27/11/2018

L'ordre de marche au Capitaine Maudet

 

Sur le vif - Mardi 27.11.18 - 12.52h

 

A la place de Pierre Maudet (où, Dieu merci, je ne suis pas !), j'aurais également décliné sèchement la "convocation" de Petra Gössi.

 

Quoi qu'on pense de l'affaire Maudet, qu'on souhaite ou non sa démission, je suis désolé, mais une présidente nationale de parti n'a absolument pas à envoyer publiquement, à la face de toute la Suisse, comme l'a fait Mme Gössi, un ordre de marche à un conseiller d'Etat en place, fût-il en déliquescence généralisée. Qu'elle le fasse, de surcroît, un mercredi, jour de séance du Conseil d'Etat, ajoute à l'incongruité.

 

D'une manière générale, nous accordons tous (je m'inclus dans le paquet) beaucoup trop d'importance aux relations de Pierre Maudet avec son parti. Nous accordons d'ailleurs beaucoup trop d'importance aux partis, en général. Ils seront de moins en moins, dans les décennies qui viennent, les moteurs de notre vie politique.

 

Je ne dis pas que Pierre Maudet doive rester. Je dis que la seule question de confiance, de nature à trancher le Noeud Gordien, est à poser au suffrage universel des citoyennes et citoyens de Genève.

 

En clair, je pense que Pierre Maudet doit choisir de partir. Et, s'il le souhaite, se représenter immédiatement derrière.

 

Pascal Décaillet

 

 

13:33 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (8) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Mme Gössi utilise l'affaire Maudet comme faire valoir pour une future élection Conseil fédéral. Elle veut se faire passer pour la dame qui lave plus que blanc comme dirait Colluche

Écrit par : norbert maendly | 27/11/2018

Alors sur ce coup Mr. Decaillet je ne partage absolument pas votre avis. Mr Maudet est lui un fervent adepte des ordres "secs et d equerres" et de la hiérarchie. Mme Gossi est la Présidente de son parti, il est justifié qu' elle demande des comptes. On peut être étonné qu' il n ait pas encore démissionné....pour ma part je suis étonné depuis longtemps qu' un tel personnage soit devenu conseiller d état avec l arrogance et l autaritarisme pour principaux arguments.

Écrit par : Jf comte | 27/11/2018

Mme Gössi est dans son rôle. Elle représente le parti, elle en défend l'image.
Et Pierre Maudet a acquis une plus grande visibilité outre Sarine depuis sa campagne pour le CF. La base attendait certainement cette condamnation. Et bien sûr, tous ceux qui sont sur les rangs...

Écrit par : Pierre Jenni | 27/11/2018

Ahah, cela devient de plus en plus amusant! Je l'ai dit et je le redis, je me frotte les mains à chaque nouvel épisode et fais des voeux pour que cela dure le plus longtemps possible. Car plus cela dure plus nous voyons quelles sont les "valeurs" du plr. Ou plutôt leurs non-valeurs.

Pourquoi pas une mise à l'index de la section genevoise? Cela avait été évoqué. Suite au prochain épisode!

Pour démissionner et se représenter, il faut du COURAGE. Encore une valeur qui fait défaut au plr. Bientôt il ne va rien rester.

Écrit par : Daniel | 27/11/2018

La présidente du PLR est l'une des seules à défendre une certaine éthique des élus, alors que les politiques de Genève s'en tiennent à un silence assez lâche - à part Benoît Genecand dont j'ai apprécié la clarté. Elle fait ce que le PLR genevois aurait déjà dû faire, s'il n'était asservi à un ministre malhonnête qui se mure dans le déni, ou dans le cynisme. C'est une violence contre la démocratie que de tricher avec l'impôt, d'accepter des avantages illicites, de placer ses sbires à la tête de ses services pour favoriser ses "clients", et de s'accrocher au sommet de l'Etat. Que Maudet parte au plus vite!

Écrit par : agathe menuisier | 27/11/2018

Je doute que Monsieur Maudet se représente si il démissionne...Chat échaudé craint l'eau froide ! Et en plus, sous qu'elle étiquette ?? Indépendant ou Radical, pour le label PLR, il peut repasser., Il a assez joué avec les institutions sans en rajouter. Je verrais bien un ticket Maudet Barazzone pour les élections fédérales au conseil des Etats... un duo de choc ! Tant qu'à rire, continuons ! Sous l'étiquette FORMULE 1, la liste jeune, moderne, mondialiste et voyageuse, un tabac !

Écrit par : alladin | 28/11/2018

Les rejetons du Bilderberg sont en pleine forme en ce moment. Macron, Maudet, Barrazone vous le diront sans cesse. Nous vous avons entendu, mais on s’en bat les coucougnettes. Le Pierrot, démissionner avant sa rente pleine, vous n’y pensez pas, il ne sait rien faire d’autre.

En tout cas le cas Maudet permets de ne plus parler du tout du clan des Siciliens au CA de la Ville. La Tribune aux abonnés absents mais pourquoi s’en étonner.

Écrit par : Laurent Lefort | 28/11/2018

Il convient d'observer que l'injonction faite à Maudet de se présenter devant la direction nationale de son parti est la conséquence directe de la situation dans laquelle il s'est mis lui-même...

Quelle que soit l'importance, présente ou future, que l'on attribue aux partis, force est de constater que l'obstination et les pathétiques arguments de Maudet pour rester obèrent dangereusement les perspectives électorales du PLR.

On voit aujourd'hui que la "fusion" genevoise n'a pas pris, puisque les caciques de l'ex-parti radical on continué de se comporter comme "avant". Le secret, la dissimulation, les manoeuvres financières ont perduré, au nez et à la barbe des instances du PLR.

Maudet en a été l'un des éléments agissants puisqu'il en a bénéficié. Il a menti, trompé ses électeurs (dieu merci je n'en suis pas), trompé les genevois, trompé les instances de son propre parti.

Il assène aujourd'hui qu'il serait désastreux d'abandonner sa charge, alors que c'est précisément le contraire qu'il faudrait qu'il fasse. Aveuglement, irrédentisme ou bêtise irrémédiable?

On en reste sans voix, lorsque l'on est pas tout simplement pris de nausées.

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 28/11/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.