"Grand débat" : la foutaise Macron

Imprimer

 

Sur le vif - Samedi 19.01.19 - 16.20h

 

Le "grand débat" ordonné d'en haut par l'orléaniste Macron n'est qu'une pharamineuse foutaise. La preuve éclatante qu'il n'a rien compris - ou ne veut rien entendre - à la Révolution des gilets jaunes.

 

Les revendications de ces derniers sont parfaitement claires. Point n'est besoin d'avoir fait Polytechnique pour les résumer. N'importe quel esprit, doté d'un minimum de bon sens, est capable d'opérer la synthèse en cinq ou six secondes : pouvoir d'achat, fiscalité plus juste, RIC (référendum d'initiative citoyenne).

 

C'est simple, clair, cristallin. C'est ce que les livres d'Histoire retiendront. Il y a des moments, dans la vie, où il faut en finir avec la sacro-sainte "complexité" de la chose politique, cette antienne du monde académique, des corps intermédiaires, de toute la sainte société des sourds qui ne veulent pas entendre.

 

La foutaise Macron, c'est un peu comme un prof très impopulaire qui nomme des délégués de classe pour discuter avec lui, à la récré, alors que tous les élèves veulent son départ, à lui. Et puis, catapulter du sommet les thèmes d'un débat, alors que justement les foules de France ont parfaitement énuméré les leurs, c'est se foutre au carré de ce peuple qui a élu Macron par défaut, en 2017. Et qui, aujourd'hui, n'en veut plus.

 

Les Français veulent du pouvoir d'achat, de la justice fiscale, de la démocratie directe. Il l'ont dit très clairement. Tout le monde les a entendus. Tous, sauf vous, M. Macron. Cramponnez-vous, si ça vous chante, dans vos salons dorés. Jetez un œil à votre fenêtre : vous y verrez passer l'Histoire. Sans vous.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 16 commentaires

Commentaires

  • Après sa destitution, il pourra toujours se recycler dans le one-man-show, il a des dispositions pour l'humour froid debout! Une version très originale entre (lola montès et lénny bruce)!!!! (Lénny Bruce discussing fake new's) sur youtube, sa vraie référence!

  • Dès les première manifestations sur les banderoles portées par les gilets jaunes on lisait MACRON DEMISSION mais également, adressé aux dirigeants, qu'il auront des comptes à rendre.


    On se demande pourquoi les Français ont attendu aussi longtemps pour se manifester
    de manière active. Une parole biblique concernant Dieu correspond à ce peuple, entre autres peuples, "lent à la colère prend au pardon"!

    ce qui remet en tête le connu vox populi vox dei.

  • Je pense que vous devriez ajouter comme revendication la question de l'immigration car si peu de GJ osent l'évoquer (on les comprend, il n'est pas facile d'assumer publiquement d'être traité de fasciste), le simple fait (que tous ont reconnu) qu'il s'agisse d'un mouvement lancé et suivi principalement par des Français "de la France oubliée" (c'est-à-dire pas celle des banlieues) prouve l'importance du thème de l'immigration.
    D'ailleurs, on peut voir le soutien populaire à la seule maire qui a osé évoquer ce thème lors d'un débat avec M. Macron (une femme soit dit en passant, au milieu d'une assemblée composée essentiellement d'hommes...). Sur Youtube, qui est donc un site a priori neutre politiquement, la quasi totalité des commentaires la soutient.

  • Je viens de voir que, dans les cahiers de doléances (où les gens peuvent s'exprimer de manière anonyme), l'immigration figure en bonne position. Même le journal Le Point (pro Macron) le reconnaît !

  • Il reste encore à démontrer que les gilets jaunes représentent réellement la France et on ne peut exclure que la foutaise, ce sont eux !

    Nous avions compris depuis longtemps que E. Macron ne représentait pas le gendre idéal à vos yeux. De là à le "dégommer" systématiquement depuis des mois me paraît être, personnellement, d'une redoutable facilité. M. Macron n'est sans doute pas Jupiter mais vous n'êtes pas le Phénix non plus. Je regrette que votre détestation du président de la république voisine vous conduise, je n'engage que moi évidemment, à ne voir le problème qu'en noir et blanc : blanc pour les jaunes et noir pour Jupiter.

