26/11/2018

Courage !

 

Sur le vif - Lundi 26.11.18 - 08.02h

 

À ceux qui parsèment l'espace public de pierres tombales "Démocratie directe suisse, 1848-2018", je dis : "Ne perdez pas courage. En politique suisse, rien n'est jamais perdu définitivement. Notre démocratie directe n'est pas morte. Si nous l'aimons, nous devons décupler nos énergies et nous battre pour elle, et pour la souveraineté nationale, avec plus de force, encore, que par le passé. Ceux qui ont dit non hier peuvent dire oui demain : le contexte européen, avec la résurgence de l'idée nationale, va dans votre sens, pas du tout dans le leur. Tenez bon. Ne faites aucun cas des quolibets triomphalistes des vainqueurs d'hier. Le combat pour la démocratie directe et la souveraineté suisses ne fait que commencer. Il exige du caractère et, en chacun, une puissance intérieure de solitude. Ne reniez rien de vos convictions. Courage !"

 

Pascal Décaillet

 

09:54 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (15) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Le caractère des suisses était une résultante de son relief montagneux. J 'ai bien peur que l'augmentation de la population issue de régions urbaines ou l'effort n'est plus de mise fasse que les suisses ne savent plus se battre pour leurs survie.

Écrit par : norbert maendly | 26/11/2018

Au-delà de votre billet, ce qui donne courage, c'est qu'il existe encore un journaliste de votre qualité. Incroyable ! Merci et continuez !

Écrit par : Prozak | 26/11/2018

Cette "débâcle", comme lu, de l'UDC appelle à une réflexion approfondie sur les partis de "moyens" devenus "buts".

Plus question en l'occurrence des objets soumis au vote mais de l'échec de l'UDC.

Ne serait-il pas temps de refonder la démarche sociale en supprimant d'abord le terme d'"opposition" qualifiant la gauche appelée en réalité à présenter des PLAIDOYERS en faveur des plus souffrants de nos sociétés.

Une gauche du coeur sans sensiblerie, certes, mais intuitive avec empathie: AVOCATE

avec la dénonciation de ce qui serait le socle même de son intervention: NOUS NE NAISSONS PAS EGAUX.
Les uns privilégiés de naissance bien "nés" connaissant et jouissant de la sécurité matérielle promesse de sécurité donc de stabilité et d'équilibre: de chance de santé (sans oublier que, riches ou pauvres, nous avons besoin d'amour, d'égards et d'attention).

les autres, tout à l'opposé, démunis… avec d'une extrémité à l'autre tous les entre-deux.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 26/11/2018

Ceux qui croient que le vote d'hier correspond à la mort de la démocratie directe se trompent lourdement. C'est précisément l'exercice de cette dernière qui a conduit à la défaite d'une UDC dont on ne m'enlèvera pas de l'esprit qu'elle en a une vision assez singulière et étroite. Bonne quand elle gagne, mauvaise quand elle perd.

Ils s'imaginent patriotes alors que, précisément, le patriotisme consiste à savoir et connaître le monde dans lequel on vit - par opposition au nationalisme, qui ne conçoit que la notion de frontière.

Nul doute, malheureusement, que l'UDC reviendra à la charge avec toutes es forces dans les mois et années à venir. Car ce que ce parti veut, sans le dire explicitement, c'est une Suisse qui n'interagirait avec le monde que lorsque cela l'arrange, prenant ce qui lui rapporterait et pas ce qui lui coûterait.

Et, personnellement, j'espère que ses défaites se poursuivront car la "souveraineté" ne peut s'exercer que si l'on a conscience du cadre et des limites dans lesquels elle peut valablement exister. La Suisse est vraisemblablement une exception démocratique, mais elle n'est en aucun cas une sorte d'ilôt, déconnecté du reste du monde.

On peut abhorrer l'Union Européenne, le libre-échange, le capitalisme, le libéralisme, les traités internationaux, les bilatérales, et tout et tout... Pour autant, ce pays n'est pas en stabulation libre dans un éther de carte postale datant du XIXe siècle.

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 26/11/2018

"Nul doute, malheureusement, que l'UDC reviendra à la charge avec toutes es forces dans les mois et années à venir. Car ce que ce parti veut, sans le dire explicitement, c'est une Suisse qui n'interagirait avec le monde que lorsque cela l'arrange, prenant ce qui lui rapporterait et pas ce qui lui coûterait."

Donnez moi un seul exemple du contraire dans le monde.

Écrit par : Pierre Jenni | 26/11/2018

L'UDC seule contre tous, fait 34%. Allons comme cela aux élections fédérales d'octobre 2019 et cela fera 5 points de plus que celles de 2015.

Si en plus les élections européennes basculent leur parlement en mai prochain, cela donnera enfin la bonne voie à suivre.

