09/01/2019

Après, on discutera

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 09.01.19

 

Le plus fou, c’est de lire, sous des plumes suisses, que la démocratie directe ne serait pas faite pour les Français. Comme si génétiquement, par nature, nos amis d’Outre-Jura se trouvaient inaptes à l’exercice des droits populaires.

 

Mais qui sommes-nous, les Suisses, pour venir décréter que le suffrage universel, sur des objets thématiques, conviendrait davantage, en soi, à un peuple, plutôt qu’à un autre ? Et qui serions-nous, pour administrer des leçons de démocratie à un voisin qui, à la fin du dix-huitième siècle, a donné au monde une universelle leçon d’affranchissement ? Pas seulement en congédiant la monarchie, mais en jetant des bases républicaines dont tant de pays, dans le monde, se sont inspirés.

 

A la vérité, ceux qui proclament l’inaptitude foncière des Français à cet exercice, sont les mêmes qui, chez nous, combattent la démocratie directe. La plupart du temps, ce sont des élus, dans des Parlements cantonaux ou aux Chambres fédérales. Par corporatisme consanguin, ils défendent bec et ongles la démocratie représentative, aussi essoufflée soit cette dernière. En Suisse, ils n’ont toujours pas admis que la démocratie directe était partie prenante de notre système, non comme anomalie, mais comme institution.

 

A ces gens-là, confiscateurs de démocratie, la seule réponse à donner est la vitalité citoyenne. La politique nous appartient, à tous. Et certainement pas aux seuls élus ! Qu’ils commencent déjà à appliquer correctement les initiatives votées par le peuple. Après, on discutera.

 

Pascal Décaillet

 

13:41 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (3) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Très juste Pascal, Référendum et initiative populaires ne sont toxiques pour personne. Ce sont des droits à dispositions et en libre service. Celui qui n'en veut pas, s'abstient de les consommer, pour les autres, ce sont des possibilités de consultation et espaces de débats. Il serait même bon que ces dispositions soit reprises et adaptées aux localités, aux départements, aux régions et à toute la nation. Cela dynamiserai la vie politique et la société en général.

En effet, la démocratie a besoin d'instruments et de règles pour être organisée et vécue, il faut pour cela abattre les murs et les grilles de protection du système centraliste et monopolistique du pouvoir français. Le palais du pouvoir est lui-même désordonné, brouillon et incohérent dans son exercice, il n'est pourtant remis à l'ordre par personne. La démocratie populaire viendrait l'aider à se remettre sur les bons rails.

Indirectement, vous évoquez les verdicts populaires non respectés par nos élus suisses. Eux-aussi sont vendus à servir Bruxelles. Leur but? nous priver de nos droits populaires pour lui être acceptables. Mais rien ne nous dit que cela suffira. Et puis, l'Empire Européen, sera-t-il inébranlable et pérenne?
Je n'ai aucune confiance en cette UE, sur le plan international et macro-économique, elle se marginalise de plus en plus et bien repliée sur elle-même.
L'Europe, la vielle Europe qui a plus grands yeux que grand ventre, aurait-elle oublié qu'elle n'est qu'une petite tache sur la planète, incapable de s'assumer?

Écrit par : Beatrix | 09/01/2019

Merci de votre analyse que je partage en grande partie. Il n'est pas question de donner des leçons à quiconque mais force est de reconnaître que le système politique (en particulier la V république) - et donc pas le Français en tant que citoyen, bien sûr - n'est pas adapté à ce genre de démocratie directe. Le système, ne particulier électoral, veut que l'on attribue à la démocratie élective/représentative une autorité meilleure que le vote populaire au sens helvétique du terme.
Dire cela c'est montrer comment une "culture politique" se forge à longueurs de défis et de désaccords plu ou moins forts... Or la culture politique actuelle de la France rend pratiquement impossible le scrutin universel sur un sujet donné car il serait automatiquement vu comme un plébiscite, donc susceptible d'entraîner la sanction voir la démission.

Écrit par : uranus2011 | 09/01/2019

Excellent commentaire.
Le mouvement des Gilets Jaunes fait oeuvre de révélateur. On découvre qui est qui. Qui est démocrate dans l'âme et qui vomit la démocratie par tous ses pores. Qui s'accroche à ses privilèges et qui n'en peut plus de nourrir ces privilégiés. Qui est contre la violence et qui n'a aucune hésitation à exercer une violence parfaitement illégitime (n'est-ce pas? luc ferry!). On dit que la police est là pour protéger les citoyens, on voit qu'elle est d'abord là pour protéger une caste de nouveaux féodaux. Il y a quelque chose de pourri au royaume France, je devrais écrire la dictature de France: le césar macron égal à Néron. (Pardon à Néron, on lui a fait une triste réputation sans doute imméritée.) Manquerait plus que les nouveaux "gladiateurs" fassent leur salut à l'empereur/l'empaleur*: morit... .. ........ .

*Les crânes défoncés, yeux bousillés, bouches défigurées valent empalement.

Ah, oui, merci, mille fois merci les Gilets Jaunes!

Et merci à ceux qui les soutiennent sans arrière-pensée, sans vouloir se faire mousser (8'10"):
https://www.youtube.com/watch?v=C7KvqzTHnZw

Écrit par : Daniel | 09/01/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.