Nul n'a intérêt au malheur de la France

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 09.12.18 - 14.40h

 

Totalement passionnant, révélateur comme nul autre de l'état de santé de la société française, le mouvement des Gilets jaunes restera dans l'Histoire.

 

Il a déjà retenu maintes fois, ici même, mon attention : j'ai évoqué sa dimension sociale, celle des périphéries, et aussi les réponses institutionnelles nécessaires à l'évolution de la France : instauration de la proportionnelle dans le système électoral, et surtout création de mécanismes de démocratie directe, non à calquer sur le système suisse, mais à inventer selon le génie propre de la France.

 

Ce diagnostic, qui est depuis longtemps le mien, est aussi celui de la plupart des observateurs, et cela indépendamment de leur degré d'adhésion ou de rejet face à politique et à la personne de l'actuel Président. Ce qui est né de la révolte contre un homme, son arrogance, son style et ses manières orléanistes, ses prodigieuses errances en matière de taxes et de fiscalité, ne prendra d'intérêt structurel face à l'Histoire que si tout cela permet l'accouchement d'un nouveau monde dans la République française. Ce qui ne signifie pas, à mes yeux, un abandon de la Cinquième République, encore moins un retour à la Quatrième, le désastreux régime des partis.

 

Regardez les manifestants d'hier. On ne nous montre que la casse, certes abominable, assurément condamnable avec la dernière énergie. Mais la casse, c'est l'écume, En termes d'images, ou de spectacle, c'est vendeur. Mais on sait pertinemment que l'écrasante majorité des Gilets jaunes n'ont rien à voir avec les traditionnels voyous qui, toujours et en tout temps, se greffent sur les mouvements de foule pour déchaîner leur violence ou pratiquer le pillage. Il s'agit d'une casse de droit commun, à traiter comme telle, et à dissocier absolument des revendications légitimes de la masse du mouvement. Ne montrer que la casse, en continu, comme l'ont fait certaines chaînes TV, c'est jouer le jeu du pouvoir, en discréditant l'essentiel, par la puissance dévastatrice de l'image.

 

La première revendication des Gilets jaunes est sociale. Il lui faudra, dans les heures qui viennent, une réponse sociale. Hausse du SMIC, mesures de justice et d'équité dans la distribution des taxes et des impôts. En clair, quand un Français tourne avec un peu plus de mille euros par mois, et qu'il a besoin de sa voiture pour vivre, il peine à comprendre que l'ancien associé de la Banque Rothschild ait mis tant d’empressement à ce cadeau fiscal aux plus nantis qui marqua les débuts de son quinquennat.

 

La deuxième dimension est institutionnelle. Elle n'est en aucun cas à dissocier de la première - la dimension sociale - sous prétexte qu'elle est moins urgente, moins viscérale. Il faut regarder l'Histoire de France dans sa continuité : jamais aucun changement institutionnel ne s'est produit à froid, tranquillement, sans avoir été précipité par les forces sociales. Tous les épisodes de la décennie révolutionnaire (1789-1799). notamment ceux des premières années (1789-1794) ont été poussés par l'urgence populaire. Idem, 1830 : changement de régime. Idem, 1848 : changement de régime. Idem, 1870-1871 : changement de régime. Idem, 22 juin 1940 : défaite militaire, politique et morale, la pire de l'Histoire de France. Idem, 25 août 1944 : Libération. Idem, 13 mai 1958 : Comités de Salut public à Alger. Ce ne sont jamais des moments de douce quiétude qui engendrent les grandes réformes institutionnelles.

 

En sommes-nous là ? Je ne le crois pas. Mais une chose est sûre : si Emmanuel Macron s'imagine qu'il s'en sortira, dans sa prochaine intervention, avec quelques miettes de pain sur le SMIC et les taxes, et qu'il n'annonce pas quelque chose de profondément nouveau pour combler l'incroyable déficit démocratique du pays, alors il aura définitivement échoué devant l'Histoire.

 

Je terminerai par l'essentiel : j'aime la France. J'aime ce pays, comme j'aime le mien (la Suisse), et comme (pour toutes sortes de raisons) j'aime l'Allemagne. J'aime la France, sa culture, son Histoire incomparable, que j'étudie depuis des décennies. J'aime ses paysages. J'aime cette République qui, depuis 1792 et les Soldats de l'An II, tente contre vents et marées (avec quelques parenthèses) d'imposer ses idéaux face à la jungle, face aux forces de l'Argent, face aux corporatismes, face aux intérêts particuliers, face aux communautarismes. Cette France-là, depuis plus de deux siècles, nous a tant apporté. Nul d'entre nous n'a intérêt à l'écroulement de ce modèle. Nul n'a intérêt au malheur de la France.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • « Nul n’a intérêt au malheur de la France »

    Sauf ce fantoche de « président » et c’etait à prévoir!

  • L'analyse historique de la situation française ne peut s'arrêter à "la révolte contre un homme". C'est en effet aller un peu vite en besogne que d'oublier les méfaits d'au moins trois de ses prédécesseurs.

    S'il est vrai que ce sont les décisions de taxes prises par Macron qui ont mis le feu aux poudres, il convient de prendre en considération les causes plus profondes de cette éruption. Douze ans de chiraquie, cinq ans de sarkozie, et cinq ans de hollandisme. En clair, vingt deux ans de discours creux, de non-décisions, de stagnations, de petites ou grandes lâchetés.

    Pour ma part, je préfère l'observation des faits actuels aux prophéties alarmistes et anticipées.

  • La volonté de tous les partis politiques, des syndicats et du gouvernement est de tenter de décrédibiliser (les gilets jaunes!) Que de simples citoyens montrent qu'ils n'ont pas besoin de politiciens pour se défendre et s'exprimer, est impensable pour eux tous! Et ce n'est pas eux qui ont pillés les boutiques de fringues et de téléphonies hier soir! Les gilets jaunes sont des pacifistes, ils savent qu'ils gagneront par la persévérance et l'honnêteté!

  • Aucun des prédécesseurs d'Emmanuel Macron n'a officiellement offensé les Français des classes moyennes en affirmant qu'elles n'existent pas.

    De prime abord on ne voit pas comment Emmanuel Macron serait en mesure de gommer son arrogance et son mépris.

    Que pourrait-il dire...

    éventuellement affirmer qu'à son ressenti l'individu seul compte puis l'ensemble collectif qui n'a pas à être étiqueté "classes moyennes"!

    En cas de victoire d'Emmanuel Macron... redépart avec, en vue, d'autres paradigmes que jusqu'à ce jour?

Les commentaires sont fermés.