 14.11.18 - 23.50h

 

Il n'y a pas d'un côté les politiques, comme s'ils devaient constituer une caste à part, et de l'autre les gens.

 

Non. Il y a des citoyens.

 

Nous sommes tous citoyens ! Tous ensemble, nous faisons, grâce à la démocratie directe, la politique du pays. Ensemble, nous constituons le corps de la nation. Chacun de nous est fragment de cette totalité.

 

Il y a des citoyens élus, dans des Parlements, pour faire des lois. Fort bien. Qu'ils fassent des lois. Mais la politique ne leur appartient pas. Pas plus qu'elle n'appartient aux partis.

 

Se faire élire ne constitue en aucune manière un élément de supériorité dans l'appartenance citoyenne. Au contraire : cela crée un devoir, une forme profane de ministère, envers la masse des citoyens électeurs. Un élu est là pour servir.

 

La politique est l'affaire de tous. Aventure collective et totale, à l'intérieur d'un périmètre donné, qui constitue à la fois une communauté de mémoire et de destin.

 

Cet horizon commun, où l'avenir puise son énergie dans les profondeurs de l'Histoire, le foisonnement des récits, l'invention des langues, la communauté des valeurs, je lui donne, pour ma part, le nom de nation.

 

Pas le nationalisme. Juste la nation.

 

Pascal Décaillet

 

 

09:25 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Le sens du service à la collectivité est un héritage des ancêtres historiques de la Suisse. La Suisse par une migration souvent venue en grande majorité du sud a perdu ce sens inné composante originelle de la démocratie qu'est le respect de chacun quelque soit son statut. Les sociétés du sud sont plus imprégnées par le "qui suis je" (origine familiale,pouvoir,richesse matérielle) que par le "que fais je" (action collective,devoir de respect,bien commun)comme c'était le cas aux origines de notre pays. Ce changement de population lorsqu'il est incarné par nos élus est à l'origine de ces changements de comportements. Il est une des résultantes du changement de culture politique, mais pas seulement, dont la Suisse surtout celle du bout du lac est l'objet.

Écrit par : norbert maendly | 15/11/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.