Pêche interdite

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - 06.02.19

 

Il paraît que certains petits marquis, autour de M. Macron, émettent des doutes sur la démocratie directe suisse. Grand bien leur fasse. Tout au plus devrait-on leur faire parvenir le communiqué de presse du Conseil d’Etat genevois, en date du vendredi 1er février 2019, énumérant les votations, fédérales et cantonales, qui nous attendent le dimanche 19 mai. Ce jour-là, interdiction d’aller à la pêche !

 

Ce communiqué, sobre et factuel, constitue en lui seul la plus remarquable défense et illustration de notre système suisse. Voilà, dans un canton suisse réputé (à tort) pour sa légèreté politique, ses fameuses Genfereien, des citoyennes et citoyens qui vont, le même jour, se prononcer, en vrac, sur la réforme de l’imposition des entreprises, l’avenir des retraites des fonctionnaires (CPEG), le plafonnement des primes maladie à 10% du revenu du ménage, et la politique culturelle. Tout cela, au seul échelon cantonal !

 

Côté fédéral, le volet suisse de RFFA (imposition des entreprises), mais aussi la votation très sensible sur les armes. Montrez ce document à un ami français, favorable ou non aux gilets jaunes. Montrez-lui juste ce texte, expliquez-lui les enjeux. Il verra un pays où le corps électoral des citoyens s’exprime sur le fond. Sur des sujets difficiles, austères. Le rôle des médias responsables (comme ici, dans ce journal, ou à Léman Bleu, ou d’autres journaux ou antennes, à Genève), étant d’en présenter les enjeux avec la passion de l’explication, et celle de la clarté. Vive notre démocratie directe !

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.