Journée des Dupes

Imprimer

 

Sur le vif - Lundi 13.05.19 - 16.45h

 

Dans l'histoire de la propagande politique à Genève, c'est une véritable Journée des Dupes que nous venons de vivre. Avec le recul, elle devra être analysée, sans concession.

 

Jeudi 9 mai, à dix jours d'un scrutin capital pour Genève et pour la Suisse, des inspecteurs en civil de la Police judiciaire ont débarqué au 25, rue des Acacias, dans les locaux du Service des votations. La perquisition en elle-même, la théâtralité qu'elle produit, les soupçons qu'elle induit, tout cela n'a été voulu ni par la presse, ni par un metteur en scène à Hollywood, mais par le Parquet de la République et Canton de Genève. Qu'un immense émoi en fût immédiatement créé, est totalement normal dans un contexte de processus électoral en cours.

 

Dans la Tribune de Genève, le vendredi 10 mai, le Président du Conseil d'Etat affirmait qu'il s'agissait "d'une affaire extrêmement grave". Ce jugement n'est dû ni à la presse, ni à un metteur en scène d'Hollywood, mais au numéro 1 de l'exécutif genevois.

 

Cet après-midi du lundi 13 mai, on assiste à la mise en scène du désamorçage, par le numéro 1 du Parquet, puis dans la foulée par le numéro 1 de l'exécutif. Lequel se permet de juger le travail des journalistes. Lui qui, trois jours plus tôt, parlait "d'une affaire extrêmement grave" ! Cette entreprise de désamorçage, en pleine crise politique, à six jours du scrutin, ne provient ni de la presse, ni d'un metteur en scène d'Hollywood. Mais des deux principaux personnages ayant contribué à dramatiser l'affaire : le numéro 1 du Parquet, puis le numéro 1 de l'exécutif.

 

Peut-être pourrait-on souhaiter, dans le cas d'une crise à venir, que le numéro 1 du Parquet, amateur de perquisitions spectaculaires, puis le numéro 1 de l'exécutif, avant d'avoir à désamorcer une crise, s'emploient, en amont, à éviter d'en créer eux-mêmes les conditions.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 3 commentaires

Commentaires

  • Principe de Peter ou Retirette ¿

  • A vrai dire, la difficulté est de prouver techniquement une fraude. Ne pas pouvoir le prouver ne veut pas dire qu'il n'y a rien eu. Le message des responsables est prudent "l'enquête continue".
    Avant les votations, doute ou pas, il est du devoir de l'Etat de rassurer.
    Toutefois, je suis perplexe face à cette panique initiale.

    Si le présumé fraudeur n'a rien fait, cette histoire nous montre que la fraude est possible et donc, que les dispositions actuelles sont insuffisantes.

  • Il serait temps, comme dit l'obusier de 105, de prendre un peu de recul. Encore un autre pataquès de cet acabit et nous serons tous bons pour la camisole de force. Mais qui tient donc désormais le rôle de garde-fous dans cette comédie burlesque ? Le Pierre sent venir la récompense et se fait tout petit, ses colocataires occupent toutes les pièces mais n'ont pas assez de meubles, çà tiraille à tous les étages et la conciergerie annonce un probable manque de fraîche dans les années à venir. C'est le vertige de Guignol, l'ivresse printanière et la fête à Neu-Neu réunis. Et dimanche, le corps électoral de la République aura tracé les grandes lignes de la prochaine décennie. En pleine culbute, il s'agit de penser à respirer lentement, profondément, à sourire et siffloter un air de Nancy Sinatra, il n'y a rien de grave, que les péripéties d'une espèce désinvolte.

Écrire un commentaire

NB : Les commentaires de ce blog sont modérés.

Optionnel