    Les revendications des gilets jaunes sont limpides, dites-vous : pouvoir d'achat, fiscalité et démocratie directe sans donner le commencement d'une piste pour assurer le financement de toute cette triste débandade.

    Je sais que vous associez les mots guerriers à la politique ce qui fait que le combat des gilets jaunes doit vous ravir. Mais avant que ce combat ne fasse des victimes en nombre, il reste encore une possibilité, la négociation. Elle oblige les parties à écouter les arguments. La foutaise que vous dénoncez montre une certaine ouverture de la présidence française alors que les gilets jaunes prétendent ne rien vouloir lâcher. En guise d'écoute, on fait mieux. On ne sait d'ailleurs pas ce qu'ils tiennent...

  • Merci cher Monsieur Décaillet de vous être emporté!
    Ce grand débat est, en effet, une grande foutaise. Jupiter descendant de son trône pour tendre l'oreille vers le vulgum pecus, cette multitude ignorante.
    Macron devrait relire les classiques. Peut-on lui suggérer l'Ecclésia d'Athènes, instance démocratique par excellence qui libère la parole de tous les citoyens et qui leur permet d'agir directement sur leur destin et celui de leur cité.
    Bravo!
    Emportez-vous encore!

  • @ms
    Il y a des paires de claques qui se perdent.
    S'il y a un autiste dans l'histoire c'est bien le résident de l'Elysée qui est d'une arrogance et d'un mépris pour les autres rarement vus (quand un maire s'adresse à l'assemblée, lui, il ricane...). C'est lui qui n'écoute pas, ne montre aucun respect, aucune empathie et ne veut rien changer. Quant aux Gilets Jaunes, ils sont soutenus par une majorité des Français, une très large majorité. Il faut vivre hors-sol pour ne pas s'en rendre compte, planqué devant son clavier. C'est clair les petits bourgeois style ms craignent pour leur confort, leurs privilèges. Ce "grand débat" est de la foutaise, de l'enfumage, de la communication pour essayer de reprendre la main. Il n'a RIEN l'intention de changer: c'est cause toujours, tu ne m'intéresses même pas. Les GJ l'ont compris, ils ne sont pas des demeurés comme certains et tous les jours nous pouvons les voir exprimer leurs idées, leurs créations, leur solidarité.

    Ce n'est qu'un début. La France profonde ne lâchera pas. Le combat pour la démocratie a toujours été long face à des dictateurs.

    NB: "le RIC est la mort de la démocratie représentative"; seul un crétin ou un type qui crève de chiasse pour son pouvoir peut prononcer de telles paroles.

  • Monsieur Macron est en désaccord profond avec les classes populaires et moyennes mais l'est-il avec la mondialisation ainsi que sa soubrette l'UE?

  • Monsieur Sommer,

    Vous reprochez à M. Décaillet de "dégommer" systématiquement EM. Certes, il ne l'aime pas beaucoup et ça se voit. Mais vous, avant de voir la paille dans l'oeil de M. Décaillet, avez-vous vu la poutre dans le vôtre ? Parce que vous faites exactement ce que vous reprochez à M. Décaillet, mais dans l'autre sens : vous défendez becs et ongles EM.

    Pour qu'il y ait négociation, il faut 2 parties qui aient envie de discuter et d'avancer. Là, il y a des propositions des GJ et en face ? Du mépris, encore du mépris et toujours du mépris. Avez-vous lu la lettre d'EM aux français ? C'est un ramassis de poncifs que même un jeune de 15 ans prendrait pour ce que c'est : du bullshit ! EM n'a aucune envie de négocier. Son "grand" débat n'est qu'une manière de plus pour lui de se foutre de la gueule des français.

    Mais ce n'est pas grave, même s'il survit aux frondes jaunes de ce début d'année, il est d'ores et déjà certain qu'il ne sera pas réélu en 2022. Et qu'il n'aura comme solution que de faire la même chose que son prédécesseur : ne pas se représenter.

