Au coeur du chaos, une femme émerge

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.02.19

 

Genève est en état de déliquescence. A peine élu pour cinq ans, le nouveau gouvernement a été touché de plein fouet par une série d’affaires touchant celui qui devait être, pour toute la période, son président. La suite, on la connaît : le président a cessé de l’être, puis ses pairs l’ont progressivement démis d’une impressionnante quantité de dossiers. On l’a littéralement dépouillé de la plupart de ses prérogatives. Il ne lui reste que vingt à trente personnes, pour accomplir une mission « d’accompagnement », du côté de la promotion économique. Bref, la Roche tarpéienne. Abandonné de tous, à l’exception d’une garde prétorienne de fidèles, l’homme s’accroche. C’est son droit. Rien ni personne, en l’état, ne peut démettre un magistrat en exercice, c’est ainsi.

 

Mais il faut bien que la vie continue. Si l’affaire avait éclaté en fin de législature, on aurait tranquillement laissé le ministre indésiré blanchir, quelques ultimes semaines, sous le harnais, en attendant les élections. Mais là, contrairement à la Bible, l’Apocalypse survient au tout début ! Imaginez une histoire commençant par une catastrophe, un peu comme le « Tremblement de terre au Chili », l’éblouissante nouvelle signée Heinrich von Kleist (1777-1811). Une fois le séisme survenu, que faire ? C’est toute la difficulté, pour les plus de quatre ans qui restent, de l’actuel gouvernement genevois. La bonne volonté des hommes et des femmes qui le composent n’est pas en cause, mais la donne de départ est sacrément pourrie. L’enjeu est simple : depuis des mois, toutes les attentions sont focalisées sur un seul homme. Il faut désormais cesser de parler de lui, réhabiliter les thèmes, se remettre à faire de la politique.

 

Dans ces circonstances, on souhaitera sincèrement bonne chance à chacun des six magistrats restants. Mais un constat s’impose : au cœur du chaos, une femme émerge. Elle s’appelle Nathalie Fontanet. Ministre des Finances, collègue de parti du magistrat en difficulté, voilà une conseillère d’Etat qui garde son calme, ne se laisse en aucun cas démonter. Surtout, elle défie le risque de paralysie générale en débloquant, avec l’appui du Parlement, le dossier si épineux de la réforme de l’imposition des entreprises. On pensera ce qu’on voudra du compromis entre la droite et les socialistes (186 millions pour aider les gens à payer leurs primes maladie), on le combattra même le cas échéant, mais comment ne pas saluer la présence – enfin – d’une percée, au milieu d’un champ politique tétanisé !

 

Peut-être assistons-nous à l’émergence d’une femme d’Etat. Libérée des tutelles. Affranchie des influences trop pesantes, au sein même de sa formation. Voici désormais Nathalie Fontanet en première ligne de son camp politique. Ses premiers signaux montrent un sens du mouvement, une capacité de compromis, en un mot la mise en application d’une intelligence politique. Qu’on partage ou non ses idées, réjouissons-nous de cette étincelle de survie, au milieu des ténèbres.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.