03/12/2018

Carla Del Ponte : non, non et non !

 

Sur le vif - Lundi 03.12.18 - 14.27h

 

L'incroyable condescendance des médias de Suisse romande, depuis plus de vingt ans, envers Carla del Ponte, laisse pantois.

 

Voilà une dame qui, au moment des guerres balkaniques, dans les années 1990, a passé son temps (jusqu'en 2007) à instruire des procès, toujours dans le même sens. Toujours contre les Serbes, d'où qu'ils fussent, ceux de Bosnie comme ceux d'ailleurs.

 

Dans un deuxième temps seulement, comprenant que le grief d'unilatéralité pouvait lui être adressé, elle a commencé, PAR COMPENSATION, à s'intéresser à d'autres, comme par exemple les criminels de guerre croates, liés aux événements de la Krajina.

 

Pendant toute cette période, Mme Del Ponte n'a absolument pas été un Procureur au seul service de la justice. Non. Elle a été le bras exécutant des quelques pays (États-Unis, Grande-Bretagne, Allemagne fédérale, hélas rejoints en cours par la France de Mitterrand) visant à diaboliser à tout prix la seule Serbie, en sanctifiant par là ses adversaires.

 

Prendre le contrôle économique et stratégique des Balkans, c'était le plan initial de l'OTAN. Il fut appliqué à la lettre, avec le concours des services secrets allemands. Avec ses poursuites orientées et sélectives contre les seuls Serbes, Mme Del Ponte n'a été que l'auxiliaire de justice de ces puissances politiques.

 

Vous comprendrez dès lors que cette personne n'ait jamais recueilli de ma part la moindre admiration. Encore faut-il lire la politique sous le prisme de l'Histoire et des rapports de forces. Et non sous celui, si facile, de la morale et des chevaliers blancs.

 

Pascal Décaillet

 

 

14:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (5) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Cette même personne a dit récemment que l'ONU était une grande déception pour elle:

https://www.lematin.ch/monde/Carla-del-Ponte-L-ONU-est-une-grande-deception/story/21875778

Elle parle de la Syrie, mais de quelle côté s'est-elle mise? Celui des puissants qui ont aidé les islamistes de tout poil financés par l'Arabie saoudite et le Qatar pour faire tomber Bachar El Assad?

Elle critique les droits de l'homme, c'est bien, mais au vu de son parti-pris dans les guerres yougoslaves, il me semble qu'elle a perdu une sacrée occasion de se taire.

Pourquoi n'a-t-elle pas hurlé plus tôt au sujet des DdH et de l'ONU? C'est facile de l'ouvrir une fois qu'on a quitté le banquet, à la manière du socialaud Ziegler. Pourquoi ne pas avouer qu'il y a des états qui n'y ont pas leur place, ces mêmes états qui ont leurs propres droits de l'homme totalement opposés à nos propres droits de l'homme fruit d'un long processus.

Dieu sait les diplômes qu'elle possède, nous autres simples pékins n'avons pas besoin d'être universitaire pour s'être rendu compte des tares de l'ONU et de la foutaise que sont devenus les DdH.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 03/12/2018

Au lieu de condescendance envers Carla del P., ne serait pas plus pertinent de parler de complaisance?
Même si, et je vous l'accorde, nos médias ont tendance à nous prendre pour des cons.

Écrit par : nEmo | 03/12/2018

A l'époque, pour savoir où Carla Del Ponte allait se rendre, il suffisait de suivre les B-52.

Écrit par : UnOurs | 03/12/2018

Je n'ai jamais aimé cette femme depuis que j'ai lu le livre de Cattaneo:

https://www.swissinfo.ch/fre/l-ancien-commissaire-fausto-cattaneo-met-en-cause-carla-del-ponte/1885286

Le trafic de drogue est un business qui rapporte le plus en retour sur investissement. Certains politiciens y sont mêlés. Notamment un ex-magistrat...
L'affaire avait été connue quand une "amie" avait été arrêtée à l'étranger. Affaire vite étouffée.

Écrit par : Daniel | 03/12/2018

Il n’y a pas besoin de faire le panégyrique de cette « procureur » de la Confédération dont les actions en justice ont quasiment toutes conduit à des non-lieux pour « ses » prévenus. Je me rappelle de sa limousine allemande blindée et de ses gardes du corps ainsi que des ascenseurs et étages réservés pour son bureau dans le bâtiment de l’office fédéral de la justice à l’Ouest du Parlement fédéral. Ces déplacements nous faisaient bien rire et l’atteindre d’un missile à protée d’homme n’aurait guère été difficile : un jeu d’enfant.
La mauvaise idée du peuple suisse d’entrer à l’ONU a au moins permis à ceux qui savaient le danger que représentait cette nullissime « Procureur » (radicale au Tessin, mais épouse d’un fils de feu le Conseiller fédéral valaisan Roger Bonvin, grand chrétien-social et conservateur du Bas-Valais !) de l’évacuer par le-haut !

Écrit par : Marc luisier | 04/12/2018

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.