Eloge des réseaux sociaux

Imprimer

 

Publié sur mon site FB - Dimanche 16.12.18 - 15.19h

 

Je suis un partisan acharné du réseau social. Je l'ai découvert il y a sept ou huit ans, alors que j'avais déjà plus de vingt-cinq ans de journalisme, dont vingt de radio. J'ai fait comme nous tous : je me suis ouvert un compte sur le réseau social où nous sommes ici, j'ai observé, testé, humé. Très vite, j'ai compris qu'il y avait là, par l'horizontalité du partage, sans chefs ni hiérarchies, chacun étant responsable de son espace, un langage nouveau. Et la promesse d'une révolution.

 

Cette révolution est celle de l'intelligence collective. Vous pouvez écrire sur n'importe quel sujet, si vous commettez la moindre erreur factuelle, vous pouvez être sûr que très vite, un autre internaute ne manquera pas de la signaler. Eh bien ma foi, vous corrigerez ! Et vous aurez ainsi amélioré la qualité de votre texte.

 

Cette révolution est celle de la mise en circulation immédiate, certes au milieu d'un fatras, de ce qui compte dans la construction de l'actualité. Si un confrère, une consœur, ou d'ailleurs n'importe quelle personne, sort quelque chose d'important, dans l'ordre de la nouveauté ou de la valeur ajoutée, ou dans celui du style, cela, inévitablement, circulera. Et vous tombera sous les yeux. Cette mise en partage des connaissances, qui s'en plaindra ? Il faudrait la réserver à une élite ?

 

Cette révolution est celle de la rencontre. Je suis un solitaire, je n'ai jamais aimé travailler en groupe, surtout pas pour l'écriture. Mais l'homme seul, ou la femme seule, trouve sur le réseau social des frères et des soeurs dans la construction collective de la connaissance.

 

Pour ma part, je n'utilise le réseau que dans l'ordre de ce qui m'a toujours passionné : étendre le champ de mes connaissances, dans les domaines qui me passionnent, transmettre ce qui me semble important, commenter l'actualité en fonction de mes idées, avec une subjectivité que j'ai toujours totalement assumée. Je propose ma vision du monde : eh bien, que chacun propose la sienne ! Chacun d'entre nous est libre. Libre de parler ou de se taire. Libre d'écrire ou non. Libre de ses idées. Libre de les publier, ou de les garder pour lui.

 

Nous sommes entrés, sans retour, dans une nouvelle ère. Une fois que les réseaux sociaux seront expurgés de leur tendance au bavardage et au commérage, le meilleur de ce qu'ils sont, comme révolution de communication, constituera demain le vecteur principal de la connaissance construite. Non plus parachutée par des mandarins. Non plus verticale. Mais partagée, horizontalement, entre des hommes et des femmes de bonne volonté. Désireux de s'instruire. Persuadés que l'amélioration de la condition humaine passe pas une élévation du degré de connaissance.

 

A cela s'ajoute, dans l'ordre de l'écriture, la possibilité de tomber sur un style. C'est rare, mais ça nous illumine et nous surprend. Surtout quand la plume découverte, loin du champ convenu des éditeurs, surgit d'un anonyme. Un inconnu, oui, qui jamais ne serait parvenu à nos yeux sans la mise en partage, parfois chaotique mais parfois miraculeuse, du réseau social.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Oui, éloge des réseaux sociaux qui nous permettent notamment d'avoir un accès direct à la réalité sans (par exemple sur les Gilets Jaunes) passer par le filtre de Rochebin et compagnie:

    https://www.youtube.com/channel/UCMjsKw6Rop5oLfthaUuN_lQ/videos

  • PS: vous noterez que les réseaux sociaux tenus par des puissances systémistes font ce qu'ils peuvent pour maquiller la réalité. Par exemple, ici...

    https://www.youtube.com/watch?v=jnfSyt-nGFw

    ... Youtube élimine systématiquement les vues pour enfouir la vidéo dans les profondeurs du net.

    Il faut donc utiliser les réseaux sociaux, mais à terme avoir des réseaux sociaux décentralisés et anonymes "à nous".

Les commentaires sont fermés.