Deux siècles, un bel âge pour mourir

Imprimer

 

Sur le vif - Lundi 20.05.19 - 14.20h

 

Il y a eu, bien sûr, sous Louis XIII, en 1629, le premier journal, avec la Gazette, de Théophraste Renaudot. Mais enfin, c'est aller un peu loin que de faire remonter au temps des Mousquetaires l'avènement du journalisme. Je me suis penché, comme on sait, sur l'Histoire de mon propre métier, notamment le rôle des journaux au moment de l'Affaire Dreyfus, entre 1894 et 1906. Ce fut sans doute, en termes de pénétration et d'influence, leur apogée.

 

Non, le métier de journaliste ne date pas de Louis XIII, ni même du temps héroïque des pamphlets contre le pouvoir absolu, Louis XV puis Louis XVI, dans les décennies ayant précédé - et annoncé - la Révolution. Il date, plus sérieusement, des années Balzac (qui ne l'épargne pas, notamment dans ses Illusions perdues), puis de la Révolution industrielle, l'essor des rotatives, la possibilité d'investir et capitaliser dans une entreprise de presse. Bref, le dix-neuvième siècle.

 

Allez, disons que le journalisme, comme métier, commence à poindre au début de la Restauration, après la chute de l'Empire (1815). Ce qui lui donne deux siècles d'existence. C'est moins qu'un vieux chêne, encore moins qu'un séquoia. Mais c'est nettement mieux qu'une vie humaine.

 

Mourir, mais qui parle de mourir ? Réponse : moi, ici et maintenant. J'ai beau avoir consacré ma jeunesse à la collection frénétique des vieux journaux, en avoir lu des milliers d'exemplaires pour ma Série de 1994 sur l'Affaire Dreyfus, avoir passé toute ma vie professionnelle dans ce magnifique métier, je ne le tiens pas pour éternel. Je le tiens même pour éminemment mortel. Je le tiens même pour bientôt mort.

 

Il n'a y pas à s'en émouvoir. Ce qui naît, puis vit, est promis à mourir. C'est valable pour un humain. Et aussi pour une profession. Elle correspond à des besoins, épouse les contours d'une époque, vit et palpite avec elle. Et puis, arrive un temps où le besoin n'est plus si pressant. Par exemple, en l'espèce, parce que le métier a totalement perdu - ce qui est une bonne chose - son monopole de la médiation, ainsi en ont voulu les nouvelles techniques de communication. Le journalisme est né d'une technique devenue industrielle (l'imprimerie), il se meurt face à l'avènement d'autres techniques : la mise en réseau, la numérisation.

 

Il n'y a là rien de grave, c'est la vie. Il n'y a que les journalistes, et leurs corporations, pour gémir à n'en plus finir sur la lente disparition de leur métier. A eux de s'adapter. A eux de se battre, par exemple, pour la liberté d'opinion, en la pratiquant au jour le jour, ce qui peut aisément se faire hors des colonnes des journaux, hors de l'appartenance à une rédaction. La liberté d'expression est universelle, chaque femme et chaque homme y a droit, pas seulement les éditorialistes des journaux.

 

Le liberté de chercher, gratter, sortir des informations d'intérêt public, est tout aussi universelle. Elle ne saurait en aucun cas être réservée à une seule caste, qui, sous prétexte "d'investigation", aurait, plus que toute citoyenne, tout citoyen, le droit de se renseigner sur autrui. Les seuls qui croient encore à l'exclusivité professionnelle de ce droit (totalement autoproclamé) sont les journalistes eux-mêmes, et leurs corporations.

 

Je pratiquerai mon métier jusqu'au bout, j'ai en moi la passion. Mais nous tous, les journalistes comme le journalisme, allons mourir, c'est naturel, c'est ainsi. Dans les temps futurs, d'autres postures de médiation naîtront et vivront. Et puis, un jour aussi, mourront. Nous n'aurons tous été que les passagers distraits du réel qui se dérobe. Il n'y a là rien de grave. Nous aurons, chacun de nous, assumé notre mission. Dans la légèreté futile du temps qui passe.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 4 commentaires

Commentaires

  • Belle mélancolie après le désarmement de ce dimanche 19 mai.

  • selon moi les journalistes exercent une fonction qui a toujours existé et existera toujours, dans toutes les sociétés humaines. c'est celle du griot. le griot africain appartient une caste dont le rôle est de faire le lien entre les puissants et le petit peuple. en général un griot est lié à une famille noble, ou à une famille royale, qu'il sert de père en fils. il a donc pour fonction, d'une part de chanter la louange de ses maîtres, en clamant leurs hauts faits et récitant leur arbre généalogique. mais il a le droit aussi de les critiquer et même de se moquer d'eux. c'est le seul, comme le bouffon européen, qui ait le droit de se moquer des puissants. en même temps, le griot a une autre fonction. il chante sur les places publiques et vit près du peuple. il entend la rumeur des petites gens, leurs soucis et leurs mécontentement. il a donc la fonction de se faire le porte voix des demandes, colères et protestations populaires, et de les transmettre à la cour du roi, des nobles et des puissants. c'est au fond aussi le rôle du journaliste. le journaliste est toujours dans une certaine connivence avec le pouvoir. il le flatte souvent. c'est agacant, mais il faut pardonner cela aux journalistes. car ce sont des griots. en même temps le journaliste a droit à une certaine impertinence envers le pouvoir, qui le tolère venant de lui. il peut poser des questions dérangeantes. le journaliste, comme le griot, se fait l'interprête du pouvoir auprès de la population et d'autre part il est censé relayer de bas en haut les désidératas des petites gens.

    en afrique ca s'appelle un griot. en europe ca a pu s'appeler un ménestrel, un héraut, un bouffon. depuis balzac, nous dit pascal décaillet, c'est un journaliste. le journaliste moderne au sens balzacien disparaîtra peut-être. des griots, des ménestrels, des hérauts, il y en aura toujours, sous une forme ou sous une autre.

  • "Belle mélancolie après le désarmement de ce dimanche 19 mai."
    Ah bon ? On va retirer leurs armes aux soldats suisses ? Ou on devrait pleurer le fait que les guignols qui ne veulent pas faire d'armée aient des difficultés à s'acheter des fusils d'assaut dont la seule utilité est le crime de masse ?
    Peuple de guignols sans cervelle...

  • Géo: « Peuple de

    Plutôt une partie de pleutres qui préfèrent se droguer plutôt que de servir l’armée.

Les commentaires sont fermés.