23/12/2018

Duhamel Brothers

 

Sur le vif - Dimanche 23.12.18 - 11.11h

 

Vous ne les compterez plus, dans les semaines et les mois qui viennent, les interventions, dans vos journaux, du ban et de l'arrière-ban des puissants penseurs français - ceux qui se succèdent depuis plus de quarante ans sur les plateaux TV - pour vous affirmer que l'aspiration des gilets jaunes à une forme de démocratie directe est une "fausse bonne idée".

 

Elle pourrait être bonne pour la Suisse, allez reconnaissons qu'elle l'est. Mais en tout cas pas pour la France : vous pensez, le référendum s'associe immédiatement à un plébiscite, l'image de Louis-Napoléon, alias "Le Petit", surgit dans les mémoires. On nous parle même, ce matin, dans la presse dominicale orangée, avec une nuance à toute épreuve, des fantômes d'Hitler et Mussolini.

 

Eh bien, ma foi, voilà des plumes et des voix qui semblent avoir une profonde estime pour le peuple de France ! A les lire, à les entendre, ce peuple ne constituerait rien d'autre qu'une masse manipulable : vous lui confiez un référendum, c'est en fait un sénatus-consulte du Prince, un plébiscite pour lui dire, par thème interposé, qu'on l'aime ou qu'on le déteste. Le peuple, étant par nature aveugle et stupide, sera dupe de la supercherie, se laissera embarquer, la démocratie thématique passera à la poubelle, on aura juste activé la démarche plébiscitaire, celle qui légitime des régimes forts, confirme le caractère allemand de la Sarre, par exemple.

 

On peut en discuter, sur le fond. Et en effet, la France devra se montrer très inventive pour mettre au point des mécanismes de démocratie directe qui répondent à son génie propre, à son Histoire, radicalement différente du fédéralisme suisse. Mais la manière dont ces têtes pensantes, Frères Duhamel et Compagnie, éradiquent d'emblée toute chance de réussite pour un essai de démocratie directe thématique en France (voter sur des sujets, et pas seulement pour élire des personnes), en dit infiniment long sur la mentalité d'élite de ces stars de plateaux TV, profondément acoquinées avec tout ce que la vie parisienne compte de pouvoirs, de gauche comme de droite.

 

La vérité, c'est eux. La connaissance, c'est eux. La vision sur les nécessités du peuple, c'est eux. Le peuple, à leurs yeux, n'est qu'une bête à cornes, une brute pompière, tout juste bonne à payer ses taxes et ses impôts, s'abrutir le soir devant des émissions faciles, mettre deux heures pour aller au travail et en revenir, en voulant bien payer sans rechigner la surtaxe pour faire bien, à Paris, dans l'image mondiale qu'on donne dans la lutte pour le climat.

 

Eh bien, les Frères Duhamel & Co se trompent lourdement. Le peuple de France n'est en rien constitué d'imbéciles. C'est un grand peuple, patriote, attaché à une nation deux fois séculaire, celle-là même qui, proclamée République en 1792 au moment de Valmy, a osé défier, avec ses Soldats de l'An II, l'Europe entière des têtes couronnées. Le peuple des combats, dans toutes les guerres. Le peuple des souffrances. Mais muni d'une conscience nationale qui, aujourd'hui, a immensément faim et soif d'une démocratie nouvelle, élargie. Pouvoir voter directement sur des sujets ! Qui seront, je suis prêt à le parier, principalement des sujets régionaux et locaux. Mais aussi, sur la continuation de l'appartenance à l'Union européenne. Mais encore, sur l'Euro. Ou encore, sur la régulation des flux migratoires.

 

C'est précisément cela que nos chères élites cosmopolites, les BHL et les Cohn-Bendit, et tous les penseurs mondialistes des salons parisiens, et les Duhamel Brothers, ne veulent à aucun prix. Parce que la vérité, c'est eux qui la détiennent, dans leur Temple. Pourquoi, mais pourquoi diable, iraient-ils la partager avec les Gueux ?

