30/11/2018

L'Allemagne au bal masqué de l'Europe

 

Sur le vif - Vendredi 30.11.18 - 10.17h

 

Il n'existe pas d'Europe politique. L'Europe, ça ne veut rien dire.

 

L'Europe, c'est notre continent, celui que nous aimons. J'en ai, pour ma part, quasiment visité tous les pays. Avec une immense proximité pour nos trois voisins immédiats : l'Allemagne, la France, l'Italie. L'Histoire des deux premiers, ainsi que celle de la Suisse, constituent chez moi une passion totale, viscérale.

 

Il n'existe pas d'Europe politique, c'est un leurre. Il y a eu une collaboration économique, dès les années d'après-guerre, surtout pour permettre à la France d'obtenir à bon prix du charbon et de l'acier allemands. C'est ça, l'origine de la Communauté. Ça n'est en aucun cas cette structure qui a "évité une nouvelle guerre", mais l'équilibre des forces entre Russes et Américains.

 

Depuis 1992, avec Maastricht, c'est l'Europe de la spéculation. On a lancé l'Euro, qui est juste le nouveau nom du Deutschmark, on a créé un espace économique, commercial et financier permettant à la Grande Allemagne, ou tout au moins à un Saint Empire de l'Argent, de déployer ses ailes, comme un Aigle a besoin de voler, pour exister.

 

On a cousu cette nouvelle "Europe", depuis 25 ans, sur mesure pour la nouvelle Allemagne. Depuis la chute du Mur, la DDR a été phagocytée par l'Ogre Kohl, avec une vulgarité inouïe. L'Allemagne a cessé d'être le nain politique de l'après-guerre, elle est redevenue un acteur majeur, elle a joué un rôle capital dans le démantèlement de la Yougoslavie, sanctifiant les uns, diabolisant les autres, recréant ses zones d'influence. En Pologne, dans les Pays Baltes, et maintenant jusqu'en Ukraine, elle mène la même politique.

 

Tout cela, elle ne le fait pas sous le nom de "l'Allemagne". Mais sous le paravent de "l'Europe". Avec la bénédiction générale ! Tout ce que l'Allemagne entreprend, depuis des années, dans l'ordre du réarmement, y compris celui de sa Marine en Baltique et en mer du Nord, personne n'en parle, jamais.

 

Et c'est ainsi, tout naturellement, dans l'indifférence générale, que l'Allemagne vient, très gentiment, de demander à la France de bien vouloir quitter son siège permanent au Conseil de sécurité de l'ONU. En lieu et place, il y aurait un siège "européen". Entendez le siège d'une Europe qui n'existe ni sur le plan politique, ni sur le plan stratégique et militaire ! Le siège d'une fiction !

 

Ce que veut, de facto, l'Allemagne, ça n'est pas un "siège européen". Mais un siège allemand. Le siège d'une "Europe" cousue sur mesure, depuis un quart de siècle, autour de la stature allemande. Du coup, peu importerait la nationalité du titulaire du siège "européen", pourvu qu'il applique la politique décidée, à l'interne du Saint Empire "européen", par l'Allemagne.

 

Il n'existe pas d'Europe. Il n'existe que des intérêts nationaux. Il existe une Allemagne, au sommet de sa forme, qui, sous le paravent européen, avance masquée. Prétendant faire avancer "l'Europe", ce concept flasque et imprécis, elle roule en fait, consciemment ou non, pour l'accomplissement d'un destin national allemand. Celui-là même qu'avait lancé l'immense Frédéric II de Prusse (1740-1786), un siècle seulement après l'anéantissement des Allemagnes, en 1648, suite à la Guerre de Trente Ans.

 

Pascal Décaillet

 

 

11:49 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Très franchement, je préfère l'Europe sous domination allemande que sous domination française comme c'est le cas aujourd'hui, vu qu'il n'existe qu'une seule armée en fonction en Europe...
"La France le jockey, l'Allemagne le cheval", selon CdG. Ce ne sont pas de vains mots...

Écrit par : Géo | 30/11/2018

A la fin de la Seconde guerre mondiale les petits écoliers lausannois entre autres ont entendu leurs institutrices leur dire qu'ils étaient d'une part des petits enfants suisses et de l'autre des petits enfants européens.
Travaillons à la création d'une alliance européenne de coopération et d'amitié non vouée à la marchandisations mondialisée mais à l'évolution des mentalités.


Passionnant désormais CERTITUDE SCIENTIFIQUE: la conscience survit à la mort raison pour laquelle, confirmation du bouddhisme, nous avons à chercher à nous améliorer, dit par les scientifiques, à nous améliorer en "amour"!

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30/11/2018

Merci Pascal,
Vous venez de remettre l'Allemagne et son Union Européenne au milieu du village Europe.
Vous dites: "Tout cela, elle ne le fait pas sous le nom de "l'Allemagne". Mais sous le paravent de "l'Europe". Avec la bénédiction générale ! Tout ce que l'Allemagne entreprend, depuis des années, dans l'ordre du réarmement, y compris celui de sa Marine en Baltique et en mer du Nord, personne n'en parle, jamais".