  • @Michel Sommer
    Vous avez peut-être raison sur certains points comme le fait que les gilets jaunes ne donnent aucune piste pour le financement de leurs revendications.. mais ce n'est pas leur boulot ! C'est a Jupiter de trouver des solutions s'il a vraiment "entendu" et "compris". Le problème majeur est, comme l'a dit Monsieur Décaillet, que Macron a été élu par défaut et qu'il est le seul a ne pas l'avoir compris. C'est triste, non ?

  • A P.Douchez

    "Vous reprochez à M. Décaillet de "dégommer" systématiquement EM. Certes, il ne l'aime pas beaucoup et ça se voit. Mais vous, avant de voir la paille dans l'oeil de M. Décaillet, avez-vous vu la poutre dans le vôtre ? Parce que vous faites exactement ce que vous reprochez à M. Décaillet, mais dans l'autre sens : vous défendez becs et ongles EM."

    Becs et ongles ? Voulez-vous bien m'expliquer en quoi mon propos vous conduit à prétendre que je défends E. Macron "becs et ongles". Vous vous arrogez le droit d'être procureur et vous me déniez celui d'être avocat. Et en outre, vous lisez dans le marc de café : vous savez ce qu'il y a dans la tête de E. Macron.

    Si, enfin, vous considérez que des gens qui affirment "on ne lâchera rien" sont prêts à négocier, vous devriez d'urgence vous réapproprier le sens des mots ! Les gilets jaunes ne proposent pas, ils exigent. Une nuance qui vous a sans doute échappé.

    Inutile, pour terminer, de commenter le reste de votre texte qui n'est qu'une suite de souhaits et d'affirmations qui ne repose sur aucun argument probant.

    Indirectement, vous perpétuez par des propos sans nuances, ce que la France devrait s'ingénier à éliminer de sa vie politique : la confrontation.

    A Daniel

    NB: "le RIC est la mort de la démocratie représentative"; seul un crétin ou un type qui crève de chiasse pour son pouvoir peut prononcer de telles paroles.

    Merci de citer vos sources !

    Vous auriez pu ajouter :" Le RIC, c'est le début de la démocratie participative !"

    "Ce n'est qu'un début. La France profonde ne lâchera pas. Le combat pour la démocratie a toujours été long face à des dictateurs."
    A propos de dictature je vous suggère de lire dans le Point de cette semaine la chronique de Kamel Daoud intitulée "ce qu'est vraiment un dictateur". Comparer E. Macron à un dictateur est un abus de langage, une outrance quel que soit l'avis que l'on puisse porter sur le personnage.

    "Quant aux Gilets Jaunes, ils sont soutenus par une majorité des Français, une très large majorité. Il faut vivre hors-sol pour ne pas s'en rendre compte, planqué devant son clavier. C'est clair les petits bourgeois style ms craignent pour leur confort, leurs privilèges."
    Nous connaissons-nous ? Nous sommes-nous déjà rencontrés ? Comment savez-vous que je serais un petit bourgeois craignant pour mes privilèges ? Vous ne montrez au fond qu'une chose : votre détestation des gens qui ne pensent pas comme vous persuadé d'avoir la vérité. Mais comme disait Albert Jacquard :"(…)En tout cas, ceux qui prétendent détenir la vérité sont ceux qui ont abandonné la poursuite du chemin vers elle. La vérité ne se possède pas, elle se cherche.(…)"Albert Jacquard - Petite philosophie à l'usage des non-philosophes, p.205 – Calmann-Lévy 1997

    "Il y a des paires de claques qui se perdent." Tendez la joue, j'arrive...

  • A Vita Bruno,

    On peut donc réclamer, exiger tout ce qu'on veut et dire ensuite au président qu'il doit se débrouiller pour trouver la solution. Il semble néanmoins clair que toutes le revendications ne peuvent pas être satisfaites ce qui fait de E. Macron un président qui s'en fout, qui n'en a rien à foutre des Français, etc. etc. Belle leçon d'écoute et de procès d'intention.

    Quant à l'élection par défaut d'E. Macron, il faut une sacré dose de mauvaise foi pour contester la légitimité du scrutin. Personne n'est obligé de s'abstenir. Quand en Suisse un scrutin est accepté par un peu plus de 50 % des votants et une participation au scrutin de 50 %, je n'ai jamais entendu que c'était un oui "par défaut" puisque un quart seulement des Suisses ont dit oui.