 

Pascal Décaillet

 

11:41 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Force est de reconnaîte combien votre analyse est pertinente. Mais les Duhamel brothers ne sont que le reflet, la pointe émergée de l'iceberg constitutif de cette pensée patiemment polie, construite , modelée sur ce que la Vème a fait de ce peuple : un instument du manichéisme politique basé sur un système de choix binaire, dans la délégation du pouvoir démocratique au parlement (facilitant la prise de pouvoir par un majorité écrasante d'élus alors que le vote était nettement minoritaire). Ce manichéisme entretenu par une gauche avide de pouvoir (comme s'il avait été une fin en soi) a confisqué non seulement la démocratie (en terme de décision) mais également le choix des sujets à traiter (en terme de programme). Tout cela a comme conséquence visible les expressions systématiques du genre "ce n'est pas LA république" chaque fois que les suggestions s'opposent à la bien pensante oligarchie du 'politiquement in' !
La France est face à un double problème : i)le peuple a, dans sa grande majorité, perdu confiance dans ces élites politiques, dans ces programmes fait sur mesure pour les mêmes. ii) et c'et bien plus gave à mon avis c'est que la constatation inverse est encore plus vraie, à savoir que les élites n'ont plus confiance en la "sagesse du peuple" comme si, laissé libre de choisir (et les thèmes et leurs réponses) il allait sombrer dans je ne sais quel extrémisme coupable.
Comment s'en étonner ? La Fance a construit son système sur les "élites" (grandes écoles, ENA,etc) non seulement pour relever le défi industriel, économique, social mais aussi pour guider la nation sur les bons rails qui n'ont en fait que conduire au pire des manichéismes politique : gauche ou droite, pour ou contre, républicain ou révolutionnaire.
C'est pourquoi la notion de referendum est si étrangère à leur intelligence car pour eux, répondre à une question par oui ou non (ce qui devait à priori leur faire plaisir) c'est avant tout répondre à celui qui l'a posée, soutenue.(d'où plébiscite) donc, au-delà de la question, juger la personne, sa politique. Tout cela sans compter la liste effarante des questions "indignes" que la république (en fait les élites) ne sauraient évidemment soumettre au peuple.

Écrit par : uranus2011 | 23/12/2018

Pour cette fin d'année Cohn-Bendit a rejoint, à la télévision du moins, les autres penseurs que vous citez.
Mais comment voulez-vous que celle-ci fonctionne autrement que par le recours aux carnets d'adresses qui assurent de l'audience?
Et comme le public se renouvelle à chaque génération, un certain oubli des détails (et même de l'essentiel parfois) permet aux anciens chevaux d'emmener les nouveaux jeunes spectateurs (complétés par le amoureux de la nostalgie) de faire aussi des tours de manège gratuits.

Écrit par : Mère-Grand | 23/12/2018

Sur Dany le Rouge (Daniel Conn-Bendit dit DCB) de mai 68, il a retourné sa veste à 180 degrés. Il y aurait certainement quelqu un qui me contredirait en disant que mai 68 n était pas DCB et vice versa, soit...

Au sujet des Gilets Jaunes, il a déclaré qu il est à 100% contre eux car, dit-il, "Je déteste la couleur Jaune" donc ils sont plutôt des gilets bruns comem son autre confrère et alter ego BHL, des nazis et comprendra qui pourra... Même, il a traité Macron et Co. de Gilets Jaunes. Quant à Zemour, ça ne vaut pas la peine non plus de trop en parler..

J ai lu un commentaire dans la Revue Marianne 2 qui dit ceci:"Si Conn Bendit déteste la couleur jaune, il doit aussi annuler le Tour de France des cyclistes français dits les maillots jaunes et même liquider l équipe du football brésilien avec leurs maillots et drapeau jaune, entre autres..."

Bien à Vous M. Pascal Décaillet et à Vous tous et Bonnes Fêtes de Noël et de Fin d Année.

Charles 05

Écrit par : Charles 05 | 23/12/2018

Les commentaires sont fermés.