Ont-ils seulement un sexe ?

Imprimer

 

Sur le vif - Vendredi 15.02.19 - 11.45h

 

La plus puissante ligne de fracture des prochaines années se situe moins entre la droite et la gauche (encore qu'elle persiste), qu'entre partisans de la démocratie directe et des droits populaires, et, en face, défenseurs de la démocratie représentative, avec ses élus, ses corps intermédiaires, ses partis, et toute la consanguinité céleste de ses anges et ses archanges, reliés entre eux en hiérarchies byzantines. Ont-ils seulement un sexe ?

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • En opposant ainsi la "démocratie représentative" à la prétendue "démocratie directe" vous restreignez singulièrement le champ de la réflexion. Vous me permettrez d'évoquer le principe très jungien (de C.G. Jung) qui stipule qu'il nécessaire de conjuguer les opposés plutôt que d'opposer les contraires. Il s'agit donc de penser en termes de "et"/"et" plutôt que de "ou"/"ou"...

    En l'occurrence, rien ne permet d'affirmer que l'un des deux principes est supérieur à l'autre. L'enjeu sera davantage de conjuguer le meilleur de ces deux approches quels qu'en soient les vecteurs ou les relais. A ce titre, les partis politiques font partie de l'équation au même titre que les citoyens.

    En finalité, c'est bien en conjugant ces deux aspects que la démocratie pourra se transformer et se rendre apte à affronter les défis du futur - ce que l'on semble avoir beaucoup de peine à faire en Suisse.

  • @ Chauvet. " rien ne permet d'affirmer que l'un des deux principes est supérieur à l'autre" etc.

    Vous êtes en plein storytelling, vous reconstruisez une narration pour la faire correspondre à une vue idéologique.

    1) Il existe, prouvé par les données de l'Histoire, au moins un argument essentiel pour dire que la démocratie directe est supérieure à la démocratie parlementaire.

    Cet argument est le fait que jamais aucune guerre depuis les Grecs n'a été commencée par une démocratie directe, alors qu'à l'inverse toutes celles qui sont survenues l'ont souvent été avec l'accord express ou implicite des parlementaires... (donc des démocraties parlementaires). Les assertions inverses ont été démontrées comme fausses depuis longtemps.

    2) Du point de vue conceptuel et de son fondement éthique, la démocratie directe est l'exact inverse de la guerre, de la guerre sous toutes ses formes, politiques, sociales, civiles, sociétales, larvées.

    Et les faits actuels en Suisse le démontrent avec vérité. C'est bien le parlement et la démocratie parlementaire qui ont violé nos institutions et pris le pouvoir par la force en confisquant les votes des 1.4 millions de Suisses sur l'immigration de masse.

    Le reste c'est du bla bla, du pur discours totalement contredit par les faits.

    C'est dans la démocratie parlementaire qu'aujourd'hui en Suisse on voit la corruption et le non respect des institutions et non pas dans le peuple. Et les exemples sont nombreux.

    a) mensonge de la conseillère fédérale Doris Leuthard sur les gains de la libre circulation lors de la votation de 2009.

    b)manipulation constante de la radio télévision d'Etat RTS qui désinforme le peuple et sert la soupe à la démocratie parlementaire (en désinformant par exemple sur le Brexit).

    c) mensonges du conseiller fédéral Ignazio Cassis sur l'état de la situation conflictuelle en suisse entre droit national et international avant la votation sur les juges étrangers.

    d) etc. il existe de nombreux autres exemples (on en a plein les cartons).

    Dans la vie il y a ce que l'on raconte et il y a les faits. Les faits sont aujourd'hui contre la démocratie parlementaire et (grâce à internet) les détenteurs monopolistiques de l'information d'hier ne peuvent plus manipuler l'opinion comme ils le faisaient hier. Jung ou pas.

Les commentaires sont fermés.