Liberté d'expression, pour tous !

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 19.03.19 - 13.51h

 

La liberté de la presse, à laquelle je suis évidemment très attaché, n'est à mes yeux qu'un cas particulier d'une liberté beaucoup plus globale, valable pour l'ensemble des humains : la liberté d'expression.

 

Je suis favorable à la liberté universelle d'expression.

 

Je suis favorable à cette liberté universelle, dont la liberté de la presse n'est qu'un cas particulier.

 

Il ne saurait, pour moi, exister de liberté d'expression particulière pour les journalistes, sous le seul prétexte qu'ils sont journalistes. Ni, au contraire, de réduction à l'expression, parce qu'on serait journaliste.

 

Notre liberté d'expression à tous est une liberté citoyenne. Tous y ont droit. Les journalistes, les commentateurs, les éditorialistes, les blogueurs. Et puis, tous les autres.

 

A la vérité, je crois de moins en moins à ce statut spécial, à part, des journalistes, comme s'ils constituaient une corporation à protéger, à l'image d'une espèce en voie d'extinction.

 

Quant à s'auto-proclamer "indispensables à la démocratie", je conteste cet argument : ce qui est indispensable à la démocratie, c'est la liberté d'expression universelle. Pas seulement pour la presse. Mais pour tout humain, sans la moindre exception.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Salam grand Pascal, cent pour cent d'accord j'y ajouterai cependant Liberté d'expression et Responsabilité. L'on devrait pouvoir dire ce que l'on pense mais surtout en assumer toutes les conséquences positives comme négatives !

    Et concernant la protection des journalistes, je pense que c'est plutôt le métier avec ses codes et peut être même sa particularité qui est à protéger. Le reste en tant que civil le journaliste doit être protégé comme tout autre civil !

    Enfin, d'accord que ce n'est pas le journaliste qui est essentiel en démocratie mais justement la Liberté d'expression pierre angulaire notamment de la DEMOCRATIE.

  • Tout en partageant votre analyse, à savoir que tout un chacun a un droit inaliénable à s'exprimer, je m'interroge sur l'étendue de ce droit, défini d'un côté par l'auto-censure et de l'autre par la censure exercée par un tiers. Il n'existe cependant aucune définition claire de cet espace - sauf à l'appeler liberté d'expression, justement - et que son étendue fluctue et souvent rétrécit à cause de tous ceux souffrant d'agoraphobie politique...

  • J adhère à votre article, M. Pascal Décaillet.

    Vous parlez du "Quant à s'auto-proclamer "indispensable à la démocratie", lors du droit universel de l expression des journalistes et de tout être humain" mais à condition de s auto-censurer afin de ne pas dire ni des conneries ni des fausseries de l histoire et si l avis est bon pour le peuple, qu ils soient écoutés et non pas cause toujours...

    Sur l "auto-proclamer", un petit bémol en espérant ne pas être hors sujet. On a vu l "auto-proclamé" président au Venezuela contre toute loi ni nationale ni internationale et comment le "voisin" du Nord, les USA, le réclame haut la main...Quelle abjection...

    Bien à Vous.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.