Le Petit Prince orléaniste

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 09.04.19 - 09.41h

 

Macron n'est jeune que par l'âge. Accroché à son multilatéralisme, à son européisme, à son cosmopolitisme purement conceptuel (ah, les schémas de pensée des philosophes !), il camoufle en son for l'âme d'un vieux conservateur.

Surtout, ne rien changer ! Surtout ne pas mettre en cause, une seule seconde, le chemin vers la dépossession de souveraineté entamé par la France dès 1992 (Maastricht), et même avant, à bien des égards.

Surtout ne pas vouloir prendre en compte le retour, partout en Europe, d'une idée nationale jetée aux orties par les spéculateurs de la grande finance virtuelle, les usuriers de l'échange, les bradeurs de frontières, les marchands du Temple.

Surtout, diluer les deux revendications, parfaitement claires et repérables, des Gilets jaunes : justice sociale et démocratie directe. Noyer cette clarté dans la confusion - construite et préméditée - d'un "Grand débat", articulé autour du Prince, pour le mettre en scène en majesté. Macron prend les Français pour des simples d'esprit.

L'épisode Macron représente l'ultime répit de l'Ancien Monde. Un autre arrive, surgi de la terre et des entrailles de la nation. Il exige qu'on écoute désormais les peuples, et demande qu'on mette en place des mécanismes de démocratie directe.

Ce Nouveau Monde, en printanière germination, ne veut plus des élites autoproclamées. Il ne veut plus des BHL. Il ne veut plus des Cohn-Bendit. Il ne veut plus des Kouchner. Il veut, comme d'autres l'ont voulu à la fin du dix-huitième siècle, l'instauration d'un nouvel ordre.

Cela porte un nom : cela s'appelle, partout en Europe, une volonté révolutionnaire. Le Petit Prince orléaniste ne pourra rien, à terme, contre la puissance tellurique de ce mouvement.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • "Il ne veut plus des Cohn-Bendit."
    Vous pensez à l'ancien, parce que le nouveau veut bien de lui, d'après ce que je vois et entends sur LCI. Et son copain Goupil aussi.

  • "Ce Nouveau Monde, en printanière germination, ne veut plus des élites autoproclamées. Il ne veut plus des BHL..."

    https://laregledujeu.org/2019/04/09/34855/bhl-rencontre-orban-afin-de-lui-transmettre-les-doleances-de-l-opposition/

    Malheureusement, BHL et ses accolytes ne semblent pas près de lâcher le morceau "Europe" aussi facilement. Inutile d'en dire plus, de plus en plus de gens ont compris. Et une fois que l'on a compris, on ne revient pas en arrière.

Les commentaires sont fermés.