    Encore une fois et quel que soit l'opinion que l'on puisse avoir d'E. Macron, il me paraît malsain de lui attribuer tous les malheurs de la France et de prétendre que tout ce qu'il fait ou propose ou encore entreprend ne serait qu'arrière-pensées et désir d'enfumage.

    Il est vrai que pour ses opposants, cela permet d'éviter toute argumentation qu'ils seraient souvent bien en peine d'apporter. Accuser la partie adverse qu'elle ne cherche qu'à tromper n'est pas digne de ceux qui prétendent revendiquer sans rien lâcher.

    Et puisque nous avons des cartomanciens à tous les coins de rue, il est urgent qu'ils nous expliquent ce qui peut bien motiver E. Macron d'agir en saigneur de la nation française et en "enfumeur" patenté. Et j'en passe.

    Il ne faut pas critiquer les riches, on ne sait jamais ce qu'on peut devenir...

  • @ Michel Sommer

    Je répète : Macron avait dit qu’il avait entendu et compris, il avait même ajouté, dans le discours du 10 décembre, qu’il était conscient de la souffrance de certaines couches de la population. Donc, aucun procès d’intention, j’avais seulement répondu à votre affirmation que les gilets jaunes n’avaient donné aucune piste pour le financement… parce que ce n’est pas à eux de trouver le financement !

    Quant à l’élection par défaut, je pensais plutôt à l’opportune affaire des costumes de Fillon (et suite de Penelope qui, d’ailleurs, n’est certainement pas le seul cas de ce type dans tous les Parlements du monde) et qui a porté le choix entre Macron et Le Pen. Et là, effectivement on arrive à l’abstention qui est d’habitude basse dans les Pays latins. En France ça a été une surprise et ça s’explique, selon moi, seulement avec le fait que cette fois le personnage qui se trouvait en face de Le Pen, n’arrivait pas à mobiliser tout le monde pour plusieurs raisons entre autre le fait qu’il n’était pas un politique connu, était sans attaches avec le territoire, bref il n’avait pas la carte de visite d’un Chirac. En 2002, du reste, le taux de participation au 2ème tour a été de 79,71%

    Vous avez fait plusieurs allusions, manque d’écoute, mauvaise foi , malsain et..la conclusion “Il ne faut pas critiquer les riches, on ne sait jamais ce qu'on peut devenir…(sic!) que je ne sais pas si elles m’étaient destinées, mais je ne pense pas vu que vous ne me connaissez pas : je ne pourrais pas rentrer dans la catégorie des gilets jaunes (ni dans celle des riches non plus), mais je me mets à leur place et ça doit être très dur. Ce n’est pas (seulement) la faute à Macron, c’est un malaise qui s’est accumulé pendant des décennies, Macron est arrivé au mauvais endroit, au mauvais moment, mais si vraiment il est si intelligent qu’on le dit, il aurait dû comprendre plus vite, surtout quand Hulot et Collomb sont partis.

    Il y a un autre énorme problème : il faut repenser partout la démocratie représentative, la rendre plus participative, lutter contre l’abstention et, en France, modifier la loi électorale et éloigner les élections présidentielles des législatives. Ce ridicule de voir un Président qui a une majorité écrasante à l’Assemblée Nationale et une telle opposition dans la population.

    Avec mes respects

  • Sommer devrait baisser d'un ton quant aux gilets jaunes. Parce que la Haute-Savoie n'est pas la Corse, mais en tant que propriétaire allogène...

    Le pauvre n'a sans doute pas vu la dizaine de membres arrachés, la quinzaine d'yeux innopérants, et les tirs de LBD avec visée laser dans la tête, des octogénaires tabassés par la BAC, sans même parler désormais de l'attaque au gaz incapacitant à Toulon. Vous n'avez sans doute aucune idée des dégats occasionnés sur les personnes qui en sont victimes.

    J'ose éspérer que vous connaissez tout de même le passé de Castaner, grand ami du caïd marseillais Christian Oreson.

    Lorsque le petit énarque de chez Rotschild ne sait même pas déchiffrer une fiche de paie, vidéo à l'appui, et que celui-ci organise sa campagne européenne devant une centaine de maires triés sur le volet. en appelant ça un grand débat national, nous sommes en effet pas loin d'une dictature. Quant aux médias, ils n'ont rien à envier à la propagande goebelsienne.

