06/03/2019

Dignes et libres

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 06.03.19

 

On peut rejeter le libéralisme, comme modèle économique, tout en admirant le comportement de certaines personnalités libérales. C’est mon cas. Je suis trop profondément attaché à l’État, à sa mission d’arbitrage et de régulation, à la solidarité sociale aussi, pour me sentir de quelconques affinités avec un projet libéral qui insiste trop sur l’individu, pas assez sur le collectif.

 

Seulement voilà. Il y a les idéologies, et il y a les êtres humains. Dans l’affaire Maudet, au cœur même du PLR, parti meurtri, ont émergé quelques comportements individuels qui, malgré mon éloignement idéologique, ont forcé mon admiration. Des hommes et des femmes que j’ai perçus comme libres et responsables, face à un clan organisé comme une armée, ou une chapelle en ordre de croisade.

 

Dans ces gens, il y a Nathalie Fontanet. La conseillère d’État a su, tout au long de la crise, se montrer digne, respectueuse des gens. Elle a trouvé la tonalité d’Etat qui sied à sa fonction. Tout autant, il y a Cyril Aellen. Le brillant chef du groupe PLR au Grand Conseil, d’un bout à l’autre de la tourmente Maudet, est demeuré fidèle à son sens de l’éthique et de l’intérêt supérieur.

 

On mentionnera aussi le président sortant. Je l’ai dit, je le répète : Alexandre de Senarclens a montré une grande tenue morale, et une attitude de gentleman, dans la gestion d’un parti lacéré par les divisions. Au fond, au PLR, la richesse première est celle des hommes et des femmes. Puissent-ils s’affranchir d’un clan qui veut tout dévorer.

 

Pascal Décaillet

 

10:14 Publié dans Commentaires GHI | Lien permanent | Commentaires (1) | |  Imprimer |  Facebook | |

Commentaires

La dignité de ces trois personnes (et de quelques autres) est à l'avenant de l'indignité de Maudet et de ses soutiens.

Écrit par : Nicolas D. Chauvet | 06/03/2019

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.