Notre gros dilemme est que nous avons trop de binationaux qui de plus en plus font basculer la Suisse vers l'UE, il faudra donc être bien vigilants lors de la campagne.

Pourtant partir et rejoindre une communauté suisse à l'étranger est dans mes perspectives de vie maintenant ayant de plus en plus la sensation de ne plus être - chez moi -.....ici.

Écrit par : Corélande | 26/11/2018

Bon, le système a réussi à faire voter le peuple suisse dans son sens, ça, c'est fait. Je ne donne pas une semaine avant que la junte fédérale ne revienne donc pour nous entuber avec les pacte sur les migrations.

Écrit par : UnOurs | 26/11/2018

Ah ! La méchante UDC qui n'accepte pas la défaite. Personnellement, je n'ai vu aucun UDC critiquer le vote des suisses. Ils le regrettent, oui, mais en aucun cas ils ne le condamnent. Par contre, j'ai déjà vu L. Mazzone dire qu'elle irait à la CEDH pour défendre les fraudeurs qui se seraient fait surveiller par des détectives. Respect de la démocratie, n'est-ce pas M. Chauvet ?

Pour le reste, je pense que vous n'avez pas bien compris quel était le but de cette initiative. Elle ne demandait qu'une chose : que notre Constitution soit l'ordre principal. Et que toutes les négociations et éventuels traités avec nos partenaires commerciaux européens restent dans le cadre de NOTRE Constitution. Las, les opposants ont menti sans vergogne en disant qu'il y aurait 600 traités à résilier. Les tricheurs ne sont pas ceux que vous croyez. Et s'il y avait réellement eu 600 traités à dénoncer, cela aurait signifié que nos Conseillers Fédéraux signent volontairement des accords ne respectant pas NOTRE Constitution. On en a fusillé pour moins que ça.

Quant au fait que l'UDC remettra le métier sur l'ouvrage, je l'espère bien. Et ce ne sera pas un scandale vu que la gauche fait la même chose (combien de fois avons-nous voté pour une caisse-maladie unique ? pour l'AVS ? etc...).

Mais aujourd'hui, oui, la démocratie est morte. Il y a encore une votation à laquelle je participerai (même si je sais que même en cas de victoire, le CF n'en aura rien à fiche et qu'il passera outre au nom des sacro-saints accords internationaux) : le référendum sur le contrôle des armes. Ce sera ma dernière votation.

Écrit par : P. Douchez | 26/11/2018

Un Ours@ "Je ne donne pas une semaine avant que la junte fédérale ne revienne donc pour nous entuber avec les pacte sur les migrations."
Au journal RTS de 17 h, un porte-parole de l'UE félicitait le peuple suisse pour son refus de l'auto-détermination et se réjouissait du futur pacte institutionnel. Cela passera avant le pacte sur la migration, à mon avis.

Écrit par : Géo | 26/11/2018

@ P. Douchez - je ne sais pas où vous avez pu lire dans mes lignes que je considérais que l'UDC est "méchante" - en réalité, je la trouve obtuse et pas du centre.

Et quel est le rapport avec Lisa Mazzone (que je n'apprécie en rien)?

Et personnellement (mais ce n'était pas le sujet de Pascal Décaillet) le vote de la loi sur la surveillance des assurés prétendûment fraudeurs m'horripile au plus haut point.

Comme quoi, on peut être d'accord sur certaines choses et pas sur d'autres, hein M. Douchez?

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 26/11/2018

À propos du commentaire de P. Douchez, qui a écrit:

• "Ce sera ma dernière votation."
Excellent initiative, M. Douchez. C'est à de tels propos qu'on reconnaît les vrais démocrates: ils méprisent le droit de votre et la volonté du peuple, même quand celui-ci s'est exprimé à une majorité qualifiée. Allez vivre en Corée du nord, M. Douchez: là-bas, vous n'aurez pas besoin de vous poser la question de savoir si vous voulez voter ou non.

• "Mais aujourd'hui, oui, la démocratie est morte."
Je le répète: allez vivre en Corée du nord, M. Douchez: là-bas, là-bas la démocratie est bien vivante.

• "Pour le reste, je pense que vous n'avez pas bien compris quel était le but de cette initiative. Elle ne demandait qu'une chose : que notre Constitution soit l'ordre principal."
Euh... à mon humble avis, c'est vous qui n'avez pas bien compris: le but de cette initiative était de couper la Suisse du reste du monde et de la plonger dans un isolement comparable à celui de la Corée du nord.

