Pédale douce, SVP !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - 20.03.19

 

L’affaire a éclaté comme un coup de tonnerre : sur le volet cantonal de RFFA (réforme de l’imposition des entreprises, votation du 19 mai), les socialistes genevois ont changé d’avis. En Assemblée générale, ils ont finalement dit non.

 

Ce volet cantonal, c’est un taux unifié à 13,99% pour l’imposition des entreprises du canton, mais aussi des compensations sociales, dûment négociées entre la droite et la gauche, notamment entre PLR et PS : 186 millions pour aider les gens à payer leurs primes maladie, 18 millions pour les crèches. Du coup, le compromis ayant volé en éclats, la droite libérale est tombée à bras raccourcis sur les socialistes, les accusant de tous les maux. Elle a tort, immensément.

 

D’abord, chaque parti est libre de ses positions. Les libéraux n’ont pas à dicter à la base socialiste ses choix. Libre, aussi, de changer d’avis, parce qu’il juge qu’on lui met le pistolet sur la tempe, en termes de pression temporelle. Et puis surtout, la droite libérale (pas tous : un homme comme Cyril Aellen demeure parfaitement digne et mesuré dans ses tonalités, la conseillère d’Etat Nathalie Fontanet aussi) n’est absolument pas qualifiée pour dicter le tempo dans le canton. Nous assistons à un retour du besoin d’Etat, la population ne considère plus les multinationales comme des vaches sacrées, intouchables, les mentalités changent.

 

Si les partisans de ce volet cantonal de RFFA veulent gagner le dimanche 19 mai, ils ont sérieusement intérêt à mettre la pédale douce sur leur tons menaçants. Et à respecter le suffrage universel, seul souverain.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI, Sur le vif 1 commentaire

Commentaires

  • Vous avez raison, il faut laisser le champ de l’hystérie et du pathos irraisonné à la Gauche et aux opposants par principe « parce que y’a pas d'raison » (rien que l’affiche sur le blog de Hohlenweg devrait suffire à convaincre quiconque est doté du sens de discerment de voter oui), et surtout il faut, comme disait Mitterrand, expliquer, expliquer, expliquer pour convaincre, convaincre et convaincre. A bon entendeur, salut! pourvu que la droite cantonale et les forces de progrès de ce canton sachent pour une fois prendre la mesure des choses.

Les commentaires sont fermés.