04/01/2019

Mitage du territoire : bravo les Jeunes Verts !

 

Sur le vif - Vendredi 04.01.19 - 15.45h

 

L'initiative des Jeunes Verts contre le mitage du territoire : voilà un passionnant sujet de votation (10 février 2019).

 

Il touche à l'aménagement de nos espaces, au maintien de surfaces agricoles, à la construction d'un paysage où la nature a encore sa place. Il invite à repenser l'urbain, plus concentré, moins étalé, un peu plus de verticalité, de densité, un peu moins de semi-urbain, dans une semi-campagne.

 

Après la Lex Weber, après Ecopop, revoilà un thème qui invite les Suisses à penser le futur de leur territoire, à donner de la cohérence à l'espace urbain. Revoilà une votation concrète, liée à la terre et au pays. N'oublions jamais : le paysage, c'est l'humain qui le crée. Puisse-t-il y instiller le maximum d'harmonie, éviter le grand n'importe quoi de l'axe Genève-Lausanne depuis les années 60, définir ce qu'est la ville, et ce qu'est la campagne.

 

Oui, dans nos contrées habitées, c'est l'humain qui façonne le paysage : prenez le Valais, les sublimes murettes de vignes, ces étagements de pierres sèches, sur la rive droite du Rhône : elles ne sont pas là par miracle, mais par le travail des hommes et des femmes. N'oublions jamais qu'au 19ème siècle, la Vallée du Rhône n'était encore, en bien des endroits, qu'un marécage insalubre. Il a fallu un grand dessein : celui de la correction du Rhône. Il a fallu de grands hommes, comme Maurice Troillet, conseiller d'Etat de 1913 à 1953.

 

Le paysage est un miracle humain, épousant le miracle de la nature. En la respectant, plutôt qu'en la bétonnant dans la seule vision du profit, il la sublime. Le grand Chappaz, dans ses "Maquereaux des Cimes blanches" (1976), que nous dit-il d'autre, au fond ?

 

Pour ma part, je félicite les Jeunes Verts de lancer le débat. Je vais me passionner pour ce sujet, multiplier les invités et les joutes contradictoires, sur mes plateaux TV. C'est un sujet qui touche au pays profond, à la qualité de vie, au rapport intime entretenu, par chacun de nous, avec les miracles de nos paysages. Un véritable sujet citoyen. Vive la politique !

 

Pascal Décaillet

 

 

16:07 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

C'est tout à fait sympathique et charmant d'aborder le sujet de l'utilisation du territoire. Simplement, d'entasser de plus en plus de personnes sur une surface de plus en plus réduite créé inévitablement des tensions dues à la trop grande proximité d'habitation. Il faut d'urgence ré-éduquer chacun au respect d'autrui selon l'adage "la liberté des uns s'arrête là où la liberté des autres commence" (ce qui est une évidence pour les natifs jusque dans les années 1970) . Au niveau des personnes de cultures européennes ou occidentales, cela peut se concevoir, mais avec cette désolante "mixité sociale" élevée au rang de perfection qu'on nous impose, et dont on nous rebat le oreilles à longueur de journée, sauf recadrage efficace et immédiat, la gabegie qui est souvent déjà installée n'est pas près d'appartenir au passé, et là, j'angoisse !

Écrit par : Isabelle Delasoie | 04/01/2019

Oui, et étant en même temps bigotement sans-frontièristes/immigrationnistes, une future "verticalité" digne de Hong-Kong, la tiers-mondisation en plus. Cela ne sera plus seulement du "vivre ensemble", mais du "vivre ensemble, les uns sur les autres". Dans la paix et l'harmonie multiculturelle bien évidemment...

Écrit par : Eksit | 05/01/2019

Juste pour dire. Depuis 1973 la Confédération demande aux cantons de fournir leurs plans des terres d'assolements. (bonnes terres cultivables)
A ce jour certains cantons et notamment les romands n'ont pas répondu, malgré la LAT, alors cette initiative, même acceptée, aura le même sort que celle sur l'immigration de masse.

Dommage, mais quand c'est trop tard, c'est trop tard!

Écrit par : Corélande | 06/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.