Parlement européen : 27 fois inutile !

Imprimer

 
Sur le vif - Samedi 18.05.19 - 16.14h
 
 
La bonne vieille démocratie représentative, celle qui nous amène, depuis deux siècles, à envoyer des gens siéger dans des Parlements, n'en a déjà plus pour très longtemps. Quelques décennies, bien sûr, peut-être même un siècle ou deux, les grands mouvements de la politique sont lents. Et j'ai déjà fait part maintes fois, ici, de ma vision d'avenir : un élargissement et un approfondissement, dans les générations futures, de la démocratie directe. En lien - c'est une condition sine qua non - avec une élévation du niveau général de connaissance historique et politique, chez les citoyens.
 
 
Oui, nos corps intermédiaires, dans la France de Macron par exemple, sont à bout de souffle. Rassurez-vous, c'est loin d'être la première fois. Ils l'étaient déjà à la fin des années trente, à l'approche de la Seconde Guerre mondiale. Ils l'étaient, bien plus encore, au début du printemps 1958, lorsque la Quatrième République exsangue, incapable de résoudre la question algérienne, a créé elle-même - par son inexistence - les conditions du retour de l'homme qui, quatorze ans plus tôt, avait sauvé la République.
 
 
Ils sont exsangues, déjà dans l'ordre de la représentation nationale. Dans un régime qui, depuis six décennies, condamne les parlementaires à n'être que les godillots de l'exécutif (sauf en période de cohabitation, finalement équilibrée et fructueuse), il est très clair que le statut de député n'est pas le plus enviable. Le pire : député de la majorité, aligné couvert. Triste spectacle, souvent, indigne de Montesquieu, et de tous les grands discours sur le contre-pouvoir. A noter qu'à Genève, nous n'avons guère de grande leçon à leur donner, quand on voit l'obédience - je pèse mes mots - de certains députés, y compris dans les commissions de contrôle, par rapport à leurs magistrats exécutifs.
 
 
Ils sont déjà exsangues, en France, au niveau national. Mais alors, que dire du statut, impérial dans l'ordre de la vacuité, de député européen ? Pourquoi ne pas dire les choses telles qu'elles sont ? La vérité, c'est que le Parlement européen ne sert à rien. Si ce n'est à gesticuler autour de directives sécrétées par une administration en vase clos, dépourvue de toute légitimité populaire, n'incarnant nulle identité fédératrice, nulle mémoire commune, nulle valeur partagée, nul culte des morts de nature à rassembler les âmes, nulle vision d'avenir, nulle passion.
 
 
D'ailleurs, la majorité politique qui sortira du futur Parlement européen, dimanche 26 mai, n'a strictement aucune importance. Que la fédération artificielle des droites gentilles l'emporte sur l'artificielle fédération des gauches gentilles, ou le contraire, est parfaitement indifférent. Les seuls tests qui vont intéresser les gens se feront nation par nation, donc dans 27 singularités différentes. Pour la France, par exemple, la liste de Mme Le Pen v-a-telle l'emporter sur celle (par godillots interposés) de M. Macron ? Cet exemple, multiplié par 27.
 
 
L'extraordinaire excitation autour des "élections européennes" se ramène donc à la conjonction de 27 sondages d'opinion nationaux, 27 plébiscites ou rejets de 27 pouvoirs en place. C'est tout. Au demeurant, les émissaires iront, quelques années, peupler les bancs de Strasbourg pour soutenir et alimenter leurs ambitions nationales. Ils seront les servants zélés d'une Europe en panne.
 
 
Dans cette Europe, pas de pouvoir personnel. Non. Juste la conjonction de quelques centaines d'impuissances impersonnelles. La déchéance de la démocratie représentative, multipliée par l'absolue vanité d'une fonction qui fait peut-être bien sur une carte de visite. Mais qui ne sert à rien.
 
 
Pascal Décaillet
 
 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Cette analyse est évidemment juste, aujourd'hui en Occident, c'est tout le système démocratique qui est vérolé, aussi bien la démocratie représentative (le plus souvent stipendiée) que la démocratie directe (travestie ou contournée). (1)

    Mais aujourd'hui, le vrai problème politique ne relève même plus de la "machinerie" politique, il relève directement de ceci:

    Louis XIV recevant le Grand Condé à Versailles:
    https://puzzleit.ru/files/puzzles/42/42378/_original.jpg

    La semaine dernière, sur le grand escalier de Versailles:
    http://my.hauts-de-seine.fr/publications/HDSmagazine/hdsmag65/6/




    (1) Comme à Taïwan par exemple. L'année passée, le peuple taïwanais se prononçait à 72% contre le mariage homosexuel et, comme de bien entendu, la semaine dernière, le parlement taïwanais a validé ce même "mariage".

