Une femme d'action

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - 03.04.19

 

Je ne suis pas sûr d’épouser la vision de RFFA (imposition des entreprises), volet cantonal, véhiculée par Nathalie Fontanet, soumise au vote (au milieu d’une foule d’autres sujets) le 19 mai. Je n’aime guère la manière dont les milieux libéraux, sous prétexte de conjurer l’exode des multinationales vers le canton de Vaud, nous mettent le couteau sous la gorge, prétendant que l’Apocalypse nous attend en cas de non.

Je ne partage sans doute pas la position de notre ministre des Finances. Mais j’admire son énergie, sa volonté d’action, sa lucidité dans le combat. Voilà une conseillère d’Etat qui prend son bâton de pèlerin, parcourt les communes, les associations, la plupart du temps le soir, pour aller convaincre citoyens et citoyennes.

C’est exactement comme cela qu’il faut faire de la politique. Se porter physiquement vers les gens, aller à leur rencontre, mener bataille. La campagne de Nathalie Fontanet m’en rappelle une autre, que j’ai couverte jour après jour, pendant des mois, lorsque j’étais correspondant au Palais fédéral : celle de Jean-Pascal Delamuraz en vue de la votation du 6 décembre 1992 sur l’Espace économique européen.

Delamuraz, au final, avait perdu. Mais il s’était battu avec un courage exemplaire, au nom de sa conception de l’intérêt supérieur du pays. Toutes proportions gardées, Nathalie Fontanet mène un combat similaire. On partagera ou non son choix politique, mais on devra bien reconnaître la dimension d’Etat de son combat.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 0 commentaire

Les commentaires sont fermés.