14/02/2019

Le peuple, face aux guêtres !

 

Sur le vif - Jeudi 14.02.19 - 09.53h

 

Nous devons changer la Constitution, au niveau fédéral et dans chaque Canton, pour que les exécutifs n'aient plus ce scandaleux pouvoir d'invalidation d'une initiative. Ni les exécutifs, ni les législatifs !

 

Si une initiative obtient les signatures, elle doit être soumise au suffrage des citoyennes et citoyens. Ces derniers sont bien assez mûrs pour la sanctionner, si elle s'avère ahurissante, en la refusant.

 

On ne sanctionne pas une initiative en l'invalidant. On la sanctionne en la refusant.

 

L'épisode d'hier, à Genève, avec cette scélérate invalidation de l'IN 171, sur la BCGE, est une étape de plus dans la colère montante des citoyens contre la confiscation de leurs droits populaires.

 

À Genève, dès qu'une initiative ne plaît pas politiquement au Conseil d’État, il se couvre d'arguments juridiques totalement bidon pour l'invalider.

 

Ainsi, cette IN 171. Plus j'y pense, plus je me dis que je la refuserais. Mais c'est à moi d'en décider ! À moi, et aux dizaines de milliers de citoyennes et citoyens qui forment le corps électoral genevois. Nous sommes bien assez grands, si l'initiative va trop loin, pour en juger collectivement, à l'issue d'un vaste débat populaire.

 

Les gouvernements, les Parlements, ne doivent plus pouvoir invalider les initiatives. Il faut leur retirer ce pouvoir. Pour cela, il faut changer la Constitution, par voie... d'initiative !

 

Ce chantier prendra des années, des décennies, plusieurs générations peut-être. Mais nous devons l'entamer dès maintenant. L'avenir n'est pas à la consanguinité de la démocratie représentative. Mais à la clarté, à la loyauté, à la transparence de la démocratie directe.

 

Hier à Genève, la bonne vieille démocratie élective, qui traîne ses guêtres et ses privilèges depuis un peu plus de deux siècles, a cru marquer un point. En réalité, elle a scellé le début de sa perte.

 

Pascal Décaillet

 

 

10:24 Publié dans Sur le vif | Lien permanent | Commentaires (4) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

Vous auriez pu parler de:
- le referendum cantonal fribourgeois contre l'ouverture du Centre suisse islam et société, usine à islamiser
- l'initiative cantonal valaisanne "Pour des têtes nues à l'école"

Deux autres cas de mépris de la démocratie de la part des "représentants" du peuple.

Écrit par : G. Vuilliomenet | 14/02/2019

Très respectueusement, il me semble que vous omettez de prendre en considération le principe général du droit qui permet à notre société de fonctionner a minima. Ainsi, exiger que n'importe quelle initiative munie du nombre de signatures requis soit votée conduirait sans doute à (1) parfois contredire le principe même du droit (entendez la constitution et ses produits dérivés) et (2) d'autoriser n'importe quelles idées, même les plus farfelues, à entrer en force si elles passaient l'épreuve du suffrage universel... Si tel était le cas, je proposerais de lancer une initialive visant, par exemple, à supprimer les impôts...

Quant à l'intiative à laquelle vous faites allusion, rien n'empêche ses auteurs à recourir contre la décision du Conseil d'Etat devant les tribunaux. Connaissant les gauchistes en question, nul doute qu'ils le feront.

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 14/02/2019

"Si tel était le cas, je proposerais de lancer une initialive visant, par exemple, à supprimer les impôts..."
Voilà une idée qu'elle est bonne! Je souscris totalement. Un projet existe depuis 2016 visant à remplacer TOUS les impôts et taxes par un prélèvement de 0,2% sur TOUTES les transactions financières. Qu'est-ce que nous attendons pour lancer cette initiative?

Écrit par : Daniel | 15/02/2019

De toute façon, si la Suisse signe un accord cadre avec l'Union Europeenne, la Démocratie directe n'existera plus.

Écrit par : Josette | 16/02/2019

Les commentaires sont fermés.