Le CEVA : aller-simple pour l'Eden

Imprimer

 

Sur le vif - Mardi 07.05.19 - 12.34h

 

La manière dont le 12.30h RSR, à l'instant, nous chante les bienfaits de l'entrée en vigueur du CEVA, en décembre prochain, relève davantage de la béatitude canonique que du minimum d'esprit critique.

 

À entendre ce copié-collé du discours officiel, on a l'impression que tout ne sera qu'ordre et beauté, retour à l'Âge d'or, aller-simple pour l’Éden. Parole (biblique) est même offerte à un officiel, qui nous laisse entendre que grâce au CEVA, la circulation dans Genève ressemblera toute l'année à celle du mois d'août. Ils nous prennent pour des cons ?

 

Et les surcoûts ? Et les coûts réels, au final ? Et le manque de travail pour les entreprises genevoises ? Et les vérités trompeuses de la classe politique ? Et le mépris total du citoyen-contribuable, juste considéré comme cochon de payeur, pour lequel on "oublie" le minimum le plus décent d'infrastructures sanitaires, dans les gares ?

 

À la RSR, rien de cela. Juste une sage duplication de la carte postale. Tenir ce discours, c'est se mettre dans le sillage des partis dominants, ceux qui portent la responsabilité de la réalisation du CEVA. Donc, tenir la robe de traîne du pouvoir.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Comme toujours, l'histoire est écrite par les gagnants (ou disons plutôt "par ceux qui y ont gagné).

  • Le CEVA reprend un tracé conçu au début du XXème siècle qui, s'il pouvait faire sens à l'époque, où il n'y avait aucune voiture privée et pas de "frontaliers", pour relier la Suisse à la France vers le sud en matière de chemins de fer, est absolument désuet de nos jours. En effet, les flux ferroviaires ont pris depuis lors d'autres cheminements, aussi bien en Suisse qu'en France, et ce tracé n'a plus aucun intérêt d'un point de vue international. Seuls les passagers de Vaud et du Chablais l'utiliseront, éventuellement, s'ils cèdent à la trouille climatique, mais ils sont minoritaires parmi les frontaliers. La grande masse des Gessiens et de ceux du Genevois n'auront strictement aucun intérêt au CEVA. Bref, ce sera la plantée à plusieurs milliards! Merci à ce pauvre Robert Cramer, qui n'a certes pas été inspiré sur ce coup-là. Mais a-t-il seulement été inspiré, ne fût-ce qu'une fois? Hold on Bob!
    Cordialement, Jacques Louis Davier

  • Parce que cela vous étonne ? S'il n'y avait que sur le sujet du CEVA que la SSR prônait la bonne parole politique, ça passerait encore. Mais tous les jours, c'est le cas. De quand date le dernier reportage honnête sur Trump ? Ou sur les méfaits de l'immigration ? Ou sur le débat sur la loi sur les armes ? La plupart des médias ne sont que des organes de presse du gouvernement. Plus aucune indépendance.

Les commentaires sont fermés.