Très justement,les tactiques, alliances et diplomatie allemandes ne sont pas si grossières qu'on ne le croit et c'est bien pour cela qu'on n'y voit que du feu au lieu de regarder la substance qui brûle: l'Allemagne n'a fait que recomposer son ancien empire sans l'Autriche et sans la Hongrie qui sont devenus des vassales comme tous les autres pays-membres qui composent l'Union Européenne.
Macron, en soutenant toutes les prérogatives de Dame Merkel, s'attend il à être l'élément indispensable voire incontournable pour pour son statut d'Empire? Caresse-t-il l'espoir de devenir le dauphin de l'Impératrice et de l'Empire Germano-Européen? D'où ses discours très narratifs en faveur d'une seule Nation(Germano-)Européenne.
Macron! Quel pitoyable résidu de la monarchie!

Décidément, l'Empire trouve toujours bouffons et pitres pour le servir. Et ça marche.

L'Ukraine. Dernière conquête en date. On peut presque dire que l'Ukraine - ne possédant qu'une économie de guerre, est le bras armé de la politique et de la diplomatie allemande. Comme par un hasard innocent, Dame Merkel vient de proposer au Président Petro Porochenko, lors du G20 au Brésil, ses services de médiation avec le Président de Russie Vladimir Poutine dans cette affaire d’arraisonnement de navires de guerre ukrainiens, avec leurs hommes, qui ont violé les eaux territoriales russes, de manière tout aussi hasardeuse, faut-il le croire. Cet arraisonnement qui donne des crises d'urticaire à l'ex-magnat du chocolat.

La presse Main Stream nous dit que l'Allemagne profite de l'absence des Américains en Ukraine pour y prendre un place plus audible. Je crois plutôt que les Américains avaient aidé l'Allemagne à annexer sa politique économique à l'Ukraine et qu'il s'agit pour l'Allemagne de se débrouiller seule, maintenant, avec ses compères européens, Les Américains ont payé de leur vilaine réputation sur le continent. Ils n'entendent plus continuer cette mascarade sans contre-partie significative. Les lourdes taxes annoncées par Trump sur l'importation d'automobiles en provenance d' Europe est une forme de réponse et d'invite à revoir la carte des influences économiques et politiques sans sans les Américains. En fait, cet avertissement s'adresse principalement à l'Allemagne qui conduit le consortium européen sans se référer à eux: Les Américains avaient cru que l'Allemagne d'après guerre continuerait à leur obéir au doigt et à l’œil.

C'est le saint empire germanique du fric et du néo-libéralisme qui entend réaffirmer sa suprématie sur le continent et face aux géants tels que Américains, Russes et Chinois.

l'€uro-DeutschMark avait été la clé de cette construction et tous les membres, en l'acceptant, doivent cette rente à l'Allemagne. Même notre BNS s'y emploie. Que tous les peuples de l'Empire s'appauvrissent pour son insolente santé.

On se demande ce que l'empire ferait si tout-à-coup une large fronde n'obtempérait pas à ses injonctions sur les budgets nationaux. L'Italie, le cinquième fondateur de l'UE, renacle et n'entend pas mettre son pays sur la paille comme l'avait fait la Grèce. L'Italie smble vouloir se profiler comme une sonde pour tester les lois de l'Empire. Les mois à venir nous réservent certainement des surprises de taille.

Écrit par : Beatrix | 30/11/2018

Conseil de Sécu. de l ONU:L UE au lieu de la France?!

Il y a une "boutade" contre la France qui est partie du ministre allemand des finances, sauf erreur. Ce ministre a invité la France à céder sa place au conseil de sécurité de à l ONU à un autre représentant de l Union européenne afin de donner de la fraîcheur et de la valeur à l UE et à l ONU, sic...

Belle idée! Mais avant de concrétiser ce voeu pieux, il faudrait que l UE soit unie (pas possible puisque l UE a été créée pour DES-UNIR L EUROPE et basta). Secundo, il faut que l UE devienne un Etat reconnu en tant que tel! Sinon que l Allemagne et la France fasse chacune un tour de 6 à 12 mois en alternance ou selon si le jeu pile ou face ou celui de la chaise musicale , ça vous va?

Qu en pensez vous?

Bien à Vous.
Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 30/11/2018

L'Europe, le continent et ses habitants ne sont pas un leurre.
Pourquoi ne pas créer une ALLIANCE européenne de solidarité, de partage et d'amitié en se rapprochant du Brexit tout en en terminant ou en n'entrant pas plus avant dans les diktats de Bruxelles d'une part et la marchandisation mondialisée de l'autre: football, pour un exemple, pages éloquentes apportées par MARIANNE de cette semaine.

Écrit par : Myriam Belakovsky | 30/11/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.