  • Oui, à ce niveau le législatif est devenu caricature.
    Mais si vous observez attentivement les travaux en commissions des parlements cantonaux, vous découvrirez avec plus ou moins de stupéfaction que ceux à qui nous avons délégué notre droit de nous représenter sont souvent moins bien informés que nombre de citoyens qui prennent la chose publique au sérieux. Le résultat n'est pas seulement déplorable, il est véritablement catastrophique. Non seulement les députés ne connaissent rien aux sujets et ne font qu'obéir aux directives des groupes décidées en caucus, mais le parlement valide presque toujours sans débat, à part quelques amendements de ceux qui ont été frustrés par le travail bâclé et qui donne un peu d'ambiance lors des votes. Les législatifs ne sont plus à la hauteur pour un travail de milice à la limite du bénévolat et les intermédiaires ne font que diluer le message jusqu'à le noyer.
    Je reconnais volontiers que j'en ai gros sur la patate avec mon expérience de trois lois sur les taxis, jamais appliquées car inapplicables, mais surtout par l'arrogance des députés qui affichent sans honte vouloir faire notre bien malgré nous. (Sami Kanaan, mémorial de la loi Spoerri de 2005 lorsqu'ils ont voulu imposer une couleur unique).
    Personne n'a jamais écouté les professionnels et les auditions étaient subies par des députés qui ne comprenaient absolument rien du sujet. Jusqu'au jour où nous sommes tombés sur Pierre Maudet qui ne s'est plus encombré de consultation et qui a imposé son diktat. Je ne vous fais pas un dessin du résultat. Mais une chose est sûre, la moyenne des six ans sera respectée pour remettre l'ouvrage sur le métier et c'est Mauro Poggia qui va devoir s'y coller. Saura-t-il écouter les principaux concernés ?

  • Et si l Union (plutôt La Désunion) européenne n était qu une succursale de l Otan.

    Regardez le 2 ème boss de cette désunion européenne, Jean Claude Junker! Ce dernier est un otaniste vigoureux 100%. Il a été le premier ministre du Luxembourg pendant 18 ans jusqu à juillet 2013 quand le scandale Gladio avait éclaté. Gladio, pour ceux qui ne sont pas encore au courant, sont de très larges cellules d espionnage de l Otan dans toute l Europe inclus le Luxembourg en question. Ce J.-C. Junker qui était membre du Gvt au Luxembourg pendant 30 ans dont 18 ans en tant que P.M. avait comme PM avait couvé et couvert ces cellules d espionnage ultra-secrètes de l Otan. De ce fait, il a été forcé à démissionner illico. In fine et afin de le remercier chaleureusement pour ses "oeuvres" dont Gladio, l Otan l a consolé et il l a récompensé et il a été muté à ladite U.E. une des succursales de l Otan...

    Bien à vous.
    Charles 05

  • Et si l Union (plutôt La Désunion) européenne n était qu une succursale de l Otan.

    Regardez le 2 ème boss de cette désunion européenne, Jean Claude Junker! Ce dernier est un otaniste vigoureux 100%. Il a été le premier ministre du Luxembourg pendant 18 ans jusqu à juillet 2013 quand le scandale Gladio avait éclaté. Gladio, pour ceux qui ne sont pas encore au courant, sont de très larges cellules d espionnage de l Otan dans toute l Europe inclus le Luxembourg en question. Ce J.-C. Junker qui était membre du Gvt au Luxembourg pendant 30 ans dont 18 ans en tant que P.M. avait comme PM avait couvé et couvert ces cellules d espionnage ultra-secrètes de l Otan. De ce fait, il a été forcé à démissionner illico. In fine et afin de le remercier chaleureusement pour ses "oeuvres" dont Gladio, l Otan l a consolé et il l a récompensé et il a été muté à ladite U.E. une des succursales de l Otan...

    Bien à vous.
    Charles 05

Les commentaires sont fermés.