07/01/2019

Gilets jaunes et Révolution : réflexions sur une référence

 

Sur le vif - Lundi 07.01.19 - 14.38h

 

Les gilets jaunes convoquent la mémoire de la Révolution française. Ils ont parfaitement raison, c'est une référence de taille. Et ceux qui, de Suisse, ricanent, feraient bien de lire quelques livres. La Révolution est l'une des périodes ayant, depuis quarante ans, le plus nourri mes lectures : s'il fallait n'en recommander qu'une seule - parmi des centaines - ce serait l'Histoire de la Révolution française, par Jules Michelet (1798-1874).

 

Il faut lire ce chef d’œuvre, pour saisir toute l'universalité de ce qui, en en France, fut accompli à partir de 1789. Le chute de la monarchie, la proclamation de la République, les guerres courageuses (et victorieuses !) menées par les Soldats de l'An II contre toutes les têtes couronnées d'Europe, impatientes d'imposer le retour à l'Ancien Régime. Pour moi, l'épisode ne dure pas dix ans, mais vingt-six, jusqu'à Waterloo (18 juin 1815). Et les grandes idées républicaines, après un dix-neuvième siècle chaotique, fait de flux et et de reflux, s'imposeront à partir de 1870, avec juste l'éclipse de Vichy (1940-1944).

 

Il n'y a aucune espèce de grandiloquence, face au mouvement très important des gilets jaunes, à évoquer les références de la Révolution. L'Histoire, certes, ne se répète jamais, tout au plus bégaie-t-elle, ou laisse-t-elle perler quelques bribes de réminiscences. La Révolution elle-même, en parfaite contemporanéité de ses propres événements, n'a cessé de se nourrir de références historiques, puisant notamment dans l'Antiquité, où il était question d'un ordre de pouvoir, secoué par le désordre d'un moment. Les Romains, déjà, puisaient chez les Grecs leurs mythes révolutionnaires. La littérature, toujours, se nourrit d'elle-même. J'ai suivi, en 1978, un passionnant colloque universitaire, interdisciplinaire, sur ce thème. J'y avais fait un exposé sur Thucydide, et la révolte des Cités grecques, dans sa Guerre du Péloponnèse.

 

Il n'est pas excessif de considérer dans les gilets jaunes l'aspiration à un changement de régime. Il ne s'agit pas de prendre congé de la République ! Mais de la faire évoluer, comme cela s'est toujours produit dans les deux derniers siècles. 1848 renoue avec 1792. 1870 avec 1848. 1944 (la Libération) nomme Commissaires de la République les libérateurs régionaux. 1958 (retour de Charles de Gaulle) restaure l'idée (déjà bien présente chez une partie des Révolutionnaires) d'un exécutif fort.

 

Non, les gilets jaunes ne veulent pas détruire la République. Ils veulent, au contraire, sa résurrection. En se battant pour une démocratie directe agissant (comme en Suisse) sur les thèmes, ils embrassent le discours et la pensée d'une partie des Révolutionnaires, ceux qui voulaient le pouvoir au peuple. Déjà dans la dernière décennie du dix-huitième siècle, ces derniers étaient en confrontation directe avec les adeptes de la démocratie représentative, c'est dire si la dialectique de silex entre les uns et les autres est ancienne. Le paysage politique français, ses grandes lames tectoniques, n'ont, malgré la valse des étiquettes, presque pas changé, depuis la Révolution.

 

Je n'ai parlé ici que de l'ordre institutionnel. En attendant d'y revenir, je n'ai pas encore parlé de l'ordre économique, ni social. Ni de l'extraordinaire aptitude d'Emmanuel Macron à jouer (contre son gré !) la caricature de l'Ordre ancien. Ni celle des coteries parisiennes, médiatiques notamment, à jouer les Fermiers généraux, intendants, valets du pouvoir, et autres intermédiaires que l'idéal révolutionnaire, justement, se promettait d'éradiquer.

 

Je reviendrai sur ce sujet des gilets jaunes, qui me passionne. J'ignore si c'est une Révolution. Mais une chose est sûre : nous avons dépassé, depuis un sacré moment, le simple stade de la révolte.

