Panique à bord

Imprimer

 

Sur le vif - Samedi 11.05.19 - 18.41h

 

Sur ce qui s'est exactement passé au Service des votations, nul ne dispose, pour l'heure, d'informations solides. Une enquête est en cours, fort bien.

 

Ce qui intéressera ici l'observateur de la vie politique n'est pas la nature exacte de la tricherie, ou de la négligence, ni les éventuelles suites pénales. Cela, c'est l'affaire de la justice.

 

Mais n'importe quel esprit doté, dans la République, d'un brin de jugement, peut constater une chose : dans la classe politique, jusqu'au plus haut niveau du Conseil d'Etat, c'est la panique à bord. L'une des preuves de cette panique, c'est la tentative désespérée de minimiser : on entreprend tout, depuis ce matin, pour accréditer la thèse d'un acte purement privé, dont il faudrait absolument se garder de tirer toute interprétation d'ordre systémique, mettant en cause la machine politique. S'il pouvait s'agir d'une vengeance passionnelle, avec son lot d'épices bovaryennes, voilà qui arrangerait tout le monde. Une bisbille interne, une dénonciation, et le feu à la République. Une forme d'empoisonnement à la Mauriac ferait parfaitement l'affaire : l'intrigue se réduirait à un roman familial, l'essence même du privé, ne regardant la Cité que sous son angle judiciaire. Thérèse, allez Thérèse, revenez, nous avons besoin de vous !

 

Panique à bord, parce que nous sommes en plein processus de vote, avec tout l'aspect sacré que devrait revêtir cette montée de tous les citoyens vers l'Autel républicain. Dans ce registre-là, un trucage, c'est une profanation. Ainsi le sentent les votants, et ils ont raison.

 

Panique à bord, par ce que tous les politiciens genevois le savent bien : lorsque les sujets sont complexes, a fortiori lorsque circule l'idée d'une manipulation, voire la thèse du "Tous pourris", les citoyens répondent de deux manières : soit en s'abstenant, soit en votant non. Et le non, c'est adieu, veaux, vaches, cochons, couvées, adieu RFFA, adieu CPEG, tout à recommencer, avec des échéances fédérales qui font pression.

 

Panique à bord, parce que, je l'ai dit ici dans mon commentaire précédent, l'affaire accentue dramatiquement le divorce entre la population et la politique, ce que je suis le premier à regretter.

 

Posée ainsi - et c'est ainsi que je veux la poser - l'affaire n'est donc pas ce qui est exactement passé au 25 Acacias, même si nous brûlons tous de le savoir. Mais elle constitue le prodigieux révélateur de nos pesanteurs et de nos contradictions. Car enfin, si le pouvoir panique pour une fraude grave, il a raison de paniquer, et doit en tirer les conséquences. Et s'il panique pour une vétille, c'est un peu inquiétant quant à sa capacité à gérer les crises. Dans les deux cas, le pari de Pascal (pas moi, l'Autre) aura à en tirer de solides conclusions.

 

Pascal Décaillet

 

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • On en revient au vote électronique. En cas de tricherie via des pirates, non seulement l'ampleur serait plus grande, mais plus difficile à détecter.

    Dans ce cas, il est possible que d'autres bureaux soient impliqués, mais cela reste difficile, du moins limité.
    Si on se rappelle le cas du Valais, l'auteur était un UDC qui a agit seul. Je n'imagine pas un grand parti, ou une grande entreprise agir de cette manière.

    Je ne serais pas surpris si c'est un solitaire qui se situe dans les extrêmes politiques, donc toujours déçu, ou encore à l'origine une petite entreprise, genre venant de l'immobilier, secteur qui se plaint toujours. Bref, j'attends avec impatience le résultat.

    Le cas de Genève après celui du Valais devrait inciter à une réflexion en Suisse, pour améliorer la sécurité des bulletins de votes. Il ne faut pas confondre confiance et naïveté.

  • La sécurité du vote est essentielle pour que la démocratie puisse fonctionner. Dans ce cas, s'agit-il d'un loup solitaire ou, ce qui serait plus inquiétant, d'un système occulte mis en place par des fonctionnaires, voire carrément par des responsables politiques? L'enquête, on l'espère, le dira. Mais il y a pire. Si cet indélicat personnage a pu passer entre les gouttes un certain temps, c'est que les contrôles n'étaient pas à la hauteur. La faute aux économies voulues par nos bons ménagers du Grand Conseil? Enfin, cela devrait nous mettre en garde contre le vote électronique, au sein duquel cette fraude aurait eu une ampleur plus phénoménale et, surtout, serait certainement passée inaperçue.
    Cordialement, Jacques Louis Davier

  • Après l'escamotage textuel des brochures d'information officielles, celui des bulletins de vote. On touche au tragi-comique avec une persévérance émouvante. Ainsi donc, dans l'un des pays que l'on peut considérer comme étant encore démocratiques, croissent dans l'ombre et la discrétion les mêmes maux qui empoisonnent la vie politique de tant de régions du monde. Lobbies à la manoeuvre, absence de visions enthousiasmantes, petits calculs entre petits calculateurs, intentions cachées, manipulations au petit pied, toute la panoplie des petits amateurs de la surface tandis que les grands prédateurs croisent en eaux profondes. Coup de sac aux fédérales et ailleurs...

  • A lire également sur le sujet

    http://stephanemontabert.blog.24heures.ch/archive/2019/05/11/fraude-electorale-le-ver-est-dans-le-fruit.html

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel