28/11/2018

Résister

 

Sur le vif - Mercredi 28.11.18 - 07.28h

 

Et voilà que l'éditorialiste RSR exige que le Conseil fédéral signe le Pacte de l'ONU sur les migrations. Dans la foulée, il se réjouit déjà du départ d'Ignazio Cassis du DFAE et de l'arrivée d'Alain Berset à la tête des Affaires étrangères. Tout cela, au nom de la défaite de l'UDC, dimanche, qui produit chez notre prédicateur une miraculeuse saillie de jouissance matinale.

 

Vous commencez à comprendre ?

 

Je le disais dès dimanche après-midi : les fronts, en Suisse, entre souverainistes et internationalistes, vont singulièrement se durcir. L'arrogance des vainqueurs de dimanche, comme ce héraut sulpicien de la génuflexion, y sera pour beaucoup.

 

Face à la prosternation, soyons simplement debout. J'appelle tous ceux qui croient en la nation comme unité de référence de la vie politique, avec sa capacité de rassemblement dans l'ordre de la mémoire, de l'émotion, du souvenir des morts, de l'invention commune d'un destin, de cohésion sociale à l'interne, à RÉSISTER, oui simplement RÉSISTER, à cette idéologie visant à la dilution de notre indépendance et de notre souveraineté.

 

Pascal Décaillet

 

 

08:56 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (16) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Ce que les mondialistes naïfs (comme cet éditorialiste, je ne parle pas là des "planétaristes" consciemment subversifs) ne réalisent pas, c'est qu'en détruisant la nation, ils détruisent le seul "étage politique" où peut s'exercer une réelle vie démocratique. Qu'il en soit ainsi, on descendra alors vers l'étage "ethnique" ou alors on montera vers l'étage "impérial". Et si cela se fait un jour, les gens comme moi auront fait des listes, des listes notamment avec plein de noms d'éditorialistes systémistes...
Que le propagandiste RSR regarde seulement ce qui se passe dès maintenant quand des journalistes tombent dans les mains de "gilets jaunes". Voilà ce qui se passe quand les gens commencent à n'avoir plus rien à perdre...

https://www.youtube.com/watch?v=eK3PhR_W-Ns

Écrit par : UnOurs | 28/11/2018

Les questions politiques et culturelles suscitées par la votation du 25 novembre ne sont pas seulement susceptibles d’avoir pour réponse: esprit de progrès, adaptations aux normes internationales, sécurité et bien-être économique, mais aussi bien: arrêt, ténacité, réflexion sur nos valeurs. Qu’est-ce que le progrès? Peut-on lier bien-être économique et liberté? Dans le cas d’une allure dangereusement rapide, un arrêt peut être un réel soulagement. Beaucoup aspirent à une stabilisation des facteurs politiques et, surtout, sociaux.

Or, ce vote fut un plébiscite du Bien, de l’État maastrichtien, du marché imposé par l’État, le signe du bon sentiment et des bonnes intentions de la gauche face au néo-libéralisme: même le Parti socialiste et les Verts peuvent enfin défendre des idées de droite tout en se croyant de gauche; leurs «élites» peuvent jouir des bienfaits du riche tout en savourant des bienfaits moraux de se croire à gauche – fraternité universelle, générosité étendue à la planète…

Nous nous heurtons à une prédilection pour une croissance inflationniste, pour des chiffres ascendants (qui commencent à stagner) y compris les chiffres de la démographie. Cet expansionnisme ou ce fourmillement ouvrent des espaces à des millions de gens. Cette philosophie sociale qui consiste à sacrifier au présent un avenir proche écarte l’intérêt pour les précieuses réserves de la société: le respect de la valeur des choses, un sens de la responsabilité, la prise en considération de valeurs immatérielles que sont la nature, l’intimité, le loisir véritable, le lien social de proximité.

Nous vivons le problème de la concentration croissante, dans un sens large: concentration du pouvoir de l’État et de l’administration, concentration des décisions et des responsabilités, concentration des entreprises signifiant destruction de la classe moyenne. La question est de savoir si nous donnons la primauté à l’individu ou au petit groupe – fonction du fédéralisme ou de l’autorité communale – ou aux grands ensembles tant prônés par ces centralistes jacobino-napoléoniens, enclins à pousser l’abus des grands mots de justice, liberté, droits humains ou autres clichés dévots jusqu’à la phraséologie, dont le propre est d’utiliser leur moralisme afin de faire passer l’adversaire, qui a plus de retenue, pour moralement inférieur, sans se soucier des conditions réelles et négligeant la réalité de l’homme concret. Le réseau serré des rapports humains et économiques accroît le nombre de ceux qui dépendent d’autrui et qui empêtre de plus en plus les individus dans un rapport de subordination et de dépendance à l’égard des grands centres bureaucratiques qui décident de tout.

Progressiste ou conservateur? Progrès ou réaction? Avant-garde ou vieux jeu? De gauche ou de droite? Anciens ou Modernes? Centralistes ou décentralistes? Un ardent retour de lenteur, une oasis d’immobilité, un peu d’oxygène pour notre besoin vital d’appartenance paraissent nécessaires pour rétablir l’équilibre entre déstabilisation et restabilisation. Et peut-être que notre avenir contiendra plus de passé ou de tradition qu’on ne peut l’imaginer. Et, entre Progrès et Réaction, la relation s’annonce plus transversale que frontale.

Écrit par : A Bloesch | 28/11/2018

C'était couru d'avance. Il suffit de lire mon précédent commentaire sur le billet "Défaite d'étape" où je fais mention d'une trahison de plus des socialauds.
La défaite d'étape est aussi la victoire des idiots utiles et des catins du mondialisme et non de la mondialisation comme j'ai pu le lire sur un blog de la TDG, mondialisme avec son corollaire l'islamisation.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 28/11/2018

Je suis allé consulter à UNI Mail "les statistiques genevoises" sur ces 20 dernières années, je propose à tous nos politiciens d'en faire autant, avant qu'il ne soit trop tard!

Écrit par : Dominique Degoumois | 28/11/2018

A Bloesch @ Excellent commentaire, que je vais conserver...

Écrit par : Géo | 28/11/2018

J'aimerais bien savoir quel est l'indice de liberté d'expression en Suisse.

https://www.polemia.com/liberte-dexpression-la-france-derriere-la-russie-et-la-hongrie-indice-libertex-2018/

Écrit par : G. Vuilliomenet | 28/11/2018

J'aime beaucoup ce petit "mème" qui pourrait très bien s'appliquer aussi à la situation suisse...

https://i.4pcdn.org/pol/1535712599985.jpg

... oui, Mesdames et Messieurs les "éditorialistes", continuez de saper ce qui faisait l'identité et les structures de notre pays et vous allez voir ce qui risque de vous tomber dessus...

Écrit par : UnOurs | 28/11/2018

Je suis toujours sidéré de voir à quel point les gens sont prêts à perdre leur pouvoir de décision juste pour être admis au sein d'un groupe. Le suicide collectif auquel on assiste en matière de souveraineté nationale ne peux que déboucher sur des déconvenues. La Suisse avait su jusqu'alors se défendre contre l'ordre mondial. Le martyr serait il devenu une idéologie politique comme il l'est déjà d'une autre, religieuse ? Notre civilisation se fait disparaître elle même comme si elle ne croyait plus en elle. Le pire est à venir et je plains cette jeunesse formatée qui se jette dans la gueule du loup.

Écrit par : norbert maendly | 28/11/2018

Norbert Manedly a écrit:
"Je suis toujours sidéré de voir à quel point les gens sont prêts à perdre leur pouvoir de décision juste pour être admis au sein d'un groupe."

C'est vrai qu'il est sidérant que les cantons suisses aient pu choisir de perdre progressivement une partie de leur pouvoir de décision en le déléguant à la Confédération (armée, protection civile, monnaie, lois fédérales, Écoles polytechniques, relations avec l'étranger, etc.). C'était bien mieux avant, quand chacun cuisinait dans son coin. Et si les cantons n'avaient pas délégué certaines de leurs compétences à la Confédération, nous vivrions aujourd'hui beaucoup mieux dans nos cantons respectifs, chacun pour soi dans son petit coin de paradis.
La primauté du droit fédéral sur le droit cantonal, consacrée à l'art 49 de la Constitution fédérale, est un pur scandale!

Écrit par : Mario Jelmini | 28/11/2018

"La primauté du droit fédéral sur le droit cantonal, consacrée à l'art 49 de la Constitution fédérale, est un pur scandale!"
Les ricanements de Jelmini, que je ne qualifierais pas car cela n'en vaut pas la peine, me font penser à ce qui s'est passé en Valais ce fameux 25 novembre. Il y a beaucoup de Valaisans de souche installés civilement à Genève et même quelques-uns sur Vaud. Ils n'ont pas pu élire leurs constituants, alors que la Suisse laisse les binationaux voter ici et dans leur autre pays.
Est-ce vraiment juste ? Pourquoi de tels privilèges pour les gens de l'extérieur et pas pour ceux de l'intérieur de la Suisse ?

Écrit par : Géo | 28/11/2018

La grande différence, M. Jelmini, c'est que ces cantons l'ont fait volontairement. Ils ont adhéré à la Confédération Helvétique. Alors que nous, suisses, avons refusé de faire partie de l'UE ! Il n'y a donc absolument aucune raison que nous déléguions nos compétences à une organisation à laquelle nous n'avons pas adhéré.

Écrit par : P. Douchez | 28/11/2018

Famille, on y reviendra, patrie avec objectifs qui, toujours, ont signifié de la part de la Suisse "librement" partages ou échanges avec les autres nations d'un continent à l'autre.

Acceptons cet enseignement de la Bible: les Hébreux de corvée au moment de la construction des pyramides en Egypte pour être encore plus affaiblis et soumis furent envoyés trimer au loin afin de les priver des soins, de réconfort et de l'amour des leurs.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 28/11/2018

A noter, relativement au billet de Pascal Décaillet : en ce moment, sur "C dans l'air", tous les participants s'accordent pour dire qu'il y a une grande parenté entre poujadisme et gilets jaunes. Et les participants de C dans l'air ne sont pas comparables aux petits, très petits sous-journalistes de la Première. Dont l'un a fait un billet pour s'insurger contre la désignation "poujadiste" qu'avait fait Macron.
Un vrai ramassis d'incapables, sur cette Première...

Écrit par : Géo | 28/11/2018

M. Douchez, il ne faut pas confondre (ou faire semblant de confondre) le Conseil de l'Europe, qui siège à Strasbourg, et l'Union européenne, qui siège à Bruxelles: les deux n'ont rien à voir l'un avec l'autre. La Suisse est membre du Conseil de l'Europe (lequel a édicté la CEDH) depuis 1974, mais pas de l'Union européenne. J'ai dit plusieurs fois sur cette plateforme de blogs que s'il s'agissait de voter sur l'adoption du droit de l'Union européenne ou d'adhérer à l'Union européenne, je voterais résolument "non" (voir par exemple mon commentaire du 23 novembre *** sur http://muratalder.blog.tdg.ch/archive/2018/11/18/le-peuple-suisse-est-le-plus-souverain-et-democratique-du-mo-295597.html, l'avant-dernier §). Mais ce n'était pas l'objet de la votation de dimanche dernier! La votation de dimanche dernier portait essentiellement sur la primauté (en cas de conflit) des dispositions de la Constitution fédérale sur celles de la CEDH. Ce qui était en cause, c'était l'appartenance de la Suisse au Conseil de l'Europe: en cas d'acceptation de l'initiative nous aurions dû, en toute bonne logique, quitter le Conseil de l'Europe, ou alors attendre que le Conseil de l'Europe prononce l'exclusion de la Suisse.

"La grande différence, M. Jelmini, c'est que ces cantons l'ont fait volontairement."
L'adhésion de la Suisse au Conseil de l'Europe (et par conséquent à la CEDH) s'est également faite volontairement! La votation de dimanche dernier confirme, s'agissant du problème de la hiérarchie des normes, que le peuple suisse désire à une large majorité qu'en cas de conflit entre une disposition du droit interne et une disposition d'un traité international ratifié par la Suisse, les engagements pris par la Suisse dans le traité priment sur le droit interne.
Je rappellerai en outre que si l'initiative avait été acceptée, la Suisse se serait retrouvée en porte-à-faux avec les engagements pris quand elle a ratifié la Convention de Vienne sur le droit des traités, du 23.05.1969 (RS 0.111), dont je citerai ces deux articles:
"Art. 26 Pacta sunt servanda
Tout traité en vigueur lie les parties et doit être exécuté par elles de bonne foi.
Art. 27 Droit interne et respect des traités
Une partie ne peut invoquer les dispositions de son droit interne comme justifiant la
non-exécution d’un traité. (...)".
Si l'initiative avait été acceptée, la Suisse aurait donc dû dénoncer cette Convention (ou attendre d'en être exclue), ce qui aurait pu avoir pour elle des conséquences dramatiques. Cela, l'UDC s'est bien gardée de le dire et les opposants ne l'ont pas mis en valeur.


*** Je reproduis ici le commentaire en question:
"S'il devait y avoir aujourd'hui une votation fédérale sur l'adoption par la Suisse du droit de l'Union européenne (ou, plus directement, une votation sur l'adhésion de la Suisse à l'Union européenne), en ce qui me concerne je voterais résolument non. Mais ceci une autre histoire et nous n'en sommes absolument pas là, malgré les efforts des initiants pour faire l'amalgame et créer la confusion dans les esprits."

Écrit par : Mario Jelmini | 28/11/2018

Il y a dans le pays de Gex voisin, une commune - Vesancy - qui a refusé pendant assez longtemps de faire partie de la Communauté de communes du Pays de Gex pour finalement se rendre - probablement - à la raison et adhérer !

Il vaut mieux être à l'intérieur et participer aux décisions. On ne peut pas éternellement hurler de l'extérieur contre des décisions qui nous dérangent. Personne n'a obligé la Suisse à ratifier la convention européenne des droits de l'homme et accepter les décisions de la CEDH. Personne n'oblige la Suisse à accepter les accords qu'on lui propose. Mais il faut juste en accepter les conséquences. Pourquoi nos partenaires (ou plutôt adversaires ?) européens devraient-ils s'agenouiller devant les Suisses qui citent encore Morgarten en oubliant Marignan...

Écrit par : Michel Sommer | 29/11/2018

Que les pays sortent de l’ayatollah UE et le monde sera sauvé! Seulement ne comptez plus sur les Américains - en cas..... - vous leur avez bien craché dessus et copieusement insultés. C’est enregistré chez eux!

Écrit par : Patoucha | 30/11/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.