 

Pascal Décaillet

 

15:15 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (9) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Bravo pour vos propos, il y a quelques intellectuelles de taille qui vont oeuvrer aux côtés les Gilets Jaunes, le couple (Pinçon Charlot) par exemple, des sociologues qui depuis plus de 20 ans dénoncent la dérive du système fiscal français! Comment peut on expliquer que Bruxelles puisse être contre la taxations des transactions des GAFA et d'amazone dans la "zone euro"! C'est le non sens absolu, et surtout le triomphe des lobbys! Les lobbys c'est une maladie aussi très helvétique!

Écrit par : Dominique Degoumois | 07/01/2019

Je viens de lire que "chantal jouanno" allait recevoir près de 176'000 euros pour l'année 2019, en tant que présidente de cette commission nationale sur le débat publique! Pas mal hein??? macron fait vraiment bourdes sur bourdes!

Écrit par : Dominique Degoumois | 07/01/2019

Tout le bagou du représentant de commerce "Macron" ne suffira pas pour nous embobiner. L'Europe a élu à la présidence de sa commission l'ancien premier ministre du Luxembourg qui a permis à 340 sociétés de détourner du fisc plusieurs dizaines de milliards d 'euros. L'Europe est en salle de réveil et ça va faire mal.

Écrit par : norbert maendly | 07/01/2019

Monsieur Décaillet, il faut vous féliciter pour votre commentaire qui prend le contre-pied de tellement d'éditocrates qui ne veulent pas comprendre ce qui se dessine samedi après samedi. Vous cherchez à comprendre, à mettre en perspective. La plupart des autres ne cherchent qu'à condamner. Craindraient-ils pour leurs revenus soigneusement consignés en niches fiscales? Nul ne peut prédire l'avenir, mais ce qui est sûr, c'est que nul libéral n'avait prévu cette révolte après tant de passsages en force. Et ce qui est encore plus sûr, c'est que ce mouvement s'est mis... EN MARCHE!

Écrit par : Daniel | 07/01/2019

Billet impeccable.

Avant j'aurais été du côté de la police, maintenant je suis contre les troupes du ministère de l'intérieur, la milice des banksters, les troupes de choc du mondialisme.

https://www.youtube.com/watch?v=rEuSLm5u_U4
https://www.youtube.com/watch?v=GHg2JS4Jf_M


PS: avez-remarqué comment la "grosse presse" se fait discrète sur les blessés parmi les Gilets Jaunes, alors que d'habitude dès qu'un "divers" se casse un ongle, cela fait les gros titres. Pourtant, c'est facile à trouver les photos de jeunes femmes éborgnées au flashball.

Écrit par : UnOurs | 07/01/2019

"PS: avez-remarqué comment la "grosse presse" se fait discrète sur les blessés parmi les Gilets Jaunes, alors que d'habitude dès qu'un "divers" se casse un ongle, cela fait les gros titres. Pourtant, c'est facile à trouver les photos de jeunes femmes éborgnées au flashball."
OUI, j'ai remarqué.
Et bien voilà de quoi contourner la censure de la "grosse presse" sur ce sujet:
https://desarmons.net/index.php/2019/01/04/recensement-provisoire-des-blesses-graves-des-manifestations-du-mois-de-decembre-2018/

A partager sans modération!

Écrit par : Daniel | 07/01/2019

Merci Daniel.
On remarquera également que la flicaille est nettement plus économe de ses munitions quand, en face, ce sont des habitants des "quartiers".

Dans le même genre en Suisse, on se souvient de la Place fédérale envahie d'islamistes sans réaction policière, alors que les camions à eau sont réquisitionnés pour les manifestations paysannes.

Solution simple, comme pour l'armée, une police de milice (sauf, évidemment, pour les fonctions spécialisées).

Écrit par : UnOurs | 08/01/2019

"Je viens de lire que "chantal jouanno" allait recevoir près de 176'000 euros pour l'année 2019, en tant que présidente de cette commission nationale sur le débat publique!"

Sur cette dame, il se dit que ses postes précédents ont aussi été obtenus après certains "services" fournis auprès de Nicolas Sarkozy. Elle a pris un coup de vieux, mais la technique semble toujours fonctionner...

Écrit par : UnOurs | 08/01/2019

Si quelqu'un de la "grosse presse" passe par là...

https://pbs.twimg.com/media/DwYAN5oWwAAAqrG.jpg:large

... un petit sujet pour 20 Minutes, un "articulet" dans Fémina (toutes ces femmes en sale état, c'est pas un sujet, non?).

Écrit par : UnOurs | 08/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.