31/01/2019

La politique, sans les partis !

 

Commentaire publié dans GHI - 30.01.19

 

La politique vous passionne ? Surtout, ne vous inscrivez pas dans un parti ! Vivez votre passion en vous concentrant sur des thèmes, en ciblant vos objectifs sur des buts précis. Lancez des idées, qui viennent de vous, et non copiées sur d’autres, refusez tout aîné, toute allégeance : rien de plus insupportable que ces grappes de groupies, autour d’un leader charismatique. On se bat pour des idées, pas pour servir l’écurie personnelle d’un ambitieux.

 

Vous aimez la politique ? Faites-en ! Pour cela, nul besoin de s’insérer dans l’appareil lourdingue d’un parti, avec ses structures héritées du dix-neuvième siècle, de la Révolution industrielle, de la lutte des classes. Avec ses comités, ses Assemblées générales, ses commissions internes, son président, ses vice-présidents, ses rivalités de chapelle, ses clans. Ne vous embarrassez pas de toute cette dérisoire gravité ! Battez-vous pour des thèmes, engagez-vous dans des comités d’initiatives, produisez-nous des idées, comme les Jeunes Verts avec le mitage, comme le Parti du Travail, avec les soins dentaires.

 

La démocratie directe suisse a besoin de jeunesse, d’énergie, de forces vives. Elle a besoin de nous tous. Regardez les partis, toutes tendances confondues : ils vous font envie, avec leurs luttes intestines, leurs combats de coqs, leurs machines à se coopter dans les conseils d’administration des grandes régies ? Vous aimez la politique ? Engagez-vous ! Au service des idées !

 

Pascal Décaillet

 

08:19 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Jeunesse, énergie, forces vives.
Les Verts n'ont-ils pas besoin d'être motivés ainsi qu'orientés vers la réalité:

Comment tolérer que les pires pollueurs de la planète soient autorisés à perpétuer leur empoisonnement de la planète à condition qu'ils paient ce qui leur est imposé?

En quoi le règlement de cette facture est-il écologiquement sain?

Écrit par : Myriam Belakovsky | 31/01/2019

Sans les partis, ou alors, on l'a compris, avec le PdT et les Verts!

Écrit par : Eugen Billard | 01/02/2019

Un vœu pieu ?

Écrit par : Michel Sommer | 01/02/2019

C'est déjà pleinement fait, Pascal, les plus politiques ne se trouvent pas ou plus dans les partis ou syndicats. Ils ont toujours existé. Il en faut juste le nombre en croissance - surtout dans une période aussi incertaine - pour qu'on s'en rende compte épidermiquement.

N'est ce pas une réalité que redoutent déjà les chefs et troufions lobotomisés des partis politiques? Ces politiques sans chapelle ni bréviaire leur font peur parce qu'ils ont des facultés et le cran de l'indépendance d'esprit qui leur donne une telle aisance de parole, une telle liberté d'opinion, une telle sincérité dans les propositions que cela les désarme.

N'a-t-on déjà entendu dire "vous avez trop de dynamisme, calmez-vous!" Oui! les obédients partisans, sont en général, paresseux mais ambitieux, médiocres mais sans danger pour leur direction.

Cela fait bientôt trente ans que je l'ai dit. Les partis ne répondent plus aux attentes des gens, les syndicats non plus - de moins en moins. Ils sont de plus en plus en retard par rapport au génie des exploiteurs qui trouve toujours une bonne longueur d'avance - à moins de trouver une autre façon de fonctionner, un autre modèle d'action et d'organisation. Il leur manque à ces petits clercs, une veille active et très suivie sur notre société en évolution, sur notre gouvernement à la dérive et sur notre économie qui glisse entre nos doigts.

Ce thème pourrait devenir une thématique de débats grand public. J'en attends son avènement pour y participer.

Écrit par : Beatrix | 01/02/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.