MCG : la guerre civile

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 20.03.19

 

Le MCG : un parti en pleine crise. Un parti divisé, où règnent les clans et les règlements de comptes. Un parti qui part dans tous les sens, au mépris de sa lisibilité politique et de son crédit. Un parti qui a perdu de sa flamme et de sa gouaille, perdu son goût, son fumet giboyeux, ses accents de quartiers populaires, et jusqu’à ses irruptions pétaradantes, comme dans le Grand Guignol, le catch ou le théâtre de boulevard, celui où claquent les portes, avec des voleurs sous le lit, des amants dans les armoires, des cadavres dans les placards. Le MCG vient de se choisir un nouveau président, Francisco Valentin. C’est un homme très bien, respecté. Mais son travail, pour remettre à flots un parti miné par les luttes intestines, est immense. Sera-t-il seulement possible ?

 

Fondé en 2005, le MCG appartient à l’Histoire de Genève, il aura son nom dans les livres. D’abord, parce qu’il a soulevé, n’en déplaise à tous ses détracteurs et tous les ricaneurs de l’époque, de vrais problèmes, auxquels les citoyens ont été profondément sensibles. Au moment où entrait en vigueur la libre circulation des personnes, avec des promesses de mesures d’accompagnement qui n’ont jamais été tenues, et où la gauche syndicale s’est faite proprement duper, le MCG a été, en Suisse, avec au Tessin la Lega, le premier parti à poser la question de la nature frontalière d’un canton. Et à exiger, pour la politique genevoise, des mesures appropriées à l’irruption de dizaines de milliers de personnes de France voisine sur notre marché de l’emploi. Côté libéral, et affidés, on lui a ri au nez. On ne jurait que par le miracle du libre-échange. On a eu tort.

 

Il fallait la voir, l’arrogance de ces fatigues patriciennes, prenant de tellement haut la colère de la rue. On se disait qu’on était éternel, que le MCG n’était qu’un zéphyr passager. Là encore, on a eu tort. 9 députés en 2005, 17 en 2009, 20 en 2013 : l’ascension était fulgurante, le mouvement ne s’est renversé qu’en 2018, suite à des dissensions internes, comme si l’enfant chéri de la victoire avait porté en lui, dès le départ, les germes de sa propre destruction : il y a, dans le destin du MCG, comme une malédiction mythologique, nourrie dans le giron même de la famille.

 

Aujourd’hui, le MCG n’est plus que l’ombre de ce qu’il fut. Ses héros fondateurs sont allés chercher – avec plus ou moins de bonheur – dans les montagnes du Valais, ou sur les rives du Tage, la promesse, comme Enée, d’un nouveau royaume. Les clans, parfois jusqu’à la haine, ruinent l’unité du parti. Chacun dénonce l’autre, la délation est souveraine. Le nerf de la guerre fait défaut. La cohérence idéologique n’est pas au rendez-vous. L’ordre de bataille, absolument nécessaire pour mener les luttes électorales d’octobre 2019 (fédérales) et du printemps 2020 (municipales), est en liquéfaction. Les alliances ne sont pas garanties. Oui, Monsieur Valentin, vous avez du boulot. On vous souhaite bonne chance. Brandissez-nous des idées, comme en 2005. Et faites-nous grâce des querelles de personnes. Il a va de la survie de votre formation politique.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.