  • Même le Secrétaire Général du syndicat de Police "VIGI", Alexandre Langlois, parle d'utilisation d'armes de guerre, désormais. Et que nombreux sont les CRS ou gendarmes, se portant pâle.

  • "NB: "le RIC est la mort de la démocratie représentative"; seul un crétin ou un type qui crève de chiasse pour son pouvoir peut prononcer de telles paroles.
    Merci de citer vos sources !"

    Les mots exacts sont: "Le RIC tue la démocratie représentative".
    Que vous soyez incapable de trouver vous-même la "source" en dit long sur le fait que vous ne suivez pas consciencieusement l'actualité française, et que vous ne savez pas vous servir de la toile. Intéressant pour un ex-prof qui prétend donner des leçons aux autres, mais incapable d'apprendre devant une situation nouvelle.

    "Vous auriez pu ajouter :" Le RIC, c'est le début de la démocratie participative !""
    Et en plus vous adorez enfoncer une porte ouverte. Encore bravo!

    "A propos de dictature je vous suggère de lire dans le Point de cette semaine la chronique de Kamel Daoud intitulée "ce qu'est vraiment un dictateur"."
    Contrairement à vous je n'ai pas besoin de lire la prose d'un autre pour me faire ma propre opinion. Je suis capable de penser par moi-même en relations avec des faits.

    "Comparer E. Macron à un dictateur est un abus de langage, une outrance quel que soit l'avis que l'on puisse porter sur le personnage."
    Ben non. Ce n'est que votre propre opinion qui en plus n'est pas argumentée. C'est un dictateur parce qu'il peut décider tout seul de tout et il le fait: faire la guerre au Mali, en Syrie et à la Syrie (sans aucun droit), nommer des laquais à différents postes comme des procureurs (pas de séparation des pouvoirs), des dirigeants à la radio-télévision, des ministres qui n'ont aucune indépendance contrairement à la Constitution, faire voter les lois qu'il a décidé l'Assemblée Nationale fonctionnant comme une simple chambre d'enregistrement (pas de séparation des pouvoirs). Oui, c'est un dictateur. C'est le mot qui convient parfaitement. Et je ne parle même pas de la répression en cours qui le qualifie directement comme dictateur. A côté Yanoukovitch était un ange.

    "Nous connaissons-nous ?"
    Oui, par l'intermédiaire des blogs tdg.

    "Nous sommes-nous déjà rencontrés ?"
    Non, et heureusement pour vous.

    "Comment savez-vous que je serais un petit bourgeois craignant pour mes privilèges ?"
    Cela transpire de tous vos commentaires.

    "Vous ne montrez au fond qu'une chose : votre détestation des gens qui ne pensent pas comme vous persuadé d'avoir la vérité."
    Non. Et comme nous ne nous connaissons pas (selon vous donc), j'adore votre jugement. Je ne vous déteste pas: vous me faites rigoler et c'est bon pour la santé. Comprendre comment vous fonctionnez n'est vraiment pas difficile.

    "Mais comme disait Albert Jacquard :"(…)En tout cas, ceux qui prétendent détenir la vérité sont ceux qui ont abandonné la poursuite du chemin vers elle. La vérité ne se possède pas, elle se cherche.(…)"Albert Jacquard - Petite philosophie à l'usage des non-philosophes, p.205 – Calmann-Lévy 1997"
    Et voilà l'ex-prof qui ressort.
    Vraiment tout du petit bourgeois. Jugement confirmé par votre remarque:
    "Il ne faut pas critiquer les riches, on ne sait jamais ce qu'on peut devenir..."
    Petit bourgeois qui a voulu devenir riche, mais n'a pas pu. Pour le bourgeois, seule l'argent compte. Le petit bourgeois en rêve. Il ne vous vient même pas à l'esprit que certaines personnes ne veulent pas devenir riches en argent...

    "Il y a des paires de claques qui se perdent." Tendez la joue, j'arrive..."
    Non, vous n'arrivez pas, vous n'avez pas ce courage. Donc encore un mensonge.

Les commentaires sont fermés.