• "(...) nos Conseillers Fédéraux signent volontairement des accords ne respectant pas NOTRE Constitution."
Jamais l'UDC, que vous représentez bien mal, n'a jamais prétendu cela. Le texte de l'initiative (mais l'avez-vous seulement lu?) précisait expressément que
"sont réservées les règles impératives du droit international (art. 5, al. 1 et 4, Cst.).
(Exemples de règles impératives du droit international : interdiction de l’esclavage, interdiction de la torture, droit à ne pas être jugé ou puni deux fois pour la même infraction)."
Voulez-vous rétablir la torture et l'esclavage, M. Douchez? Oui, j'en suis de plus en plus convaincu, la Corée du nord vous irait très bien.

• On en a fusillé pour moins que ça."
Non, décidément, vous êtes fait pour aller vivre en Corée du nord, M. Douchez.
Et ce sera un bon débarras pour la Suisse.

Écrit par : Mario Jelmini | 26/11/2018

À propos du commentaire de P. Douchez, qui a écrit:

• "Ce sera ma dernière votation."
Excellent initiative, M. Douchez. C'est à de tels propos qu'on reconnaît les vrais démocrates: ils méprisent le droit de votre et la volonté du peuple, même quand celui-ci s'est exprimé à une majorité qualifiée. Allez vivre en Corée du nord, M. Douchez: là-bas, vous n'aurez pas besoin de vous poser la question de savoir si vous voulez voter ou non.

• "Mais aujourd'hui, oui, la démocratie est morte."
Je le répète: allez vivre en Corée du nord, M. Douchez: là-bas, là-bas la démocratie est bien vivante.

• "Pour le reste, je pense que vous n'avez pas bien compris quel était le but de cette initiative. Elle ne demandait qu'une chose : que notre Constitution soit l'ordre principal."
Euh... à mon humble avis, c'est vous qui n'avez pas bien compris: le but de cette initiative était de couper la Suisse du reste du monde et de la plonger dans un isolement comparable à celui de la Corée du nord.

• "(...) nos Conseillers Fédéraux signent volontairement des accords ne respectant pas NOTRE Constitution."
Jamais l'UDC, que vous représentez bien mal, n'a jamais prétendu cela. Le texte de l'initiative (mais l'avez-vous seulement lu?) précisait bien que
"sont réservées les règles impératives du droit international (art. 5, al. 1 et 4, Cst.).
(Exemples de règles impératives du droit international : interdiction de l’esclavage, interdiction de la torture, droit à ne pas être jugé ou puni deux fois pour la même infraction)."
Voulez-vous rétablir la torture et l'esclavage, M. Douchez? Oui, j'en suis de plus en plus convaincu, la Corée du nord vous irait très bien.

• On en a fusillé pour moins que ça."
Non, décidément, vous êtes fait pour aller vivre en Corée du nord, M. Douchez.
Et ce sera un bon débarras pour la Suisse.

Écrit par : Mario Jelmini | 27/11/2018

M. Jelmini, Je respecte le résultat de la votation, ne méprise pas la volonté du peuple et ne crie pas à la tricherie. Je prends juste acte.

je ne voterai effectivement plus vu que de toute manière si une initiative est déclarée non-UEcompatible par le gouvernement, ils n'auront même plus besoin de faire semblant d'appliquer la volonté populaire et de trouver des excuses alambiquées sur le ce non-respect. A quoi bon donc voter ? Ce dimanche, les suisses ont accepté implicitement que la Suisse faisait partie de l'UE et que nous ne pouvons nous opposer à ses diktats. Dont acte.

D'autre part, quand vous sortez une phrase de son contexte, elle ne veut plus rien dire du tout. C'est même de la malhonnêteté ! En effet, je n'AFFIRME PAS que nos Conseillers fédéraux signent volontairement des accord ne respectant pas la Constitution, j'ai dit que s'il y avait effectivement 600 traités à résilier (comme l'ont claironné les OPPOSANTS à cette initiative), cela signifiait qu'il y avait eu des accords ne respectant pas notre Constitution. Et qui a parlé de rétablir l'esclavage ou la torture ? En tout cas pas moi.

Quant au reste, merci, mais la Corée du Nord n'est pas vraiment ma tasse de thé. Très peu pour moi le communisme. Déjà que le socialisme ...........

Et, si ça peut vous consoler, je n'ai jamais voté ni élu d'UDC. Je vote certes à droite, mais pas autant.

Écrit par : P. Douchez | 27/11/2018

En complet accord avec vous P Douchez!

Écrit par : Patoucha | 27/11/2018

Sans rancune, P. Douchez, j'ai apprécié votre réaction.
Vous pouvez dire que vous en avez de la chance: notre Patoucha nationale est en complet accord avec vous! Elle qui a écrit aujourd'hui même: "Pas d’accord de laisser la Suisse entre les mains de votants incompétents par faiblesse, égoïsme et sans volonté propre" (voir, sur ce blog, le billet intitulé "Défaite d'étape"). Ça m'a fait un coup. Je ne sais pas si je m'en remettrai...

Écrit par : Mario Jelmini | 27/11/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.