Rappel de mes positions, depuis 30 ans

Imprimer

 

Sur le vif - Dimanche 26.05.19 - 14.03h

 

Voici mes engagements éditoriaux de ces trente dernières années (j'aurais pu remonter bien au-delà, et même jusqu'à mon éveil politique, en décembre 1965). Chacun d'entre eux a été défendu oralement, dans des commentaires radio, ou par écrit, dans des journaux. Ou, depuis que cela existe, sur mon blog ou sur ce réseau social :

 

* 1989 - Très sceptique sur la réunification allemande, si elle doit se résumer à un triomphe du capitalisme et un phagocytage de la DDR par le bloc libéral et atlantiste de l'Ouest.

* 1990 - Appel à ne pas mépriser les intérêts des Slaves - les Serbes, notamment - dans l'effondrement programmé de la Yougoslavie. Ligne éditoriale maintenue pendant toutes les guerres balkaniques des années 90, puis au-delà. Pendant toutes ces années-là, alors que les événements sont en cours, condamnation de l'OTAN et du rôle de l'Allemagne dans le démembrement de l'ex-Yougoslavie.

* 1992 - Favorable (eh oui !) à l'Espace économique européen. Il est vrai que j'étais sous influence de l'homme dont je couvrais passionnément la campagne, Jean-Pascal Delamuraz.

* 1992 - Contre l'Europe de Maastricht. Pour Séguin, contre Mitterrand, dans le fameux débat.

* 1995 - Pour un Etat palestinien. Je l'étais déjà bien auparavant. Je le suis, plus que jamais.

* 1999 - Contre les bombardements de la Serbie par les avions de "l'OTAN". Contre la diabolisation des Serbes dans les conflits balkaniques. Contre le rôle des services secrets allemands dans le conflit du Kosovo.

* 2003 - Dans un retentissant article de la Revue Choisir, "Ma Colère", contre l'expédition américaine en Irak.

* 2008 - Contre la mise en icône de Barack Obama. Plus tard, contre son Nobel. Pas défavorable à ses percées diplomatiques, notamment Cuba et l'Iran.

* 2014 - Pour l'initiative du 9 février sur l'immigration de masse, acceptée par le peuple et les cantons.

* 2015 - Violemment contre la politique migratoire de Mme Merkel. Dès les événements, je souligne les conséquences dévastatrices, dans les années à venir, sur le corps social allemand, notamment en Prusse et en Saxe, dans les Länder de l'ex-DDR (pays que je connais).

* 2016 - Contre la mise en icône de Mme Clinton, et la diabolisation de M. Trump.

* 2017 - Contre Macron. Que je perçois et décris, dès la campagne, comme une pure créature des milieux d'affaires cosmopolites.

* 2019 - Pour le réveil démocratique des peuples d'Europe.

 

Ce petit rappel, loin d'être exhaustif, parce que je commence à en avoir plus qu'assez d'entendre des confrères ou consœurs, s'arrogeant le droit de parler au nom de tous les journalistes, ou tous les éditorialistes, dire : " Nous n'avons pas vu venir ceci, nous n'avons pas vu venir cela, nous avons tous combattu Trump, etc.". Comme si la corporation formait un blog idéologique monolithique.

Dans l'espace éditorial, trop facile de se réfugier derrière le "nous", cette socialisation des pertes, lorsque rétrospectivement on se rend compte qu'on a eu tort. Il faut assumer le "je", du début jusqu'à la fin.

J'invite chacun de mes confrères, ou consœurs, à procéder, eux aussi, à un tel résumé de leurs positions. Juste pour que les choses soient claires, sur la durée.

 

Pascal Décaillet

 

Lien permanent Catégories : Sur le vif 2 commentaires

Commentaires

  • Vous sous influence de M. Jean-Pascal Delamuraz ? Fichtre ! Je peine à le croire. Mais apparemment, depuis, vous vous êtes ressaisi.

  • Vous oubliez: votre découverte de mai 2019 dans le GHI: « ... pour la bonne raison, toute simple, qu’il n’y a pas d’Europe». Quelle analyse ! Quand je pense que 70% du droit suisse est repris d’un machin qui n’existe pas ! Il faudrait que vous informiez l’UDC de votre découverte !

Les commentaires sont fermés.