Automobilistes, motards et scootéristes, révoltez-vous !

Imprimer

 

Commentaire publié dans GHI - Mercredi 17.04.19

 

Circuler, au volant d’une voiture automobile, au guidon d’une moto ou d’un scooter, va-t-il bientôt être un acte illégal à Genève ? La mode est aux manifs pour le climat, à l’apologie de la mobilité douce. Le vélo et les transports publics sont sanctifiés, les véhicules privés sont diabolisés. Et cela, plus seulement par les Verts : tétanisés par la pensée climatique dominante, certains partis qui, jusqu’ici, défendaient le libre choix du mode de transports (voulu par les Genevois), commencent à virer de bord, et cela jusqu’à leurs représentants au Conseil d’Etat. Craignant de perdre des voix aux prochaines élections, ou de passer pour ringards, ces partis copient les Verts. Ils reprennent leurs thèmes, et vont même jusqu’à emprunter leur vocabulaire : « transfert modal », et autres inventions d’apparatchiks de l’environnement.

 

Il est temps, à Genève, que les automobilistes, les motards et les scootéristes se réveillent et défendent leurs intérêts. Ils ont, tout comme les cyclistes, comme les piétons, comme les usagers des transports publics, parfaitement le droit d’exister. Ils n’ont pas à se laisser écraser par une idéologie dominante. On n’a pas à se sentir coupable de se mettre au volant d’une voiture, ni au guidon d’un deux-roues motorisé. On n’a pas à se laisser convertir de force à la nouvelle religion du climat, qui nous impose ses dogmes, nous tient sous sa férule, nous édicte le bien et le mal, nous promet Apocalypse et Jugement dernier, nous définit les sauvés et les damnés.

 

On peut, tout en aimant passionnément la nature, comme c’était le cas d’un Franz Weber, tout en luttant contre le gaspillage, tout en se battant pour la protection des sites, pour le respect des animaux, se déplacer en voiture en milieu urbain si on le juge nécessaire et préférable à d’autres modes de transports. Il appartient à nos autorités, et en premier lieu au ministre de la Mobilité, de prévoir des chaussées accessibles à tous, assurément aux vélos avec des pistes cyclables, mais assurément aussi aux voitures individuelles : cette complémentarité, les Genevois l’ont voulue.

 

Et c’est tout le contraire qui est en train d’advenir ! A plat ventre devant l’idéologie des Verts, des partis de centre-droit sont en train de lâcher l’automobile en ville. On nous promet comme inéluctable la disparition des voitures sur certains tronçons, on nous prépare un gigantesque bordel, sur la rive droite, avec l’extension de la gare Cornavin. On multiplie les chantiers, toujours au détriment des automobilistes. Surtout, on ne compte plus les gentilles et sympathiques manifestations populaires et sportives pour lesquelles on ferme, purement et simplement, des routes entières, créant ainsi des bouchons gigantesques.

 

Eh bien cela ne peut simplement plus durer. Tous les modes de transports sont respectables. Parmi eux, les automobiles, les motos et les scooters. Limitations de vitesse, oui. Ostracisme, non ! Et s’il faut se révolter et organiser la riposte, eh bien faisons-le, parce que ça commence à suffire !

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Commentaires GHI 7 commentaires

Commentaires

  • Merci. Enfin !
    Je développe inlassablement ce sujet sur mon blog et plus principalement avec la traversée de la rade qui permettrait effectivement de pacifier les quartiers et rendre les quais aux Genevois.
    Un peu naïvement peut-être, j'en appelle aux verts pour revoir leur idéologie qui consiste à refuser toute infrastructure routière sous le principe de l'aspirateur à voitures. Or, ce que je suggère c'est justement d'aspirer les voitures hors de la ville par incitation et non par contrainte.
    Nous avons vu ce qu'a donné la politique de brimades depuis près de 20 ans avec Robert Cramer au début et Mme Künzler qui n'évoque que du bout des lèvres la traversée pourtant indispensable à son programme "Mobilités 2030".
    Je vous encourage à prendre connaissance de mes billets à ce sujet car je me considère, sans fausse modestie, comme un expert du terrain prêt à démontrer à nos planificateurs les aberrations de leur programme.
    http://heytaxi.blog.tdg.ch

  • Genève et les Genevois sont des victimes du succès mais certains veulent la changer à cause de leurs principes. Il y a beaucoup à dire, bravo pour votre texte. Mais comment faire ? Pour moi il faut des immeubles à parking comme aux USA ( simples, peu chers, ... ) Pas forcément en sous sol mais à l'entrée de la ville (plutôt que de creuser ) à Rive par ex ou aux Pâquis, ... SVP pas de nouvelle patinoire en ville.

  • Le climat est une chose, que les citoyens d'une ville puissent vivre sans pollution doit être un droit en devenir.
    Tout le monde n'a pas les moyens de s'acheter une villa à la campagne.
    Bruit + pollution = plus de dépressions, moins d'espérance de vie.

    Il y a ainsi les besoins de circuler contre les besoins de santé. C'est aux citoyens subissant les nuisances, de dire ce qui est acceptable, démocratie oblige.

  • Vous avez raison! Ces phénomènes de radicalisation d'une religiosité mortifère et violente sont insupportables.

  • Vous avez raison! Ces phénomènes de radicalisation d'une religiosité mortifère et violente sont insupportables.

  • Excellent article ! Et en plus, il faut payer davantage d'impôt pour ça : le produit de la taxe sur les véhicules à moteur ne va pas aux routes, il va dans le pot commun.

  • Comment se révolter dans un canton totalement verrouillé par les disputes politiques en place et encore plus par la "tendance écolo et agit-bagnoles"?

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel